leral.net | S'informer en temps réel

Plainte pour haute trahison contre Macky Sall: Ousmane Sonko vise une condamnation…morale !

La coalition Yewi Askan wi a annoncé une pétition pour traduire le Président Macky Sall en Justice, pour ‘’haute trahison’’. L’argumentaire avancé est le suivant : « Nous avons décidé de lancer une pétition pour recueillir le maximum de signatures des Sénégalais et nous allons saisir l’Union africaine et l’Assemblée nationale pour que Macky Sall soit conduit devant la Haute Cour de justice, pour avoir trahi sa fonction, pour avoir déshonoré nos institutions et pour avoir trahi son serment ». "Rewmi" qotidien


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Décembre 2021 à 09:23 | | 0 commentaire(s)|

Plainte pour haute trahison contre Macky Sall: Ousmane Sonko vise une condamnation…morale !
Le prétexte, bien sûr, c’est d’avoir reçu Djibril Ngom, ce mandataire de la coalition Yaw qui s’est dévoyé pour atterrir dans les rangs de Benno Bokk Yakaar, coalition au pouvoir et qui, par ricochet, a été reçu par le président de la République au Palais.

Cet acte a été vivement critiqué par nombre de Sénégalais et c’est ce fait qui a motivé l’initiative de cette coalition, que j’avais dénommée, dès sa création, celle de l’opposition radicale.

Aujourd’hui, le débat est lancé sur la place publique: Des citoyens se demandent, à juste titre d’ailleurs, si une telle démarche peut aboutir.

Nous pensons que, non ! La réalité est que nous sommes encore, et toujours, dans les batailles politiques de positionnement, pour ne pas dire, dans les batailles politiciennes.

Car, c’est un secret de Polichinelle, c’est la majorité au pouvoir qui dicte sa loi à l’Assemblée nationale. Avec ce que l’on appelle ’’la majorité mécanique’’, il n’est pas possible qu’une telle procédure aboutisse d’autant plus que certains députés de l’opposition ne s’y sont pas du tout favorables. Le motif est lié essentiellement au fait que l’argumentaire invoqué est un peu tiré par les cheveux, même s’il serait indécent de minimiser le choc suscité au niveau de cette coalition de l’opposition, par le geste inédit à l’époque posé par le sieur Djibril Ngom.

L’homme a posé un acte d’une haute portée immorale et ne mérite nullement d’être encouragé dans ce sens, surtout par le Chef de l’Etat. Mais, pour autant, il est difficile de parler de ‘’haute trahison’’ à partir du moment où le président de la République est lui- même Chef de parti et leader d’une grande coalition au pouvoir. Et, à ce titre, si l’on suit les logiques politiques partisanes, il n’est pas sûr qu’Ousmane Sonko n’aurait pas lui aussi, reçu un mandataire de Benno Bokk Yakaar qui aurait fait défection. Car, dans toutes les guerres, y compris celles politiques, les camps qui se font face rêvent de recueillir des adversaires ou ennemis qui trahissent leurs propres camps.

Cependant, le scandale, c’est que l’homme soit reçu au Palais de la République avec cette fameuse enveloppe qui trainait… Mais, cet acte, hautement condamnable, moralement, ne peut pas justifier l'enclenchement d’une procédure pour haute trahison. Il faut plus que cela, notamment l’atteinte à la souveraineté de l’Etat, à la sû- reté, aux intérêts supérieurs des sénégalais, notamment ceux économiques, à son territoire, etc. *

La réalité est que ce que cherchent Ousmane Sonko et Cie, et c’est de bonne guerre, est de réussir de convaincre les Sénégalais sur le fait que celui qui les dirige, ne mérite pas qu’ils continuent à lui accorder leur confiance. Ils cherchent alors manifestement, une condamnation morale. C’est compréhensible, politiquement parlant, quand on sait que pour les hommes politiques saisissent toutes les occasions pour affaiblir leurs adversaires, y compris d’une manière rocambolesque.

Toutefois, on pouvait se passer d’un tel débat étant entendu que l’argument n’est pas solide juridiquement parlant et que l’Assemblée est à majorité acquise à la cause du président de la République.

Et ceci est d’autant plus vrai que la présidence future de l’Union africaine du Sénégal ne doit nullement souffrir de nos batailles politiques internes. Nous nous attendions, à ce propos, qu’il y ait un consensus national pour le bien du pays et du continent.






Rewmi


Titre de votre page Titre de votre page