a
leral.net | S'informer en temps réel

L’Assemblée de l’Université sur les violences à l'UGB: des sanctions contre tous les étudiants identifiés exigées

Sauf mansuétude des autorités universitaires à ne pas les priver de leurs diplômes, les étudiants impliqués dans les événements d’avant-hier, risquent gros. L’Assemblée Universitaire, qui a statué, est sans pitié. Elle demande de très lourdes sanctions à l’encontre des étudiants qui ont été à l’origine du désordre dans le campus pédagogique.


Rédigé par leral.net le Vendredi 12 Avril 2019 à 12:52 | | 0 commentaire(s)|

Ceux qui doivent prier fort pour que le sabre aiguisé par les autorités universitaires de Saint-Louis ne serve pas dans les jours à venir, ce sont les étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Ugb), accusés d’avoir posé des actes de vandalisme.

En effet, dans une résolution qui a sanctionné la réunion (de crise) des membres de l’Assemblée de l’Université, tenue hier jeudi 11 avril 2019, les acteurs disent qu’au regard «des actes perpétrés par des étudiants sous la conduite de représentants de la Coordination des étudiants de Saint-Louis, lors d’une manifestation à la date du mercredi 10 avril 2019», au regard « des cas d’agression qui ont été notés dans les amphithéâtres et salles de cours pour empêcher le déroulement normal des enseignements, sans compter la récurrence de comportements préjudiciables à un climat de sérénité propice au déroulement normal des activités pédagogiques», l’Assemblée de l’Université, qui exprime son indignation, entre autres mesures, «demande la traduction devant le Conseil de discipline des étudiants identifiés et de tous les membres de la Coordination des étudiants qui ont dirigé le mouvement».

«Interdiction» de parler aux étudiants se réclamant de la Cesl

L’Assemblée de l’Université demande également «à toutes les autorités universitaires et étatiques de ne plus avoir comme interlocuteurs les étudiants se réclamant de la Cesl».

Toujours dans sa volonté de punir les coupables et de travailler à un retour à la normale à Sanar, l’Assemblée de l’Université a «demandé au Recteur de déposer une plainte auprès du procureur de la République pour les agressions subies et les menaces proférées contre sa personne et des dégradations commises sur les biens de l’université. Elle autorise le Recteur de l’Ugb à faire intervenir les forces de l’ordre en cas de besoin au sein de l'espace universitaire, conformément aux dispositions de la loi 94-74 du 24 novembre 1994 relative aux franchises et libertés universitaires et l'Etat à prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité des biens et des personnes de l’Ugb».

Sur un autre registre, l’Assemblée de l’Université condamne les actes prémédités inadmissibles et inacceptables perpétrés par des étudiants, qui ont déversé des eaux provenant de fosses septiques dans le bureau du Recteur. Elle condamne également les agressions dont ont été victimes des enseignants dans le cadre de l’exercice de leur mission d’enseignement et de formation dans des amphithéâtres et salles de classes lors de la grève des étudiants, et apporte un soutien total et sans réserve au recteur de l’Ugb. Elle condamne en outre les perturbations de cours consécutives à l’institution de piquets de grève et invite l’Etat du Sénégal à trouver des solutions aux préoccupations posées par les étudiants.








Les Echos



Cliquez-ici pour regarder plus de videos