leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall sur la pénurie d’eau: " Je ressens les difficultés des populations de la région de Dakar"


Rédigé par leral.net le Mercredi 1 Août 2018 à 08:37 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Le Président Macky Sall s’est prononcé sur la pénurie d’eau qui affecte Dakar et sa banlieue depuis plusieurs mois. Le Chef de l’Etat dit ressentir les difficultés auxquelles les populations font face et assure que des solutions durables sont en train d’être prises pour résoudre définitivement ce problème.

« C’est avec douleur que je ressens les difficultés des populations de la région de Dakar à s’approvisionner en eau. Je demande leur compréhension et leur dis que je suis conscient de ces désagréments. J’ai instruit le gouvernement depuis déjà trois ans, pour dégager une action globale pour trouver une solution définitive à l’approvisionnement en eau de la région de Dakar et au-delà de l’alimentation en eau potable des populations du Sénégal. Malgré les dispositions prises pour pour la réalisation des infrastructures hydrauliques, nous voyons les populations souffrir », déclare-t-il dans entretien accordé à L’As.

« J’en suis désolé, mais je veux donner aux populations l’assurance que des solutions durables et pérennes ont été trouvées à moyen et long termes. Tout un programme d’urgence a été mis en place pour combler le déficit de 50.000 mètres cubes par jour à Dakar et qui d’ailleurs, a été largement réduit avec la mise en place du 4e ballon anti-bélier de Keur Momar Sarr, sans compter la mise en place définitive de la station de Bayakh, visitée mardi par le Premier ministre et le ministre de l’Hydraulique ».

300 milliards de francs injectés à Keur Momar Sarr

Macky Sall soutient que 300 milliards de francs ont été injectés à Keur Momar Sarr, pour obtenir la mise en service de 200.000 mètres cubes/ jour. Il ajoute qu’ «au -delà de cette station qui se trouve à 300 km de Dakar et qui très sensible, l’autre solution alternative, c’est de transformer l’eau de mer. Ce programme va coûter 137 milliards financé par la Coopération japonaise que je remercie au passage. Le dessalement de l’eau de mer sera accompagné du renouvellement du réseau de Dakar, vieux de soixante ans, avec des diamètres de tuyauterie très faibles par rapport à la population estimée à 15 millions d’habitants (…) Je veux dire aux populations que je suis personnellement cette question de l’eau, et au quotidien. L’Etat a mis les ressources qu’il faut pour parvenir à une solution durable. Ces désagréments seront bientôt un vieux souvenir», assure-t-il.