leral.net | S'informer en temps réel
Lundi 29 Septembre 2014

Le Regroupement des prestataires du Sénégal traque les ICS pour une dette de 668 542 774 F Cfa




Le Regroupement des prestataires du Sénégal traque les ICS pour une dette de 668 542 774 F Cfa
Le 17 Avril 2014 les Industries .Chimiques du Sénégal par l’intermédiaire : du Directeur Central chargé de la coordination, des finances et du contrôle de gestion, du Directeur Financier, et du Directeur des Approvisionnements ; ont signé avec les 47 Membres du regroupement des prestataires du Sénégal, un protocole d’accord stipulant le règlement de la dette d’un montant de 668 542 774 frs cfa faite par les ICS en six mensualités en sus des factures échues à compter du mois de Mai 2014.

Les factures échues au 31 Août 2014 collectées par les Prestataires se montent à plus de 300 000 000 frs cfa.

Ce Protocole a été signé le 17 Avril 2014 conjointement par les ICS et chaque Prestataire concerné membre du regroupement.

Les I.C.S. n’ont jamais respecté ce protocole qu’elles ont-elles mêmes proposées et entérinées.

Elles se sont acquittées uniquement de la première mensualité : celle du Mois de MAI en deux temps :

1- Le 07 juillet 20 chèques ont été émis sur DIAMOND BANK et 27 autres sur BANK OF AFRICA les 27 chèques de la B.O.A. sont revenus à leurs bénéficiaires sans Provisions.

2- Les bénéficiaires de ces chèques n’ont été payés que le 01/ 08/2014 par virement bancaire de SENCHIM.

Trois Prestataires membres du regroupement ont bénéficiés de traites bancaires sur 60 jours d’un montant global de 81 000 000 + 81 000 000 + 94 000 000 = 256 000 000 frs.au bout de ces 60 jours aucune de ces traites n’a été honorée par les I.C.S. et ces trois Prestataires sont actuellement poursuivis par les Banques et leurs fournisseurs sans aucune intervention des I.C.S. qui les ont mis délibérément dans cette situation précaire.

Entre le 8 juillet et le 01- Aout 2014 plusieurs rencontres, des fois houleuses et des interventions parfois musclées des Prestataires ont eu lieu allant jusqu’au blocage des accès de l’usine de M’bao à plusieurs reprises et la dernière intervention aurait pu dégénérer si ce n’étaient les bons offices du commandant de Brigade de la gendarmerie GMI de M’bao .C’est durant cette Médiation que les autorités des I.C.S ont demandé aux Prestataires de patienter encore et de continuer à les accompagner car si tout se passe bien, en fin Août 2014 les ICS règleront intégralement la dette et toutes ces péripéties ne seront plus qu’un mauvais souvenir…

INDORAMA est arrivé comme prévu au début du mois d’août et a injecté le 26 Août la première tranche annoncée de 50 milliards de frs cfa.

Et voila que le 08 Septembre 2014 lors d’une entrevue de la Direction Financière avec une délégation de Prestataires, les ICS proposent de consentir un rabais de 20% sur la dette afin de procéder aussitôt au règlement des 80% restants aux Prestataires. Indignés les Prestataires ont opposé un niet catégorique à cette proposition indécente et ont exigé le paiement immédiat de ce qui leur est dû.

Devant ce refus les ICS ont annoncé la remise des chèques le Lundi 15 Septembre à 15h00. Priées de préciser le montants à payer, elles annoncent aux Prestataires qu’elles ne vont s’acquitter que de deux mensualités du Protocole et c’est ce qu’elles ont fait dans des conditions dégradantes pour les Prestataires en les parquant dans un hangar sans lumière ni ventilation et ce pendant trois jours et « cerise sur le gâteau » en oubliant volontairement d’en payer une dizaine qui jusqu’à ce jour n’ont pas reçu le moindre sous ;

1- S’il s’agit d’appliquer le protocole les I.CS. doivent aux Prestataires quatre mensualités plus les factures échues de Juin à Septembre.

2- I.C.S. a failli à la parole donnée de solder définitivement sa dette vis-à-vis des Prestataires.

3- Les ICS affichent la volonté manifeste de ne pas respecter leurs promesses : elles étaient prêtes à solder les 80% de la dette si les Prestataires avaient accepté de leur offre de rabais des 20% ..

Les Prestataires sollicitent l’intervention des autorités étatiques en l’occurrence celle du Ministre de tutelle pour arbitrer et mettre fin à ces pratiques peu orthodoxes et dépassées qui ne serviront qu’à enfoncer d’avantage les ICS dans son état de crise profonde dans laquelle elles se trouvent depuis six ans…..

Une rupture doit être opérée dans cette Entreprise afin d’éradiquer les Pratiques et habitudes laxistes qui s’y sont installées.

A SUIVRE………..



Pour Le Regroupement des prestataires de services du Sénégal



Le Secrétaire Général Sémou DIOUF (77 148 48 32)
( Les News )



Titre de votre page Titre de votre page