leral.net | S'informer en temps réel

L'alerte du Docteur Malick Diop sur la découverte de nouveaux variants Covid-19 : «Il y aura des conséquences énormes»

Docteur en pharmacie, Malick Diop a déclaré hier dimanche, qu’il est certain que les conséquences de la présence de plusieurs variants du Covi-19 au Sénégal, seront énormes. Il était devant le «Grand jury» de la Rfm.


Rédigé par leral.net le Lundi 21 Juin 2021 à 15:50 | | 1 commentaire(s)|

L'alerte du Docteur Malick Diop sur la découverte de nouveaux variants Covid-19 : «Il y aura des conséquences énormes»
Dr. Malick Diop a déclaré hier dimanche, être certain qu’il y aura des conséquences énormes sur la présence des variants du Covid-19 au Sénégal. «C’est vrai qu’on est au début, mais vu le comportement des populations dans des zones où ces variants sont actuellement et qui ont été étendus, je n’ai pas trop d’espoir. L’exemple du variant Delta, c’est une double mutation sur la protéine Spike. La double mutation sur la protéine Spike, c’est un gros problème parce que même les gens vaccinés, on n’est pas sûr qu’ils seront protégés de cette pathologie premièrement», soutient-il à l’émission le «Grand jury» de la Rfm.

Il a ajouté, «deuxièmement, quand il y a eu la seconde vague, combien de personnes sont parties parce qu’elles sont passées de cas simple à cas grave ? Elles sont rentrées en réanimation. C’étaient les souches classiques, mais le variant indien, c’est deux fois et demi le passage de cas simple à cas grave. Donc, si ce variant-là entre ici et se multiplie parce que la contagiosité est extrêmement importante, ça va poser énormément de problèmes».

En outre, Dr Diop a rappelé que le variant indien, appelé Delta, est un variant avec lequel la toux ne fait pas partie des premiers symptômes. Donc, dit-il, il y a plein de gens qui vont l’avoir et on ne va pas les détecter sur le plan symptomatologique classique. C’est un problème énorme.

Ainsi, il invite les populations à encore plus de vigilance, en respectant le port du masque, la distanciation sociale.

La semaine passée, l’Institut Pasteur annonçait que plusieurs variants ont été décelés dans la période d’avril à mai. «Sur un total de 275 analysés, le variant nigérian a été trouvé dans la majorité des prélèvements (96 cas, soit 35%) suivi du variant britannique (variant alpha) avec 63 cas (23%).

Un nouveau cas de variant sud-africain (variant Beta) a été détecté. Des analyses ont aussi permis d’identifier le variant indien (variant Delta) chez deux voyageurs étrangers
», a indiqué l’Institut Pasteur.

A en croire les chercheurs, «plus de dix autres lignées du virus ont été identifiées pendant cette période chez cette cible». Ainsi, relèvent-ils, cela pourrait entraîner des effets dans la gestion de la pandémie.







Le Quotidien


Titre de votre page Titre de votre page