leral.net | S'informer en temps réel

Kalidou Diallo se prononce sur le Grand Prix du chef de l’Etat pour l’Enseignant

L’ancien ministre de l’Education nationale, M. Kalidou Diallo, qui a pris part hier jeudi, à la cérémonie du Grand Prix du chef de l’Etat pour l’Enseignant, a exprimé ses regrets sur le discours prononcé par le Président Macky Sall. Selon Kalidou Diallo, le Président Macky Sall a fait l'éloge d’un bilan qui n’appartient ni à son ministre de l’Education encore moins à son régime.


Rédigé par leral.net le Samedi 30 Décembre 2017 à 10:38 | | 0 commentaire(s)|

Sur sa page Facebook, l’ancien ministre de l’Education nationale a félicité les lauréats du Grand Prix du Chef de l’Etat, mais n’a pas manqué non plus d’exprimer ses regrets sur le discours prononcé par le Président Macky Sall qui n’a pas tari d’éloges à l'endroit de son ministre en charge de l’éducation qui, pourtant, selon Kalidou Diallo, ne serait à l'origine d’aucune des réformes. En effet, selon le Président de ADEQET/Afrique, sur les réformes telles que :
– la suppression du quota sécuritaire
– le relèvement du niveau de recrutement au bac,
– l’organisation du concours pour l’entrée dans les EFI avec un diplôme de certification de sortie, entre autres, sont des mesures effectives depuis septembre 2010, par arrêtés ministériels signés par lui-même.

Sur l’organisation du Grand Prix du Chef de l’Etat, l’ancien Ministre reste convaincu qu’il est possible d’améliorer « la fiabilité de ce concours spécial, en renforçant le Jury par des techniciens de l’éducation avec moins de membres représentant les institutions et l’administration, qui doivent avoir un statut d’observateurs et de superviseurs ». Poursuivant, il oriente vers une réflexion sur les modalités spécifiques pour intégrer le genre car constate-t-il, « cette fois, cela a bien été noté, il n’y a aucune femme sur les trois nominés ».

S’agissant des revendications syndicales, Kalidou Diallo a préféré laisser l’appréciation aux organisations concernées, qui ont presque toutes selon lui, déposé des préavis sur certaines de ces questions évoquées et considérées comme réalisées.

Sous son regard critique, Kalidou Diallo n’a pas vu que du négatif car il a toutefois  tenu à féliciter le ministre de l’Education pour « l’acte historique posé sur instruction du Chef de l’Etat » qui, à travers les Assises de l’Education et de la Formation, les concertations sur l’avenir de l’enseignement supérieur et le PAQUET, traduit ainsi « sa vision et son ambition pour une éducation de qualité au Sénégal ».





Le Quotidien










Hebergeur d'image