leral.net | S'informer en temps réel
Vendredi 16 Juillet 2010

Le Sénégal d’impair en fils


« Le pouvoir ne s’hérite pas, il se mérite ». Avec cette simple phrase Karim Wade, le fils du président, a troublé la presse sénégalaise qui y a vu une belle manipulation. Et si l’explication était plus loufoque ?



Karim Wade ambitieux…pour son pays © Nardo
Karim Wade ambitieux…pour son pays © Nardo
Aussi effervescente que pugnace, la presse sénégalaise a pris un coup de chaud à la lecture le 12 juillet d’une dépêche de l’APS (agence de presse sénégalaise pour les initiés). Daté de Paris (écrit à Paris dans le jargon des agenciers), l’article a vu pour la première fois le fils du président sénégalais, et néamoins ministre, Karim Wade, répondre à la question qui agite tous les cafés sénégalais depuis au moins 3 ans. Abdoulaye, le père, va-t-il faire hériter à son fils, du trône de président ?


Réponse de l’ancien banquier d’affaires dans le texte « le pouvoir ne s’hérite pas il se mérite. Il n’est pas dans l’intention du Président de la République, Maître Abdoulaye Wade, ni dans mon intention de procéder à une dévolution monarchique du pouvoir (…) Ceux qui évoquent cette tentative de dévolution monarchique du pouvoir et font des accusations ignorent tout de l’histoire du Sénégal (…) Ceux qui évoquent cette tentative de dévolution monarchique du pouvoir et font des accusations ignorent tout de l’histoire du Sénégal (…) la faculté de désigner le successeur du Président Wade, le moment venu, sera dévolue au peuple sénégalais (… )toute personne qui veut accéder à la magistrature suprême doit sillonner le pays pour présenter son projet et sa vision du Sénégal et les Sénégalais, en toute liberté et de manière transparente, décideront oui ou non de lui faire confiance ». Bref Karim, s’il ne dément pas une « certaine ambition pour son pays », comme il aime à le dire, ne la trace que dans le sillon démocratique et des urnes. Un brin rassurant.

TRANSITION DÉMONARCHIQUE

Mais un peu pinailleuse la presse sénégalaise s’est étonné du ton, de la localisation, et surtout des circonstances du speech de Wade Junior,« qui s’entretenait avec une télé américaine ». Jusqu’à, à l’instar de notre confrère et ami Madiambal Diagne, patron du groupe de presse le plus indépendant du pays, à s’interroger sur une éventuelle manoeuvre du camp présidentiel.

Chafouin du barouf, autant que respectueux des journalistes sénégalais qui ont formé l’auteur de ses lignes, Bakchich s’est penché sur l’origine de la déclaration… Match nul ! Ni tromperie de Gorgui, ni faux procès de la presse locale. Seulement un manque de précision de l’agence de presse.

Petit retour sur les circonstances de l’imbroglio. De passage à Paris, où ses troupes paradent pour le 14 juillet, le président Abdoulaye Wade reçoit une équipe de journaliste américain à la résidence de l’ambassadeur à Paris, rue Vineuse, dans le XVIe.

Sous la haute férule de Ben Moses (réalisateur de Good Morning Vietnam) ou de Larry Diamond (professeur à Stanford et patron du Hoover Insitute), les Yankees se sont piqués de tourner un documentaire sur la transition démocratique à travers le monde. Et passant par la question africaine, se sont arrêtés devant la maison Wade, questionnant père et fils au débotté. Sous les yeux d’une vieille et glorieuse connaissance de la presse française, l’ancien africaniste du Monde et de Libération Stephen Smith, conseiller de la production pour la partie africaine. Et de cette entretien est née la dépêche imprécise de l’APS, qui a mentionné une télé américaine, quand il s’agissait d’un documentaire. Péché véniel… Qui a empêché les grattes-papiers sénégalais de gloser sur l’aspect le plus loufoque de l’histoire.

UN INTERVIEWEUR AU SANG ROYAL

Prévu pour être finalisé en 2011, le documentaire bénéficie d’une guest star, menant elle-même les interviews des personnalités politiques appelés à y intervenir. Un « anchorman »…au sang royal. Soit Moulay Hicham lui-même alias le Prince rouge du Maroc, neveu de feu Hassan II et cousin de sa très grâcieuse Majesté Mohammed VI. Et la presse sénégalaise de passer à côté d’une scène surréaliste. Un Prince marocain avide du trône demandant à un fils de président sénégalais s’il espérait une transition démocratique. L’Union Africaine en marche.

Bakchich.com
(Plus d'informations demain sur leral .net)




1.Posté par xalaaaaaas! le 16/07/2010 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.dakaronline.net/bakchich-info-Le-Senegal-d-impair-en-fils_a5892.html

2.Posté par Kidiera le 16/07/2010 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je voudrais juste m'arrêter à un passage : "Jusqu'à, à l’instar de notre confrère et ami Madiambal Diagne, patron du groupe de presse le plus indépendant du pays, à s’interroger sur une éventuelle manoeuvre du camp présidentiel".
Je m'y connais pas trop en journalisme mais je crois savoir qu'il n'y a pas de de groupe de presse plus indépendant que le Groupe Sud Communication, qui est de loin le plus ancien. Si je me trompe rectifiez moi s.v.p.

3.Posté par Abdoulaye Soumaré le 16/07/2010 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais une chose est claire

Comme vous le savez, il existe un fleuve qui s’appelle le Dioliba, il existe un fleuve qui s’appelle le Sénégal, mais une nation ou un peuple ainsi nommé n’existe pas. Il s’agit plutôt d’une infrastructure, néocolonial colonial et esclavagiste, pour remonter le temps.

La culture est bel et bien localisée dans la famille présidentielle. Le festival mondial des arts nègres (Hello Syndiely, ce festival n´aura plus jamais lieu. Nous ne sommes pas vos nègres ! )

Le sang royal, moi fils d´Ibnou Soumaré petit frère du général Abdoulaye Soumaré assassiné par les forces réactionnaires franco-sénégalaise. Ma mère s´appelle Aminata Leye fille royale du Cayor. Touba Mbacké jusqu´a Ndiareem tout m´appartient et stylisé Ahmadou Bamba comme l´esclave préférée du prophète ne me plait guère, que ce soit à Touba où bien ailleurs. Ceci dit, ce n´est pas pour perpétuer l´esclavage la symbolisation de l´injustice que moi Amary Ngoné Sobel j´ai offert un jour au père de Bamba la localité. Pour une université du savoir.

Je suis bien d´accord Cheik Maty Leye. Ibrahima Fall veille sur ma quiétude et mon repos d´esprit.

L´islam ne peut pas être notre culture je le répète c´est une religion introduite vers le 17e siècle. Avant il y avait Soundjata hier dans mon rêve l´armée chevauchait sur une Buffle très puissante.

L´union africaine, c´est du charabia, des pléonasmes. Trop aveugle pour voir les fers qui te retiennent dans l´esclavage des nègres et de la danse des dictateurs.

Bantula, comme Cheik Anta Diop le dit, lamini Rewmi ak ham ham (la langue et le savoir du peuple). Celui qui travaille ici et partout est le peuple et personne d´autre et demain après une nuit bien tranquille, le monde va se réveillé et elle sera assez sage pour reconnaître qui il aime. Pour expliquer à qui donner le pouvoir les terres, à qui appartient l´argent, l´or et les diamants, toute la richesse du monde.

La royauté, pour nous est une vielle tradition plus que millénaire de la compréhension de la justice de l´amour du prochain. Le manque de paix dans le monde est surtout une maladie du judaïsme de l´islam et du christianisme réunit dans l´ignorance de leur source, qui n´est rien d´autre que ce qu´il prétendent tous chercher. Dieu, la foi, la délivrance. Pourquoi en est-il ainsi, pourquoi avoir refusé d´accueillir le Dalai Lama sur le continent, pour une discussion sur la paix mondiale ? Même Desmond Tutu est écoeuré de la politique.

Vous parlez de la génération du concret, Moi Abdoulaye Soumaré j´ais dit je comprends vous pensez chacun pour soi, mais Dieu pour tous ne sera pas non plus, sinon le diable dans chacun. La fin du monde est proche et bienvenu dans les enfers. Le Chien de garde s´appelle Cerberus. Demandez seulement aux petits enfants, ce que cela signifie.

CER - BA – RUS ( con-ba-dé = nègre = esclave )

Soudiatta vaincra.

Avec.

4.Posté par Bozz le 16/07/2010 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce ne sera pas facile. Karim devra passé parla voie légal comme tout bon citoyen!

5.Posté par SERIGNE SALIOU le 20/07/2010 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est quoi ce délire ?

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page