leral.net | S'informer en temps réel

Procès imam Ndao et Cie: Le procureur sollicite le renvoi, la défense oppose un « niet »


Rédigé par leral.net le Mercredi 14 Mars 2018 à 13:56 | | 0 commentaire(s)|

Suite à deux audiences de renvoi d’office de l’affaire, le procès des 32 présumés terroristes, dont l’imam Alioune Ndao a repris ce mercredi 14 mars devant la chambre criminelle de Dakar. C’est à 10h 05 mn, que le juge Samba Kane et 4 ses assesseurs ont fait leur entrée dans la salle 4 noire de monde.

Mais suite à l’appel des présumés terroristes, le Procureur Aly Ciré Ndiaye qui a constaté que deux d’entre eux, en l’occurrence les nommés Alpha Diallo et Mohamed Lamine Mballo, alias « Abu Zikifly » ont été omis dans l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction, a sollicité le renvoi du procès pour régulariser cette lacune.

« Vous avez constaté avec moi monsieur le juge que les accusés Alpha Diallo et Mohamed lamine Mballo alias « Abu Zikifly » ne sont pas devant cette barre. Le juge d’instruction a oublié de mentionner leurs noms dans son ordonnance de renvoi raison pour laquelle, ils sont restés dans le box des accusés. Et cette omission ne saurait entachée la procédure parce qu’ils ont été entendus et inculpés par le juge d’instruction pour association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de terrorisme et pour financement au terroriste. Donc, je sollicite de renvoi du procès pour saisir le juge d’instruction au fins de régulariser son ordonnance. Et, c’est une demande qui est conforme à la loi conformément aux dispositions de l’article 683 du Code de procédure pénale et à la jurisprudence », défend le représentant du ministère public.

Mais de l’avis des conseils des 32 présumés djihadistes cette demande de report n’est pas légitime parce que ça viole le droit de leurs clients qui sont en attente de jugement depuis 2ans. « Je m’oppose à la demande formulée par le ministère public parce que c’est illégitime et inopportune. Le juge d’instruction s’est dessaisi de ce dossier dès l’instant qu’il a déjà rendu son ordonnance de renvoi. Le tribunal est saisi pour 30 accusés, donc le ministère public n’a qu’à assumer ses erreurs », martèle Me Alioune Cissé, l’un des conseils de l’accusé Mactar Diokhané.

« Le droit pour un détenu d’être jugé dans un délai raisonnable est fondamental. Le ministère public est en face d’une impasse car l’ordonnance de renvoi ne peut plus être modifiée. On ne peut attendre que les accusés Alpha Diallo et Mohamed lamine Mballo soit cités pour que ce procès puisse démarrer. C’est intolérable car nos clients ont droit à un procès juste et équitable. Et depuis 30 mois, ils sont en détention », insiste Me Assane Dioma Ndiaye.

Pis, leurs confrères qui se sont constitués pour la défense des deux principaux concernés, ont même plaidé la main levée d’office du mandat de dépôt de leurs clients qui selon eux, sont en détention arbitraire. Du moment que disent-ils, leurs noms ne figurent pas dans l’ordonnance de renvoi.


A suivre...






Kady Faty Leral
 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos