leral.net | S'informer en temps réel

Le Président Sall est au-dessus des minimas et maximas de la haine (Par Samba Ndong)

Le discours du Président Sall nous a permis de pouvoir décliner des critiques qui ovationnent l'ensemble des points saillants du contenu. Pour comprendre et communiquer, il faut au préalable faire la sémantique du mot critique.


Rédigé par leral.net le Samedi 4 Janvier 2020 à 03:43 | | 0 commentaire(s)|

Du grec krinein, "discerner", "trier", la critique renvoie à une activité spécifique de la raison: opérer des partages, des discernements, et porter des jugements. La critique, c'est la raison dans sa dimension juridique. C'est une méthode permettant a l'intellect de pouvoir déchiffrer avec logique, le bon du mauvais.

Sous l'axiome de la raison pratique et de la philosophie de l'action, nous, jeunes cadres républicains, nous avions dévotement suivi le discours afin d'extérioriser nos sagacités.

Écoutez sans haine ces mots:

"Libérez l'homme des avatars de la pauvreté par le travail.

Marcher au rythme du fast-track parce que rien ne peut attendre et tout est urgence et prioritaire.

La rationalisation des dépenses de l'état se poursuit.

Réduction de la facture téléphonique de façon substantielle dont les bénéfices seront fournis pour financer les projets.

Préparer l'avenir, c'est enfin poursuivre des bases productives de notre économie..."

Ces informations ne font que renforcer le lien social qui nous lie avec la population. Chers opposants, les Sénégalais n'accepteront pas d'être hivernés ni hypnotisés par cette pantalonnade politique, son contenu, le verbiage le plus creux et le plus vide auquel se soient jamais complus des ignares et que le style, dans les œuvres de leur politique, ait été le galimatias le plus répugnant et le plus insensé, allant jusqu'à rappeller les délires des aliénés.

Chers opposants vous me parlez de pouvoir qui est aliéné. La Cojecar vous interroge sur le comportement d'un opposant assoiffé de pouvoir. Toutes les soupes de combines, de perversions que masquent l'indulgence et la faiblesse, deviennent exponentiellement et obstinément sulfureuses. Donnez le pouvoir de la parole à un serpentin opposant, ânerie et singerie risque de devenir une morale ambiante de la société.

On ne s'oppose pas avec déliquescence, on s'oppose avec des arguments canoniques et catholiques. Les opposants assoiffés par la quête du pouvoir sont irrémédiablement devenus des nymphomanes, des pyromanes, des kleptomanes. Indubitablement, cette quête insatiable du pouvoir politique devient une libido inoculant à l'individu un moyen d'assouvir divers desseins lugubres.

La politique est l'affaire des hommes de vision à la loyauté indéfectible. Les défenseurs de la République et la Cojecar psalmodie la clarté du discours et votre haut dévouement pour éradiquer les inégalités sociales. Est-ce que les Sénégalais accepteront de donner le pouvoir et confier leur destin à un marginal politique, sans grand qualité, sinon de démagogue et de propagandiste ?

Ces opposants avec leurs congrégations oisives, essayent de tout faire pour haranguer les foules autour de thèmes les plus ineptes et obsolètes. Au Sénégal, nous avons des psychopathes pervers et sadiques dans l'âme mais surtout, des démagogues politiques et de froids calculateurs, prêts à tout sacrifier pour prendre le pouvoir. Les opposants ignorent le pouvoir spirituel et sont adeptes du temporel, c'ést pourquoi jamais ils ne clament nos réalisations et notre politique sociale. Le Président Sall est au dessus des minimas et des maximas de la haine, il est conscient: Au banquet du donner et du recevoir.

Le Président Sall sait que chaque nation construit avec ses matériaux propres, un pont qu'il jette pour atteindre le forum des nations. Il sait donc qu'il est nécessaire de n'emprunter ce pont que revêtu de sa caparace originelle et de ses attirails spécifiques, que peuvent supporter les matériaux composites du pont.

Sans quoi on court le risque de voir craquer et se casser le pont, pour vous faire choir dans l'abîme captif, là où il n'a ni vie pérenne, ni développement, ni expression persuasive. Sur ce pont, on se pare de sa propre culture, pour traverser sereinement, avec l'assurance d'arriver à bon port et pour un retour prometteur de gloire. Cette monture est garantie par le programme Liguey Euleuk et le Dialogue national.

Discours de haute facture mon cher Président Sall.

Vive la République
Vive le Président Sall
Vive JDR
Vive la Cojecar.

Samba Ndong, coordonnateur national de la Cojecar et membre fondateur de JDR



Cliquez-ici pour regarder plus de videos