Leral.net - S'informer en temps réel

La pollution réduit le niveau d’intelligence mondial, selon une nouvelle étude

Rédigé par leral.net le Vendredi 31 Août 2018 à 12:10 | | 0 commentaire(s)|

La pollution de l’air est mauvaise pour la santé, elle affecte nos poumons, notre gorge et notre cœur. Voici qu’une nouvelle étude, publiée lundi 27 août et menée en Chine sur 20 000 individus, démontre qu’elle serait également nocive pour notre cerveau.


On pourrait dire que la pollution rend bête selon cette étude, publiée lundi 27 Août sur la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences. Menée en Chine sur 20 000 individus, entre 2010 et 2014 par des chercheurs américains et chinois, elle rapporte que la pollution de l’air entraînerait une « réduction considérable de l’intelligence ».

Selon les scientifiques la pollution provoquerait du stress oxydatif, des inflammations du cerveau et une dégénérescence des neurones. L’un des chercheurs chinois à l’origine de l’étude assure au passage que l’air pollué que l’on respire ne serait pas simplement un élément parmi d’autres pour expliquer la baisse de l’intelligence, mais bien la cause principale.

D’autres études avaient déjà lié la pollution à la baisse de l’intelligence

Ce n’est pas la première étude à faire ce lien. En 2015, des chercheurs américains de l’Université Columbia étaient parvenus aux mêmes conclusions. Leur étude, portant sur des enfants et des femmes enceintes, assurait que l’exposition à la pollution entraînait une modification de la structure cérébrale et des problèmes cognitifs et comportementaux.

Lors de sa parution, cette étude n’avait eu qu’un très faible écho en Chine. Mais cette étude-ci, est menée conjointement par la Chine et les États-Unis.

Pékin veut s’attaquer à la pollution, mais n’a pas commenté l’étude

La Chine prend donc davantage conscience du danger. Cela reste un pays très pollué, mais Pékin veut changer les choses. Il y a cinq ans, le gouvernement a lancé ce qu’il appelle « une guerre contre la pollution » et de mesures fortes ont été mises en place pour améliorer la qualité de l’air dans le pays pendant l’hiver dernier. Par exemple, 28 grandes villes du nord de la Chine ont reçu l’interdiction de brûler du charbon, des usines polluantes ont également été fermées et des chantiers autour de la capitale ont été mis à l’arrêt. Des mesures qui se sont montrées efficaces : dans le nord de la Chine, le taux de particules fines dans l’air a diminué cet hiver.

Les autorités chinoises n’ont absolument pas relayé les conclusions de cette étude pour l’instant. Aucune ligne dans la presse chinoise et très peu de commentaires sur les réseaux sociaux. Les rares internautes qui sont au courant de ce rapport n’y croient pas du tout et l’un d’eux écrit même « Au moins en Chine, les personnes stupides auront désormais une excuse pour justifier leur bêtise ! »

rfi.fr


Titre de votre page