leral.net | S'informer en temps réel

Matériaux de construction: le Premier ministre remonte les bretelles aux industriels

Alors que le pays a lancé plusieurs chantiers de construction et que la folie de l'immobilier dure depuis 30 ans, l'économie sénégalaise n'en capte qu'une faible part de valeur ajoutée. Le Premier ministre a regretté une telle situation qui fait que le pays importe jusqu'aux...clous !


Rédigé par leral.net le Samedi 25 Février 2017 à 16:10 | | 0 commentaire(s)|

Matériaux de construction: le Premier ministre remonte les bretelles aux industriels
Source ​Inexistant, ou presque, le secteur des matériaux de construction est le parent pauvre de l’industrie sénégalaise. «Le Sénégal importe tous les matériaux dont il a besoin, même des clous». C’est par ces mots que le Premier ministre, Mohammad Boun Abdallah Dionne, a voulu titiller l’orgueil du patronat sénégalais.

Les assises de l’entreprise qui se sont tenues le 21 février sous l’initiative du Conseil national du patronat ont servi de cadre à Mohammed Boun Abdallah Dionne, pour rappeler aux organisateurs que le secteur des matériaux de constructions accuse toujours un sévère retard au Sénégal. Il a pointé du doigt l’inexistence d’une industrie capable de retenir la valeur ajoutée des grands projets au Sénégal. «Nous importons même les clous», a regretté Boun Abdallah Dionne.

Cet ancien de la Banque Mondiale connaît l'effet d'entraînement que doit avoir le secteur du bâtiment et des travaux publics. L'adage qui dit que "quand le BTP va tout va" ne s'applique malheureusement pas au Sénégal, puisque le pays est dépendant de ses importations.

De plus, le secteur des matériaux de construction est simplement donné en exemple, mais il n'est pas le seul. Puisque le pays n'a jusqu'à présent pas bénéficié de l'industrie du textile, alors que dans les régions, les salaires sont tellement bas et le taux de chômage tellement élevé que le Sénégal aurait pu profiter de la relocalisation des industriels chinois en Afrique.  

«Nous devons vraiment aller vers la création d’écosystèmes favorables au développement  de la construction», a-t-il préconisé.«Il n'est pas normal qu’on continue à importer des portes, voire des clous», a-t-il poursuivi.

Même si M.Dionne est optimiste quant aux retombées des récentes découvertes de pétrole et de gaz dans les eaux sénégalaises, l’amélioration de la «balance des paiements de notre pays» doit, selon lui, être le défi commun de l’Etat et des opérateurs privés nationaux. Cela passe, bien évidemment, par une vraie industrialisation.

Source Le 360Afrique.com



Cliquez-ici pour regarder plus de videos