leral.net | S'informer en temps réel

Quand invectives, insultes et invites à la bagarre règnent à l’Assemblée nationale


Rédigé par leral.net le Mercredi 14 Février 2018 à 09:40 | | 0 commentaire(s)|

Qui pour faire savoir aux députés que le peuple n’a pas besoin de ces scènes absurdes qui se passent à l’Assemblée nationale lors des séances plénières ? On croirait voir des gamins de 5 ans se disputer un bonbon, tellement les scènes sont désolantes pour des leaders censés faire valoir les intérêts du peuple. L’élection des députés de la Cedeao a été cette fois-ci l’élément déclencheur des hostilités.

Ainsi, c’est le député opposant Cheikh Mbacké Bara Doli, qui a ouvert le bal des invectives. Il a apostrophé Moustapha Niasse en le traitant de sans foi, pour déplorer le forcing du parti au pouvoir concernant l’élection des députés de la Cedeao. « Président ku deng nga » (président, vous êtes malhonnête », lance le député de Mbacké.

Après ces accusations proférées à l’encontre du président de l’Assemblée nationale, les intervenants de la majorité se sont déchaînés comme pas possible sur Cheikh Mbacké Bara Doli et Abdou Mbacké Bara Doli, son frère, qui l"a appuyé dans son intervention.

C’est Pape Seydou Dianko qui monte au créneau pour traiter de tous les noms d’oiseaux au deux frères Doli. Le maire de Tambacounda, à la barre invite à la bagarre. « Je ne sais pas si c’est de l’indiscipline ou de la folie. Personne ne saurait qualifier ces genres de comportements venant d’une personne qui est censée parler pour le peuple. Nous sommes ici pour travailler, pas pour amuser la galerie, donc consacrons-nous uniquement à cela. Ce que vous avez dit à Niasse, je peux vous le faire regretter en moins de cinq minutes. Il est facile de tutoyer les gens entre quatre murs de l’hémicycle, mais si jamais on se retrouve dehors, tu ne piperas mot », menace Pape Seydou Dianko.

Embouchant la même trompette, Amy Ndiaye Gniby traite cheikh Mbacké Doli de demeuré qui ne sait pas comment se comporter devant des gens civilisés. « Chassez le naturel, il reviendra toujours. Il faut dire que la nature d’un homme ne dépend guère de son rang, de son titre, encore moins de sa richesse. Quand on est indiscipliné chez soi, on apporte partout les comportements déviants sans prendre conscience de cela. Enfin, y en a marre de vos bêtises, il faut que cela cesse, sinon vous verrez de quel bois on se chauffe », peste-t-elle. Tous les députés de la mouvance présidentielle, à l’image de leur prédécesseurs, ont montré leur soutien au président Niasse sans manquer de remettre Cheikh Mbacké Doli à sa place.

Apres avoir conduit tranquillement les trois séances, le président Niasse a mis en garde ses détracteurs. « Rester sourd à certains attaques est mon devoir, mais heureusement, j’ai l’habitude. Je ne m’abaisserai pas à répondre à certaines attaques. J’occupe ce poste grâce à Dieu, la volonté du peuple et la confiance du Président Macky Sall. Et tant que je serai là, tout le monde se tiendra aux dispositions du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Vous pouvez crier ou tomber en transe, tant pis pour vous », clame le doyen Niasse.




Les Echos










Hebergeur d'image