leral.net | S'informer en temps réel
Jeudi 1 Avril 2010

Le rapport de l’Opa épingle le Sénégal


Instaurer une bonne gouvernance routière sur les axes routiers de l’Afrique de l’Ouest. Tel est l’objectif visé par l’observatoire des Pratiques Anormales (Opa).À cet effet, le Centre Ouest Africain par le commerce (COAC) en partenariat avec la Chambre de Commerce de Dakar a organisé hier, mercredi 31 mars, un atelier sur les tracasseries routières. Cette manifestation a été une occasion pour présenter le 10e rapport de l’Opa qui expose les résultats d’enquêtes de la période du 1er octobre au 31 décembre 2009.



Le rapport de l’Opa épingle le Sénégal
Ce rapport épingle et hisse le Sénégal au sommet des tronçons routiers inter-Etats les plus entravant au commerce sous-régional. Les organisateurs ont aussi présenté leur nouveau concept « Borderless » qui est une vision pour un commerce sans frontière en Afrique.


Le quatrième trimestre de 2009 est caractérisé par une baisse généralisée des indicateurs de pratique anormale. Ce constat est Amadou Ba, responsable au Centre Ouest Africain pour le Commerce (Coac), lors de la présentation du rapport de l’Opa de L’Uemoa. Selon M. Ba, les niveaux de perception illicites ont chuté de 18,42% à l’instar du nombre de postes de contrôle et des temps de contrôles qui ont respectivement chuté de 8,11% et 18,51% par rapport au semestre précédent sur l’ensemble des corridors suivis par l’Opa.

En ce qui concerne le nombre de points de contrôle, le rapport a montré que le corridor Bamako-Dakar demeure encore le plus dense avec 39 arrêts par voyage, soit un ratio de quatre arrêt aux 100 km. Cette situation est, relève ledit rapport, imputable à la partie sénégalaise. Ceci du fait du nombre élevé de barrières sur son tronçon, qui a lui seul, enregistré 28 barrières par voyage contre 11 du côté malien.

Pour ce qui est des prélèvements illicites moyens par voyage, le rapport note que le corridor Bamako Dakar enregistre le plus de rackets. En effet, ce corridor capitalise des montants exorbitants de perceptions illicites de l’ordre de 55480 FCfa par voyage soit 5439 FCfa aux 100 km. Ce taux est essentiellement imputable au Sénégal, qui, selon le rapport se hisse au sommet des tronçons routiers inter-Etats les plus entravant au commerce sous-régional.

En outre le 10e rapport de l’Opa renseigne que le corridor Ouagadougou-Bamako est le deuxième corridor le plus coûteux par voyage avec des taux de perceptions de 36.010 F Cfa par voyage soit 3914F Cfa rackettés aux 100 km. Par ailleurs, le Centre Ouest Africain pour le commerce a aussi présenté son concept de Borderless. C’est une vision de commerce compétitif en Afrique de l’Ouest qui élimine les entraves au commerce, harmonise les procédures, la dénonciation de la corruption et la facilitation de libre circulation des personnes et des biens. Ce qui a terme aura pour effet cumulé de réduire les coûts, favoriser l’expansion des investissements la création d’emploi, générer plus de revenue pour les Etats et pour les populations.

Pour le Directeur du Coac, Makhtar Thiam, Bordeless est un concept pour une vision d’intégration allant dans le sens de la réduction des barrières tarifaires et non-tarifaires.

M Thiam a aussi insisté sue le développement du commerce intra régional.Dans la même lancée, M Coulibaly, représentant du syndicat des travailleurs de Dakar-Dem-Dik, estime que le système n’est pas répressif et à proposer à l’Etat de définir une politique volontariste pour l’éradication des tracasseries routières, tout en préconisant une harmonisation des contrôles dans les pays du corridor.
Sahaba net



Titre de votre page Titre de votre page