leral.net | S'informer en temps réel

MISE A LA RETRAITE DE 1015 AGENTS DE LA CSS: La Fgts menace de marcher la semaine prochaine

La Fédération Générale des Travailleurs du Sénégal (Fgts) compte battre le macadam pour soutenir les travailleurs de la Compagnie Sucrière Sénegalaise (Css) de richard- Toll.


Rédigé par leral.net le Samedi 27 Octobre 2018 à 02:57 | | 0 commentaire(s)|

MISE A LA RETRAITE DE 1015 AGENTS DE LA CSS: La Fgts menace de marcher la semaine prochaine
Ces derniers sont confrontés à une situation confuse, résultant du non respect des dispositions qui fixent l’âge de la retraite à 60 ans. Selon le secrétaire général de la Fgts, des secrétaires généraux des syndicats des travailleurs de la Compagnie sucrière admis à la retraite, ont donné à l’entreprise le droit de mettre à la retraite 1015 personnes âgées de 57 et 58 ans. Face à cette situation, la Fgts met en garde la Css et menace d’organiser des sit-in dès la semaine prochaine.

«Ce sont 315 agents de la Compagnie Sucrière du Sénégal qui partiront à la retraite en 2018, et 700 autres partiraient en 2019, soit au total 1015 personnes», a soutenu hier le secrétaire général de la Fgts.



Sidya Ndiaye révèle que des secrétaires généraux de syndicats de la Css se sont arrogé le droit de vie et de mort sur les travailleurs et, s’abstenant de consulter ces derniers, ils ont donné carte blanche à l’entreprise pour réduire l’âge de la retraite (qui passe de 60 ans à 57 ou 58 ans). Ce qui constitue, aux yeux du syndicaliste, une violation flagrante du Code du travail. «Les signataires de cette forfaiture n’ont pas eu l’élégance d’informer leurs mandants de la décision qu’ils ont arrêtée avec la direction de la Css, sans consulter leur base. Quelle mouche a-t- elle piqué les signataires de cet accord ? C’est leur cupidité pour l’argent facile et leur penchant manifeste pour des prébendes que leur alloue la direction de la Css. Et cela leur fait oublier royalement leur mission pour la dé- fense des intérêts matériels et moraux de ceux qui les ont mandatés, pour la prise en charge de leurs préoccupations», fulmine le leader de la Fgts.
Très en verve, Sidiya Ndiaye affirme : «ces soi-disant syndicalistes doivent comprendre que ce sont les travailleurs qui ont un lien contractuel avec la Css et qu’en conséquence, ils ne peuvent pas prendre de décisions à leur insu, en catimini». En l’état actuel du dossier, souligne la Fgts, «la Css ne peut pas ignorer les dispositions pertinentes des arrêtés ministériels derrière lesquels elle veut se cacher pour perpétrer un coup d’Etat contre la classe ouvrière qui lui a tout donné pendant des décennies, pour faire d’elle ce qu’elle est aujourd’hui». Pour Sidiya Ndiaye, ce sont des manœuvres de bas étage qui ont conduit à la modi- fication de l’article 6 des statuts de l’Institution Prévoyance Retraite du Sénégal (Ipres), pour offrir au patronat sur un plateau d’argent la possibilité de rabaisser ou de moduler l’âge d’admission à la retraite fixé à 60 ans. «La Fgts rappelle à la Css que l’état d’invalidité ou d’inaptitude au travail doit être apprécié après un examen médical dans toute sa rigueur, car elle ne peut pas nous servir une argumentation fallacieuse sur la pénibilité pour envoyer un millier de travailleurs à la retraite sans coup férir», peste Sidiya Ndiaye. Et ce dernier d’ajouter : «nous connaissons la puissance des lobbies à la manœuvre qui ont fini d’amadouer des responsables syndicaux, inhibant ainsi toute leur capacité à revendiquer quoi que ce soit pour leurs travailleurs. La Fgts met en garde la Css, car elle est au courant que le fichier du personnel à envoyer à la retraite est déjà prêt, sans le respect de toutes les procédures en la matière». En attendant, Sidiya Ndiaye et ses camarades appellent tous les travailleurs de la Compagnie Sucrière Sénégalaise à se tenir prêts à organiser une grande mobilisation sociale, des rassemblements, des marches et des sit-in de protestation pour sauvegarder leur emploi. «Car manifestement, il y a une colluentre la direction de la Css et certains syndicalistes qui, comble du ridicule, sont partis à la retraite à 60 ans. Donc dès la semaine prochaine, la Fgts déroulera son plan d’actions et ne manquera pas de demander aux pouvoirs publics de défendre la légalité, puisque ce sont eux qui en sont les premiers garants», indique Sidiya Ndiaye.

( Mama Katherine DIOUF et Toutinfo.net )