La Banque mondiale met sur la table 222 milliards 175 millions pour l’électrification des villages (OMVG)

L’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Gambie (OMVG) s’est réunie ce mardi à Dakar pour faire le bilan de l’année écoulée et les perspectives des années à venir. Dans cette perspective, la Banque mondiale envisage de mettre à la disposition des quatre Etats membres de l’OMVG (Guinée Conakry, Guinée Bissau, Gambie et le Sénégal) une enveloppe de plus de 220 milliards de francs CFA (400 millions USD) pour l’électrification des villages et hameaux situés le long de la ligne d’interconnexion, a fait savoir le président du Conseil des ministres, Bacar Barros Banjai. Ce dernier s’est prononcé lors de la 44e session ordinaire du Conseil des ministres de l’OMVG.


Rédigé par leral.net le Mardi 19 Décembre 2017 à 16:06 | | 0 commentaire(s)|

L’OMVG a tenu sa 44e session ordinaire dite budgétaire, pour faire le bilan des activités de l’année écoulée et la planification de l’année à venir. Selon le président de la session, tous les financements ont été acquis pour réussir le projet Energie. Et les entreprises sont prêtes à démarrer les travaux, aussitôt terminées les enquêtes parcellaires en cours dans différents pays.

La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement (CCEG) est le lieu de mettre en œuvre le programme de l’OMVG pour relever les défis énergétiques, alimentaires et d’accès à l’eau et de désenclavement auxquels sont confrontés les pays.

En ce qui concerne le programme de l’électrification rurale, « la Banque mondiale envisage de mettre sur la table un financement  à hauteur de 400 millions USD pour les pays membres de l’OMVG », a expliqué le président qui ajoute que « l'enveloppe des 400 millions USD est répartie environ en quatre parties, 100 millions pour chaque pays membre ».

« Des offres ont été déposées pour le financement du projet du barrage de Sambangalou dont le dépouillement se fera en janvier 2018 », précise le président, qui a ensuite informé avoir mis « fin à certains contrats » que l’OMVG avait signés pour lla réalisation du projet depuis 2013.

Dans le même ordre d’idées, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal, Mansour Faye, a apporté des éclairages concernant la résiliation du contrat avec l’entreprise chinoise China Gezhouba Group Corporation Limited (CGGC Ltd). En effet, c’était l’entreprise qui s’occupait initialement du financement des projets du barrage de Sambangalou. De nouvelles mesures ont été prises pour aujourd’hui, concrétiser la mobilisation du financement pour la réalisation du barrage.





Thierno Malick Ndiaye/ Ndeye Rokheya Thiane (Stagiaire)