leral.net | S'informer en temps réel

Samuel Sarr et ses camarades bombardent Thierno Alassane Sall: C’est « un ex ministre incompétent, paresseux et corrompu »

Dans un communiqué de presse parvenu à leral.net, la Cellule de Communication du Parti Libéral Social Sénégalais (LSS) du président Samuel Sarr, s’en est violemment pris à l’ancien ministre Thierno Alassane Sall. Sur son livre, ses sorties et autres, les proches de Samuel Sarr qui le traite de « d’ex ministre incompétent, paresseux et corrompu », reviennent sur les positions d’hier et d’aujourd’hui de T.A.S., avec un ton très agressif…Lecture.


Rédigé par leral.net le Jeudi 22 Octobre 2020 à 21:59 | | 12 commentaire(s)|

Samuel Sarr et ses camarades bombardent Thierno Alassane Sall: C’est « un ex ministre incompétent, paresseux et corrompu »
Après lecture de la déclaration attribuée à la supposée Cellule des Cadres de «la République des Valeurs » (c’est faux, ce parti n’a aucune structure) de l’éphémère Ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall, nous avions d’abord, décidé de ne pas réagir. Car, pour nous, cet ancien thuriféraire d’Aliou Sall ne mérite pas qu’on perde notre encre. Ensuite, nous avons remarqué qu’il a copié d’anciennes contributions d’un vieux enseignant à la retraite (accusé de viol sur son élève), prompt à s’attaquer contre Samuel Sarr, sans aucun effort intellectuel.

Le contenu local est l'affaire des Sénégalais. Mais, par devoir de vérité, nous sommes revenus sur notre position initiale, afin de corriger certains errements relevés dans le texte rédigé par Thierno Alassane Sall, le plus incompétent des ministres depuis le premier Gouvernement de Senghor, au lendemain des indépendances.

Mieux, il s’agit aussi d’aider cet ancien membre des Cadres de l’Apr dont la versatilité des arguments dans le dossier de Franck Timis, confirme la légèreté de sa parole, à mieux comprendre le secteur de l’énergie. Nous avons tous vu, des vidéos dans lesquelles, Thierno Alassane Sall soutenait Aliou Sall et Franck Timis, sans réserve, avec hargne et courage. Il retournera son sous-vêtement, toute honte bue, pour se démentir, en tentant de faire oublier aux Sénégalais, les propos qu’il avait tenus pour défendre farouchement Aliou Sall, dans ce dossier, face aux accusations des opposants notamment Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo, ses alliés d’aujourd’hui. Voilà Thierno Alassane Sall !

C’est lorsqu’il a été limogé du Gouvernement, pour incompétence et insuffisance, étouffé d’une haine maladive irriguant son organisme, qu’il a essayé difficilement d’effacer dans l’esprit des Sénégalais, les images du zèle dont il faisait montre dans la défense du Maire de Guédiawaye et de Franck Timis. Voilà l’homme Thierno Alassane Sall. Il est sous l’emprise des pulsions sauvages de son bas-ventre qui font de lui un personnage à risques. Pis encore, Thierno Alassane est adepte de la politique du ventre, un caractère qui le rend instable. C’est de cet homme multicolore, accident de l’histoire politique sénégalaise, que nous sommes aujourd’hui, amenés à parler.

Pour revenir sur le fond de sa déclaration, Thierno Alassane Sall vient de confirmer la pertinence de son limogeage par Macky Sall. Car, véritablement, le leader de la «République des Valeurs », est d’une nullité chronique tant sur le plan professionnel que politique. Le mot n’est pas de trop. Nous l’avons suivi jusqu’aux Comores où il était muté pour les mêmes raisons évoquées plus haut !

Il ignore le sens et les fondements de la loi sur le contenu local. Sinon, il n’allait jamais parler de lancement «d’un appel d’offres international», dans une affaire purement locale et destinée en partie aux investisseurs locaux. Comment limiter les efforts du secteur privé national à une simple «participation», dans une affaire que les opérateurs économiques sénégalais peuvent eux-mêmes réaliser ? Voilà un chef de parti qui ne comprend pas le sens véritable du «contenu local». Nous invitons Thierno Alassane Sall à lire la loi sur le contenu local, pour éviter de répéter ces mêmes inepties demain.

Le contenu local est d’abord destiné au secteur privé local. C’est cela que le Président Macky SALL a bien compris. Et, lors du Conseil des Ministres d’hier, Mercredi 21 Octobre 2020, il a fait examiner et adopter les textes législatifs et réglementaires suivants :
Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ;
- Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ;
- Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL).

Ces dispositions visent d’abord à soutenir, accompagner et protéger l’investissement du privé national. Alors, en parlant «d’appel d’offres international» dans le cadre du contenu local, l’ancien Ministre Thierno Alassane étale toute sa carence et son ignorance des politiques publiques visant à aider le secteur privé.

Thierno devrait nous expliquer, comment peut-il encourager le contenu local et en même temps, ouvrir le marché local aux étrangers, souvent financièrement très redoutables, dans une compétition ? C’est la meilleure manière d’écarter les opérateurs économiques nationaux. L’ignorante contradiction de Thierno Alassane est manifeste de ce point de vue. Il est tout simplement nul. Le mot n’est pas excessif.

Thierno Alassane est une calamité

En lisant la déclaration de Thierno Alassane, on se rend compte qu’il se prononce sur un sujet dont il ignore tous les aspects. Son argumentaire est truffé d’approximations, d’imprécisions et d’incertitudes. La rigueur intellectuelle voudrait qu’il s’investisse d’abord pour avoir toutes les données dans le dossier de West African Energy, avant de s’y prononcer avec des arguments aussi fallacieux, légers et sans fondement. Pour son information, nous voulons juste faire comprendre à Thierno que la Sénélec est actionnaire dans WEA à hauteur de 15%. Toutefois, il faut insister pour dire que le secteur privé sénégalais a supporté les plus importantes parts dans la constitution du capital de WEA. C’est bon à savoir.

L’autre remarque faite dans la déclaration d’Alassane, c’est l’acharnement et la méchanceté qui ornent ses propos contre Samuel Sarr. Cette fois-ci, Monsieur Sarr est l’unique cible d’Alassane, pour des raisons purement subjectives et crypto-personnelles.

C’est un secret de Polichinelle de dire que Samuel SARR a collaboré avec la Gambie. Lui-même l’a dit et répété plusieurs fois dans les média. Parler de déboires judiciaires de Samuel Sarr en Gambie, relève d’un amalgame. Dans la mesure où la justice gambienne n’a jamais poursuivi Monsieur Sarr. Ce n’est même pas dans l’ordre du possible. Pour votre information, entre 1996 et 2001, Samuel SARR était le premier acheteur de la production d’arachide en Gambie et il vendait de l’électricité avec GAMPOWER. Les autorités gambiennes continuent à lui faire confiance pour la résolution de certains dossiers importants. Samuel Sarr est un homme utile pour le Sénégal et pour l’Afrique, contrairement à Alassane, qui n’a aucune utilité, même pour sa ville Thiés. Il n’aide ni les jeunes, ni les femmes encore moins les personnes âgées, même pas les amis de son défunt papa (Qu’Allah l’accueille au paradis).

En évoquant un «rapport de l’Inspection générale d’État (IGE) sur le fuel frelaté », Thierno en rajoute une couche qui prouve à nouveau sa légèreté et sa paresse à s’investir pour la découverte de la vérité juste. Un homme d’Etat est d’abord, une personne responsable qui s’informe, avant d’ouvrir sa bouche ou avant de prendre sa plume, afin d’éviter de s’épancher dans des énormités intolérables. Pour rappel, Samuel Sarr avait demandé la déclassification de tous les dossiers d’audit le concernant.

L’ancien Ministre thiessois a encore fabulé contre un honnête citoyen. Thierno Alassane s’attaque contre Samuel Sarr, en tentant difficilement de modifier la vérité des faits par rapport à l’ensemble des dossiers évoqués. Il est évident que si Samuel Sarr avait commis une faute de gestion, il serait en prison dès 2012, dans les mêmes conditions que les autres libéraux poursuivis. Il est blanc comme le yaourt. Samuel Sarr n’a rien à se reprocher dans sa gestion des affaires publiques. A propos de ses détracteurs, nous dirons juste : continuez, le mensonge est gratuit et intarissable.

Son propos sur Karpowership et le Navire Olinda montre que Thierno Alassane ne maîtrise pas le secteur de l’énergie dont il a eu à diriger. Aveuglé par sa méchanceté qui l’étrangle et obstrue son bon sens, Thierno fustige le choix fait par 04 privés sénégalais sur Monsieur Sarr, pour diriger WAE. Et là, il oublie que Samuel Sarr est un ancien Ministre d’Etat, Ministre de l’Energie précurseur du Plan Takkal et parrain de plusieurs projets réalisés dans ce secteur. Qui peut le plus, peut le moins !

C’est à cause de ses compétences avérées, que des opérateurs économiques africains (Nigérians, Zimbabwéens, Sud-africains, Camerounais etc…) envoient à Dakar, leur jet privé à Samuel Sarr, pour le faire venir dans leur pays, afin de réaliser des projets estimés à plusieurs centaines de millions de dollars. Combien de fois des privés africains ont convoyé leur avion personnel au Sénégal pour inviter Samuel Sarr à prendre part à des réunions au Nigéria, à Londres, à Abu Dhabi, à Dubaï etc… autour des projets d’une immense envergure ?

Après avoir soutenu à juste titre, le président Macky Sall, lors de la présidentielle de 2019, Samuel Sarr pouvait solliciter un poste quelconque comme l’exigent certains alliés. Mais, il a préféré poursuivre ses activités fièrement dans le secteur privé.

Ses compétences sont prouvées. Samuel Sarr n’était pas le financier de Me Abdoulaye Wade pour rien. Alors que Thierno Alassane Sall usait ses culottes sur les bancs des écoles primaires à Thiès, Samuel Sarr administrait sa société en France, dans ses bureaux situés à l’avenue Georges V, au cœur de Paris et en Suisse. Et tenez-vous bien, tous ses employés étaient des Français, même celui qui lui servait son café chaque matin. Ce disciple de Serigne Saliou Mbacké n’a pas attendu d’être au pouvoir en 2000, pour connaître l’opulence. Vous pensez que,c’est avec ses dents qu’il avait loué des hélicoptères pour la campagne électorale de Me Abdoulaye Wade en 1993 et un jet privé en 2000 ? Malheureusement, Abdou Diouf s’était opposé à l’entrée de ces hélicoptères au Sénégal. Où était Thierno Alassane Sall, à cette époque. «Samuel Sarr du séén morom ! ».


Pouquoi Thierno Alassane Sall a été limogé

Samuel Sarr est en tout l’opposé de Thierno Alassane Sal. Contrairement au bruit qu’il a fait courir, l’ancien Ministre de Macky Sall n’a pas démissionné, il a été limogé du Gouvernement. Et, il s’était empressé pour dire le contraire à la presse. En plus, il a cherché à manipuler les média sur les raisons exactes de son départ du Gouvernement. En vérité, Thierno Alassane est victime de son incompétence prouvée. Il est lent dans l’action, et sa paresse maladive le retient toujours au même endroit. Il n’avance pas.

Avec le dossier de TOTAL, Thierno Alassane n’avait jamais refusé de signer le dossier puisqu’il avait déjà signé le protocole à Paris lors d’une visite officielle du président Macky Sall, sous le magistère de François Hollande à l’Elysée. La vérité, c’est qu’il avait oublié de finaliser le dossier de base avec son cabinet, lorsqu’il fallait boucler le dossier à Dakar. Et le Président Sall venait, ainsi d’avoir la certitude que ce ministre n’est pas l’homme qu’il faut à cette place. Rappelons que, lorsque le Président Macky Sall effectuait cette visite officielle à Paris, Thierno Alassane Sall était en séjour aux Etats-Unis, sur invitation officieuse d’opérateurs économiques américains avec qui il voulait organiser des deals sur les permis de recherche de pétrole. Dès son arrivée aux Etats-Unis, les services de renseignement ont alerté l’Etat du Sénégal, parce que le ministre était avec des gens inscrits sur la liste des personnes suspectes dans le blanchiment d’argent sale dans le monde. Immédiatement, le Président Sall lui demandera de venir en urgence à Paris pour signer le protocole d’accord avec TOTAL. Il avait signé devant toutes les chaînes de télévisions françaises et sénégalaises. Alors !

Ce n’est pas tout. Car Thierno Alassane Sall, avait des difficultés aussi sur un projet d’électrification rurale. Il voulait confier un gros marché à une entreprise appartenant à un de ses amis, en violation du Code des Marchés publics. Le projet sera suspendu et passé en appel d’offres. Il s’énerve et s’éternise dans ses grimaces d’adolescence. Pour se venger, il publie un livre en y relatant des «SMS » qu’il aurait échangés avec l’ancien Premier Ministre. Voilà pourquoi, ses alliés d’aujourd’hui, Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo éviteront désormais de lui envoyer des messages ou des mails. Car Thierno Alassane n’est pas sincère dans ses relations, il manque de loyauté et de constance dans ses positions. Il est versatile et inconstant.

Qui ne se souvient pas des accusations du député Farba NGom qui l’avait défié sur TFM, en le menaçant de révéler le nom du pétrolier qui lui avait offert de l’argent alors qu’il était ministre de l’Energie. Corrompu qu’il est ! Cet homme a-t-il de la valeur ? N’a-t-il pas avalé le peu de vertu, d’honneur et de dignité qui lui restait ?




PARTI LIBERAL SOCIAL SENEGALAIS (LSS) DU PRESIDENT SAMUEL SARR




Cliquez-ici pour regarder plus de videos