leral.net | S'informer en temps réel
Lundi 22 Janvier 2018

Morcellement du Titre Foncier N°2.936/GR de Dakar Dem Dikk : tout ce que vous n’avez jamais su des transactions




Après les charivaris et le tintamarre suscités par le morcellement du Titre foncier n°2.936 de Dakar Dem Dikk, la sortie du Directeur général de la Société de transport ne sera point un simple jeu d’enfants.

La preuve, selon les informations de SourceA, si l’un des terrains de 2 000 mètres carrés a été cédé à une Banque de la place à 1 milliard F Cfa, il y a que le Cabinet d’expertises immobilières sollicité par DDD pour lui évaluer la valeur vénale de la parcelle, évalue celle-ci à 1 milliard 200 millions F Cfa. Autre point sombre que devra éclairer Me Moussa Diop, lors de sa sortie tant attendue : comment le terrain qui, dit-on, est contigu à celui cédé à ladite Banque, a pu être filé à l’Alliance pour la République à 600 millions F Cfa. Dans le premier jet des résultats de ses investigations faites autour de la gestion foncière du Dépôt de DDD, SourceA plonge ses lecteurs dans les propositions ô combien mirobolantes faites à la Direction générale de la Société de transport par Rachid Choukry et Franck Konan-Yahaut respectivement Directeurs généraux de OiLibya et de Vivo Energy Senegal. Enquête !!!


C’est un feuilleton qui s’annonce palpitant, et pour cause ! Alors que la polémique autour du prix réel de la cession d’une parcelle de terrain nu issue du morcellement du Titre foncier n°2.936/GR, localisé à Sotrac-Mermoz, continue de faire chavirer les passions les plus folles, voilà que votre journal lève un gros lièvre. En effet, d’après les informations de SourceA, sollicité par la Direction générale de Dakar Dem Dikk sur instruction du Conseil d’administration de la Société de transport, le Cabinet d’expertises immobilières, dirigé par un Expert judiciaire, Expert-évaluateur immobilier, a estimé que la valeur vénale du terrain est de 1 milliard 200 millions F Cfa.

En d’autres termes, selon toujours le Cabinet d’expertises, concernant la surface parcellaire en question, si la valeur du mètre carré au barème était de 90 000 F Cfa, la valeur actuelle du mètre carré dans la zone est de 500.000 francs et la valeur du mètre carré dans la parcelle est évaluée à 600.000 F Cfa.

D’après toujours les informations, dont dispose SourceA, le Cabinet d’expertises, dans sa conclusion  finale, a indiqué à la requérante Dakar Dem Dik, que, compte tenu de ses constations et informations, et après analyse des données recueillies et calcul des surfaces et valeurs ; et en exécution de sa mission d’expertise, il a fixé pour la parcelle de terrain nu d’une surface de 2 000 mètres carrées, localisé dans l’emprise du site appelé «Dépôt Sotrac» à Mermoz, la valeur vénale en l’état actuel et telle que située dans le site, à la somme de un milliard deux cent millions F Cfa (1.200.000.000 F Cfa).

Alors, c’est là que le terrain crédité d’être acquis par une Banque de la place (SourceA connaît son nom, mais ne souhaite pas lui faire de publicité gratuite), garde tout son pesant d’or. Au motif que le prix de cession de la parcelle est, dit-on, évalué à 1 milliard F Cfa. Quand le cabinet d’expertises immobilières recommande à la Direction générale de Dakar Dem Dikk d’en fixer le prix à 1 milliard 200 millions. (Votre canard y reviendra, dans le deuxième jet des résultats de ses investigations).

Pour deux terrains «contigüs», comment l’un cédé à la banque est évalué à 1 milliard F Cfa et l’autre «filé» à l’Apr, à 600 millions de francs

A Dakar Dem Dikk, il y a une chose qui nécessite moult interrogations. En effet, beaucoup se demandent comment le terrain cédé à l’Alliance pour la République, parti au pouvoir, si l’on en croit nos confrères de L’Obs, a pu coûter 600 millions F Cfa, là où la parcelle acquise par la Banque a été vendue à 1 milliard de francs ? Est-ce parce que Macky Sall, patron de l’Apr, est en même temps Président de la République, que le prix de cession a été réduit de moitié, si l’on se fie aux 600 millions avancés par nos confrères ? Y a-t-il, manifestement, un conflit d’intérêts ? Les intérêts des travailleurs de Dakar Dem Dikk ont-ils été pris en compte, dans cette transaction ? Autant de questions qui gardent toute leur pertinence. Surtout que, non seulement, ces deux terrains sont, dit-on, contigüs, mais aussi ils doivent avoir, chacun, une superficie de 2.000 mètres carrés.

Vivo Energy a proposé 4.900.000 F Cfa par mois et un règlement à l’avance par période de 5 ans, soit 294.000.000 F Cfa en guise de location du site de 2000 mètres carrés

Outre les terrains «cédés» à l’Apr et à une Banque de la place, SourceA est en mesure d’écrire, sans courir le risque d’être démenti, que la Direction générale de Dakar Dem Dikk négociait, déjà, depuis 2016, avec Franck Konan Yahaut, Directeur général de Vivo Energy Sénégal, autour de la location du terrain d’une surface de 2000 mètres carrés, en bordure de route, au tarif unitaire de 2450 F Cfa, le mètre carré par mois. Soit, une location mensuelle de 4.900.000 francs par mois.

Les bonus proposés par le Dg de Vivo Energy Sénégal, pour avoir sa part du gâteau du Titre foncier n°2.936/GR

Selon les confidences faites à SourceA, le 19 Avril 2016, le responsable de Vivo Energy Sénégal, dans ses pourparlers avec le Directeur général de Dakar Dem Dikk, proposait à celui-ci un règlement à l’avance par période de 5 ans, soit un montant total de 294.000.000 F Cfa. Et pour mieux appâter la société de transport en commun, Franck Konan Yahaut s’était engagé, à l’époque, à participer à la construction d'une infirmerie à hauteur de 20 millions, à octroyer une dotation d’un million francs par an, pour les activités de l’Association des femmes de Dakar Dem Dikk, à octroyer une dotation d’un million F Cfa par an pour les activités de l’Association des employés de la Société de transport.

Le Dg de Libya Oil Sénégal veut, lui aussi, se taper ses 2000 mètres carrés

Le 25 Avril 2016, l’Administrateur général de Libya Oil Sénégal, Rachid Choukry, a sollicité auprès de la Direction générale de Dakar Dikk Dakar, un bail de 2000 mètres carrés à extraire du grand dépôt de la Société situé sur la route de Ouakam. Et, c’est pour édifier une Station-service de dernière généraation, qui répondra aux plus hauts standards de sécurité et qui proposera des services variés pour la satisfaction des consommateurs.

Osons-le dire ! Il est interdit d’interdire de se poser une litanie de questions au sujet de la cohabitation des terrains «acquis» par l’Apr, une Station d’essence et une Banque de la place sur le titre foncier n° 2.936/GR de Dakar Dem Dikk. Pour cause, pour des raisons de sécurité, il paraît plus que risqué, voire suicidaire, de faire cohabiter le dépôt de la Société de transport, le futur Siège de l’Apr et une Station d’essence. En effet, en cas de manifestations politiques violentes, rien ne peut prédire, avec certitude, que des éléments incontrôlés ne pourront pas être tentés de s’attaquer à la station, y puiser du carburant et de brûler les bus de Dakar Dem Dikk.

Joint par téléphone, afin que la Direction générale puisse livrer sa part de vérité dans ces histoires de terrains cédés, dit-on, à l’Apr et à une Station d’essence, le Service de Communication de Dakar Dem Dikk n’a pas tenu à se prononcer. D’abord, câblé par SourceA, Tapha Tounkara a demandé à votre canard de prendre langue avec le Directeur de la Communication, en l’occurrence Monsieur Hann. Mais lorsque votre journal s’est rapproché de celui-ci, il a été prié de se rabattre sur la page Facebook de Me Moussa Diop, Directeur général de la Société de transport. Qui, ajoute le patron de la Com’ de Dakar Dem Dikk, se prononcera, prochainement, sur la polémique autour des coûts réels de ces terrains.


 

Cherif FAYE (SourceA)

 




Titre de votre page Titre de votre page