leral.net | S'informer en temps réel

Mandats présidentiels de trop: Mounirou Sy propose le septennat unique pour clore le débat

Ce n’est pas demain la fin du débat autour des mandats présidentiels en Afrique, avec son lot de dégâts et autres abjections. Invité de l’émission «Jury du Dimanche (Jdd)» diffusée hier sur «iRadio», le constitutionnaliste Mounirou Sy a fait une proposition pour le moins surprenante. Il estime en effet que la réflexion doit être orientée vers le septennat unique, pour se passer des polémiques liées au nombre de mandats et à leur renouvellement.


Rédigé par leral.net le Mardi 8 Juin 2021 à 09:46 | | 0 commentaire(s)|

Mandats présidentiels de trop: Mounirou Sy propose le septennat unique pour clore le débat
L’épisode Abdoulaye Wade en 2012 a fait tache d’huile dans l’histoire du Sénégal. Même si le pape du "Sopi" avait réussi son forcing en se présentant une troisième fois pour la magistrature suprême, les populations l’avaient sévèrement sanctionné, en votant majoritairement contre lui. Aujourd’hui, le débat autour du troisième mandat se pose encore dans le pays.

Le Président Macky Sall n’a pas, jusque-là, tranché définitivement la question. De plus en plus, des voix s’élèvent pour légitimer une troisième candidature de Macky Sall. Mieux, l’éminent avocat Me Doudou Ndoye a soutenu tout dernièrement, que légalement, le chef de l’Etat pourrait se représenter.

De toute manière, l’opposition et la société civile sont en position d’alerte et prêtes à réagir. Mais pour le constitutionnaliste Mounirou Sy, il faudrait une bonne fois, régler cette question du troisième mandat.

En quoi faisant ? Il propose un mandat unique de 7 ans. Ainsi, souligne-t-il, dès que le Président arrive à la tête du pays, il ne sera obnubilé que par les résultats.

«Un septennat permet d’aller vers la dépolitisation de l’administration. C’est ce qui se passe au Mexique, en Corée du Sud, en Pologne», affirme Mounirou Sy. Il trouve que le septennat permet d’éviter le clientélisme politique, le tripatouillage constitutionnel et le gaspillage des deniers publics pour des raisons politiques.

Toujours selon le constitutionnaliste, le problème se trouve dans le renouvellement du mandat. «Celui qui arrive à la magistrature suprême a tendance à travailler pour le renouveler. S’il le réussit, il va faire toutes sortes de tripatouillages pour se maintenir. Ce qui va susciter un soulèvement populaire occasionnant des morts», se désole le juriste spécialiste du droit constitutionnel.

Interpellé par ailleurs sur le calendrier électoral avec l’organisation prochaine des élections locales et législatives en 2022, Mounirou Sy n’a pas caché sa désolation. «On va vers une politisation chronique et sempiternelle de l’Etat du Sénégal. Un Etat ne peut pas passer tout son temps à préparer et organiser des élections. On ne peut pas organiser tous les deux ans une élection. Il est temps de s’arrêter pour éviter la démocrature qui est une tendance d’une démocratie mais au fond, c’est une dictature de la pensée et de la domination du moment», a déclaré M. Sy.

Dans la foulée, il estime que le respect de la parole donnée doit être sacré chez les politiques. S’il y a aujourd’hui report des élections locales, souligne-t-il, c’est à cause de l’opposition qui ne voulait pas aller aux élections locales, sans l’audit du fichier électoral. «Les gens pensent que le gouvernement a repoussé les Locales parce que cela ne l’arrangeait pas. C’est faux. C’est l’opposition qui est responsable », clame-t-il.

Pour conclure à ce propos, Mounirou Sy a appelé à rebâtir un consensus et à respecter les délais. «Il ne faut plus repousser les élections. Elles doivent se tenir à date échue. Les maires sont aujourd’hui dans une illégalité totale », renchérit-il.






L’As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page