leral.net | S'informer en temps réel
Samedi 2 Janvier 2021

Kafountine: Objet d’une plainte pour escroquerie, l’affaire Ibrahima Kamara se corse


Atlanticactu avait révélé cette affaire qui n’honore point le Sénégal, notamment Kafountine et Abéné, deux villages connus pour être une destination des touristes. Margarita Barcelo, une citoyenne espagnole habituée à passer ses vacances à Kafountine, était tombé sur un Apollon et naïvement, elle pensait avoir rencontré l’amour de sa vie. Mais, c’est dans l’enfer que cette idylle allait finir, avec une perte de plusieurs dizaines de millions. La plainte déposée contre son ex mari Ibrahima Kamara, a connu des rebondissements.



Kafountine: Objet d’une plainte pour escroquerie, l’affaire Ibrahima Kamara se corse
Après avoir saisi le Procureur de la République pour des faits d’abus de confiance et d’escroquerie le 1er février dernier, Margarita Barcelo et sa fille étaient retournées en Espagne, laissant l’affaire entre les mains de leur avocat Me Abdoulaye Sow. Les auditions des parties présentes ont été effectuées par la Brigade de gendarmerie de Diouloulou et les différents témoins avaient donné des versions qui ne laissaient aucun doute à l’escroquerie faite aux deux dames.

Après la gendarmerie, le dossier transmis au Procureur de la République de Ziguinchor est imputé au Doyen des Juges d’instruction, pour mieux creuser cette affaire qui n’était pas une simple affaire. Mais le fait nouveau, c’est l’avocat de Margarita Barcelo qui nous l’annonce, « Dans un audio en espagnol traduit et authentifié par un huissier de justice, un homme disant s’appeler Ibrahima Kamara dit m’avoir corrompu ». Pour la robe noire, « l’audio ne fait pas l’ombre d’un doute, car l’homme s’adresse à ma cliente en ces termes, j’ai payé à ton avocat le double de ce que tu lui as remis et puis, sache que jamais tu n’auras un mètre carré des deux maisons ».

La Brigade de recherches saisie d’une plainte par l’avocat, lance une opposition d’entrée et sortie sur le territoire sénégalais

Avec cette nouvelle donne, les services de la direction de la Police de l’Air et des Frontières, ont instruction d’arrêter le sieur Ibrahima Kamara et de le mettre à disposition des pandores. Concernant la première partie de ce dossier à savoir la plainte de Margarita et Leyré Barcelo, Me Abdoulaye Sow de renseigner, « c’est une affaire en instruction dans laquelle le juge procéde à son rythme, selon son calendrier mais, je peux vous confirmer que plusieurs actes ont été posés et que bientôt, nous serons devant le tribunal pour permettre à nos clients de récupérer leurs biens ».

« Mieux, des dispositions vont être prises dans les prochains jours, pour s’opposer à une vente des maisons et de les placer sous séquestre en attendant la fin de la procédure », nous révèle Me Abdoulaye Sow.

Pour rappel, après leur mariage, le chanteur Ibrahima Kamara avait réussi à vendre trois terrains à sa nouvelle épouse et à sa fille, à l’aide de vrais faux actes de cession de peines, selon les plaignantes. Ainsi, il cédera le terrain qu’il avait commencé à construire au quartier Yundum au prix de 17 mille euros (11 Millions FCfa), une autre parcelle jouxtant ce terrain est cédée à sa belle-fille à 12 mille euros (7,8 Millions FCfa) et un dernier terrain, nu celui-là, à 7500 euros (5 Millions FCfa).

De sources sûres, Atlanticactu apprend que Margarita Barcelo et sa fille Leyré seront en début d’année à Kafountine. De même que le chanteur Ibrahima Kamara alias Necta, qui, à travers une vidéo dans un aéroport espagnol, donne rendez-vous à ses fans de Kafountine. Des retrouvailles explosives !

Comment a-t-il réussi à tromper tout ce beau monde ? Le subterfuge utilisé par le chanteur est simple. Conscient que le Chef du Village, le nommé Moussa Diatta n’est pas instruit, Ibrahima Kamara s’était approché de lui en compagnie de son épouse Margarita, en lui demandant de lui céder trois actes de cession vierges signés et cachetés qu’il remplirait devant la fille et les témoins. Le tour était joué car, sur les actes en notre possession, le sieur Ibrahima Kamara mettra d’autres noms que le sien et inventera des témoins.

À l’époque, Ibrahima Kamara dont les initiales étaient utilisées dans l’article, avait joint la rédaction de Atlanticactu.com pour démentir les propos de la dame Margarita Barcelo et de menacer d’une plainte le site. « Ces maisons m’appartiennent et la seule parcelle qu’elle peut réclamer, c’est celle que j’ai donnée à sa fille », avait précisé M. Kamara.






Cheikh Saadbou Diarra

( Les News )



Titre de votre page Titre de votre page