leral.net | S'informer en temps réel

Le Sénégal propose une conférence internationale sur la crise en Guinée Bissau

APA-Bissau (Guinée Bissau) Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, a préconisé jeudi la tenue d’une conférence internationale sur la situation en Guinée-Bissau, après les assassins du président Nino Vieira et du général d’armée Tagme Na Waié.


Rédigé par leral.net le Jeudi 5 Mars 2009 à 20:34 | | 0 commentaire(s)|

Le Sénégal propose une conférence internationale sur la crise en Guinée Bissau
"Nous avons besoin d’une conférence internationale sur les problèmes de stabilité, de développement et de la sécurité en Guinée-Bissau", a déclaré Gadio à Bissau, la capitale où il conduit une délégation de la Communauté économique africaine de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le président Joao Bernardo "Nino" Veira a été tué lundi par un groupe de soldats en représailles à l’attentat à la bombe dans lequel a péri dimanche le chef d’état-major général des forces armées, Tagme Na Waié.

M. Gadio a souligné l’urgence de la tenue de cette conférence internationale pour faire face aux graves problèmes de la Guinée-Bissau plongée dempuis plus d’une décennie dans une profonde crise politique.

La situation du pays est aggravée aujourd’hui par le trafic de drogue, avec l’implication de Latino-Américains sur fond de rivalités entre le gouvernement et les militaires.

Selon le ministre sénégalais, Dakar est disposé à être l’hôte de la conférence, qui va a examiner "expressément" ce que la communauté internationale peut faire pour mettre fin à la crise dans ce petit pays pauvre d’Afrique de l’Ouest mais richement doté en ressources naturelles et touristiques.

Nous ne pouvons pas laisser aux trafiquants de drogue le contrôle de la vie politique de la Guinée-Bissau", a d lancé M. Gadio, qui ainsi allusion à la prétendue implication de l’Amérique du Sud par le biais de groupes de commerce de la drogue dans la crise actuelle des pays africains.

Le ministre des Affaires étrangères du Sénégal a dit que la CEDEAO, l’Union européenne, l’Organisation des Nations Unies et la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) vont soutenir la convocation de la conférence, qui traitera de tous les problèmes avec les autorités de la Guinée-Bissau.


ALD/mn/APA