leral.net | S'informer en temps réel
Mercredi 18 Décembre 2019

Proposition de contenus de qualité: Le Groupe Futurs Médias (GFM) cerne les habitudes de fréquentation de ses différents supports ( 1ère )


Le Groupe a sollicité l’institut BDA pour réaliser une étude sur les habitudes de fréquentation de ses différents supports TFM et RFM. L’initiative découle du constat que le paysage médiatique sénégalais est animé par de multiples acteurs, dont le nombre ne cesse d’accroître avec l’apparition récente du groupe Emedia invest. Dans cet environnement de plus en plus concurrentiel, il était important pour le Groupe Futurs Médias (GFM) de cerner les habitudes de fréquentation des différents supports. L’idéal, dit-on, est de proposer des contenus de qualité pour consolider sa position de leader.



L'Institut BDA est une Société Anonyme créée le 11 novembre 1992, spécialisée dans les sondages et études de marché. Comme en attestent nos ...
L'Institut BDA est une Société Anonyme créée le 11 novembre 1992, spécialisée dans les sondages et études de marché. Comme en attestent nos ...
Le Groupe Futurs Médias s’investit dans une logique de mieux faire dans la proposition de contenus audiovisuels. Conscient de la prolifération des chaines de Télévision et de la diversité des offres, il a pris l’initiative de s’attacher des services de l’Institut BDA pour réaliser une étude sur les habitudes de fréquentation de ses différents supports TFM et RFM.
Ainsi, il a été révélé à travers cette initiative, une volonté de comprendre de manière globale les attitudes du grand public à l’égard de ses différents supports afin de mesurer le taux d’audience de la Télévision Futurs Médias et de ses concurrents. Mais aussi, identifier ses émissions les plus regardées, mesurer ses parts de marché en semaine et en weekend. L’idéal est d’appréhender la perception, cerner les freins et les motivations, liés à la fréquentation de la Télévision Futurs Médias (TFM).

Sous ce registre, découvre-t-on, ledit Groupe cherche à travers l’étude à évaluer le niveau de satisfaction des téléspectateurs par rapport aux émissions, appréhender les forces et faiblesses, tout en identifiant le profil socioprofessionnel des téléspectateurs des différentes émissions globalement et aux heures de grande écoute. Ce faisant, le Groupe se veut d’appréhender les besoins et attentes essentiels des téléspectateurs de TFM. A retenir que ces mêmes objectifs sont recherchés à travers l’étude de l’Institut BDA pour la Radio Futurs Médias (RFM).



Cadre d’études, échantillonnage et critères


L’étude réalisée par l’Institut BDA a porté sur la population de la région de Dakar, âgée de 18 ans et plus. La méthode des quotas a été utilisée dans le cadre de l’échantillonnage et les critères retenus sont : l’âge, le sexe, le département, la catégorie socioprofessionnelle et le niveau d’instruction. Un total de 1 000 individus, répartis sur l’ensemble des quatre départements de la région de Dakar, a été enquêté avec une marge d’erreur théorique de 3 points au seuil de confiance de 95%. L’équipe de terrain est constituée de 10 enquêteurs et 2 superviseurs et les entretiens se sont effectués de façon directe (face à face) à l’aide d’un smartphone où est intégré le formulaire de collecte. Les activités de terrain se sont déroulées du 28 août au 15 septembre 2019. Et, le traitement des données a été effectué sous Stata et SPSS.


Résumé analytique de la Fréquentation de RFM et de TFM

Face à cette concurrence sans précédent des chaines médiatiques, le Groupe Futurs Médias a exprimé le besoin de mesurer les performances de la RFM et la TFM. Au sortir des résultats obtenus, il convient de noter que ces supports restent leaders dans leurs domaines avec des résultats relativement satisfaisants, obtenus auprès des téléspectateurs et auditeurs. La RFM est écoutée par 83,8% de la population dakaroise avec un taux de pénétration de 70%. Et, elle devance largement les autres médias. Plus de 85% des auditeurs l’écoutent depuis plus de 04 ans et se déclarent motivés par les programmes intéressants, diffusés à la chaine. Les émissions les plus écoutées par les auditeurs sont DEGUENTAAN (35%), GRAND JURY (33%), YOON WI (30,9%) et RFM MATIN (30,4%). Près de 93% des auditeurs écoutent la RFM au moins une fois par jour.

Par ailleurs, 85% des auditeurs de la RFM sont connectés à la chaine le matin et près de 60% en mi-journée. Plus de la moitié des auditeurs écoutent la RFM entre 07h et 09h et près de 40% entre 12h et 13h. Elle demeure la radio la plus écoutée à partir de 19h jusqu’à 06h.

Cependant, relève-t-on, la RFM est fortement concurrencée par la Zik FM sur les autres tranches. Mais, le niveau de satisfaction des auditeurs est plus élevé pour les programmes d’informations et d’actualités où 97,3% des auditeurs estiment être satisfaits. Ce qui fait la force de la RFM, dit-on, est la compétence de ses présentateurs et animateurs, selon 58,9% des enquêtés et aussi la pertinence des programmes, selon 52,3% des auditeurs.

A l’image de la RFM, la TFM reste la télévision la plus suivie par la population. Près de 50% des téléspectateurs, suivent la chaine depuis sa création. Ils sont motivés à suivre la télévision, en raison des programmes intéressants et de la qualité de l’image. Les émissions les plus suivies sont JAKAARLO (64,9%), KOUTHIA SHOW (48,7%), YEEWU LEEN (37,8%), QUARTIER GENERAL (32,1%) et FARAM FACCE (31,8%). La TFM est suivie au moins une fois par jour par 85% de la population. Et, 73,7% des téléspectateurs suivent les programmes de la télé, la soirée et 52,6% regardent la chaine le matin.


Taux de pénétration de la RFM et de la TFM
La TFM enregistre un taux de pénétration très élevé (92%) et dépasse largement les autres chaines médiatiques. En jours ouvrés, comme en week-end, la TFM reste la chaine la plus suivie pour l’ensemble des places horaires. De 06h à 12h, plus de 70% des téléspectateurs suivent la TFM et durant le week-end 70% des téléspectateurs, suivent la chaine entre 08h et 13h. Les téléspectateurs de la chaine sont plus satisfaits par les programmes d’informations et d’actualités. Cette appréciation est faite par près de 95% des téléspectateurs. La pertinence des programmes (48,5%), la compétence des présentateurs et animateurs (47,7%) et la qualité de l’image (45,1%), constituent les principales forces de la TFM.

Niveau d’écoute de la Radio RFM

Le niveau d’écoute de la radio est très élevé pour la population dakaroise. En effet, près de 80% des enquêtés déclarent écouter la radio. Le support le plus utilisé par la population pour écouter la radio est le téléphone (74%). Les appareils radios sont utilisés par 65,7% des auditeurs et la télévision par seulement 4,5% de la population. Par ailleurs, 1,5% des auditeurs écoutent la radio par internet.

La RFM est écoutée par près de 85% de la population dakaroise, soit 6 individus sur 7. Seuls 16,2% des enquêtés déclarent ne pas écouter cette chaine. Le noyau dur de l’auditoire de la RFM est ancien. Ainsi près de la moitié, soit 46,5% des auditeurs déclarent l’écouter depuis sa création ce qui dénote une certaine fidélité. Dans l’ensemble 86,5% des auditeurs de la RFM l’écoutent depuis plus de quatre ans.

Parts de marché des chaines radios

Face à l’évolution du marché concurrentiel des médias, le niveau d’audience radio peut être mesuré en fonction du taux de pénétration des différentes radios et de leurs parts de marché horaire. Le Top 5 du taux de pénétration des radios est dans l’ordre suivant : RFM (70%) ; Zik FM (47,2%) ; RFI (21,8%) ; Sud FM (18,7%) ; Walf FM1 (11,2%). Il apparaît que RFM se classe largement en tête de la hiérarchie des chaînes radio écoutées dans la région de Dakar, avec un taux de pénétration de 70%. Elle devance ainsi, d’au moins 22,8 points toutes les autres chaînes écoutées. Zik FM est son suivant immédiat avec un taux de pénétration de 47,2%. La chaîne internationale RFI se hisse en troisième position du palmarès avec un score de 21,8%. Sud FM et Walf FM se suivent de près occupant, respectivement les quatrième et cinquième rangs avec des taux de pénétration respectifs de 18,7% et 11,2%.

Image globale et motivations à la bonne image de la RFM

Les auditeurs de la RFM donnent un satisfecit à la radio et 97,6% d’entre eux ont une opinion positive de la chaîne. Près de 60% des répondants sont tout à fait d’accord que la RFM, a une bonne image et 39,2% sont plutôt d’accord sur ce point.

La bonne réputation de la RFM est principalement expliquée par les programmes intéressants de la radio (75,2%), les présentateurs et animateurs compétents (55,2%), le confort d’écoute (46,5%) et la diversité des programmes (43,2%). Par ailleurs 32,3% ont une bonne image de la RFM en raison de la disponibilité des informations en temps réel et 31% des auditeurs apprécient la chaine en raison de la fiabilité de ses informations.

Management de la RFM

Les auditeurs de la RFM estiment que la radio est bien managée. Cet avis est partagé par 92,5% des enquêtés et 55,9% parmi eux, sont tout à fait d’accord sur ce point de vue. Par ailleurs, 36,6% des répondants soutiennent que la chaine est plutôt bien managée. Cependant, près de 3% jugent que la RFM n’est plutôt pas bien managée.

Les auditeurs de la RFM s’attendent à ce que la radio se modernise d’avantage et continue à informer objectivement. 10,6% des enquêtés estiment que la radio doit être engagée aux causes des populations et, être à leurs côtés. D’autre part, 7% des auditeurs s’attendent à ce que la RFM soit plus divertissante et, certains à plus de programmes religieux.


BDA est née le 11 novembre 1992 de la volonté de Yacine BA (anciennement chargée d’étude de BVA Afrique) et de Djibril LY (anciennement directeur technique de BVA Afrique). L’institut BVA Afrique, filiale au Sénégal de BVA France venait juste de déposer son bilan. Les deux promoteurs de BDA ont alors jugé opportun de mettre en commun leurs profils complémentaires : Yacine Ba est titulaire d’une maîtrise en gestion (option marketing et finance) de l’Université Paris IX Dauphine, tandis que Djibril Ly est ingénieur statisticien diplômé de l’ENSAE de Malakoff (Paris). L’engouement suscité par cette création d’entreprise est immédiat chez de nombreux anciens clients de BVA Afrique tels que Nestlé Sénégal, le groupe Damag ou Colgate qui ne tardent pas à manifester leur confiance à BDA.  Le bouche à oreille et le dynamisme de Yacine Ba chargée du développement de l’entreprise font le reste. BDA n’a depuis jamais cessé de séduire la plupart des multinationales présentes au Sénégal. En 1995, Djibril Ly se retire de BDA. Yacine BA prend la direction générale de l’entreprise.
BDA est née le 11 novembre 1992 de la volonté de Yacine BA (anciennement chargée d’étude de BVA Afrique) et de Djibril LY (anciennement directeur technique de BVA Afrique). L’institut BVA Afrique, filiale au Sénégal de BVA France venait juste de déposer son bilan. Les deux promoteurs de BDA ont alors jugé opportun de mettre en commun leurs profils complémentaires : Yacine Ba est titulaire d’une maîtrise en gestion (option marketing et finance) de l’Université Paris IX Dauphine, tandis que Djibril Ly est ingénieur statisticien diplômé de l’ENSAE de Malakoff (Paris). L’engouement suscité par cette création d’entreprise est immédiat chez de nombreux anciens clients de BVA Afrique tels que Nestlé Sénégal, le groupe Damag ou Colgate qui ne tardent pas à manifester leur confiance à BDA. Le bouche à oreille et le dynamisme de Yacine Ba chargée du développement de l’entreprise font le reste. BDA n’a depuis jamais cessé de séduire la plupart des multinationales présentes au Sénégal. En 1995, Djibril Ly se retire de BDA. Yacine BA prend la direction générale de l’entreprise.

La rédaction de leral...



Titre de votre page Titre de votre page