leral.net | S'informer en temps réel
Mardi 9 Janvier 2018

Lutte contre le chômage, création d’emplois, mauvaises politiques…: L’emploi salarié reste en sursis


Une enquête de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a révélé que plus de la moitié de la population, a un emploi. Au moment où les plus diplômés peinent à trouver du travail, 69,6% des moins diplômés et autres, détiennent un emploi indépendant ou travaillent pour leur propre compte. Cette situation, constate-t-on, prouve à suffisance l’échec des politiques de l’emploi, menées au Sénégal. Enquête…



Lutte contre le chômage, création d’emplois, mauvaises politiques…: L’emploi salarié reste en sursis
L’emploi salarié est en passe de devenir inexistant au Sénégal. Les politiques mises en œuvre par l’Etat pour lutter contre le chômage dans le pays, sont considérés comme inefficaces par des enquêteurs. Ils estiment que ces politiques n’ont aucun impact sur le phénomène. Malgré les nombreuses initiatives, prises par l’Etat et la mise en place de nombreuses institutions publiques, mandatées pour la promotion de l’emploi, le chômage demeure en pleine expansion.

Ainsi, les entreprises du secteur privé, à cause des difficultés économiques, ne recrutent plus depuis plusieurs années. Et, il a été révélé qu’au même moment, les écoles de formation qui poussent comme des champignons, inondent le marché du travail. Avec une politique de l’emploi en panne, le gouvernement est loin de gagner la lutte contre le chômage des jeunes. Ces derniers doivent encore attendre pour voir la création de 500 000 emplois promis par le chef de l’Etat, Macky Sall.

Leral découvre que les résultats de la dernière analyse de l’Ansd inquiètent davantage. Puisque la répartition de la population des chômeurs par tranche d’âge, montre qu’il affecte plus les jeunes.

Et, il est ressorti de ces analyses que le chômage pousse de nombreuses personnes à travailler pour leur propre compte. Plus de la moitié de la population en emploi soit 69,6%, a un emploi indépendant ou travaille pour son propr comptes. Ledit phénomène concerne 61,1 % de jeunes en milieu urbain contre 81,2% en milieu rural.

D’après cette analyse, le taux d’emploi des indépendants est de 62,8% chez les hommes contre 79,3% chez les femmes. Pourtant, dans le cadre dans le cadre de lutte contre le chômage au Sénégal, des institutions financières ont consenti un prêt de 18 milliards de francs Cfa, destiné au Projet d’appui à la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes (Papejf), dont le financement inclut une contrepartie nationale, arrêtée à 2,5 milliards de francs Cfa.

Ce projet, relève-t-on, devrait permettre de créer au moins 15 000 emplois durables et décents en milieu rural et périurbain, dont 60% de jeunes garçons et filles et 40% de femmes. Mais aussi, de renforcer les capacités techniques et managériales de 17 000 promoteurs.

Toutefois, les taux les plus élevés sont observés chez les jeunes des tranches d’âges 20-24 ans et 25-29 ans, soit respectivement 19,5% et 17,5%. D’ailleurs, l’agence s’est intéressée à la répartition selon le niveau d’études. Il a été constaté que ce sont les jeunes ayant des diplômes du supérieur du niveau Bac +2, soit 20,5% et ceux, ayant au minimum le niveau Bac+3, représentant 19,9%, sont davantage affectés par le chômage.

Tandis que les jeunes qui ont un minimum de niveau d’études s’en sortent mieux dans le monde du travail. Les autres diplômés, ayant le niveau Cepe/Cfee, soit 12,7%, Bac/Dt/Bt, soit 13,3%, sont moins affectés. Il en est de même pour les personnes sans diplômes. Ces dernières sont les moins affectées par le chômage, soit 9,7% des actifs sans diplôme.

L’Agence dans son analyse évalue le taux de chômage des personnes âgées de 15 ans ou plus, à 10,8%. Tout en relevant que ce phénomène est légèrement plus noté en milieu urbain où 13,8% de la population active est au chômage contre 7,6% en zone rurale. Les enquêteurs indiquent que selon le sexe, le chômage affecte davantage les femmes (16,5%) que (5,9%) des hommes.



O WADE Leral
Ousseynou Wade