leral.net | S'informer en temps réel

Secteur de l’énergie: Makhtar Cissé veut faire de la Senelec une société de référence

L’énergie constitue un des enjeux fondamentaux du Pse, mais le secteur est confronté à beaucoup de contraintes que le gouvernement compte corriger. Selon le Directeur général de la Senelec, le taux d’électrification actuel est de 54% avec de fortes disparités. Si l’urbain est à 80%, le rural est à 30%.


Rédigé par leral.net le Lundi 11 Janvier 2016 à 22:55 | | 6 commentaire(s)|

Secteur de l’énergie: Makhtar Cissé veut faire de la Senelec une société de référence
Cependant dira Mouhamadou Makhtar Cissé, qui prenait part samedi au panel des cadres républicains sur «le financement de l’économie-énergie-agriculture-industrie», des performances exceptionnelles ont été réalisées.
« Aujour­d’hui, la compensation tarifaire versée par l’Etat pour éviter l’augmentation des tarifs est passée de 105 milliards en 2012, à zéro franc en 2015. La Senelec, grâce à la disponibilité de ses groupes, produit une électricité à un coût moyen de 60 francs, alors qu’il était de 80 francs. Nous sommes donc à 85% de taux de disponibilité de nos groupes avec une subvention de zéro.
Le diesel et le flux constituent 80% du parc de Senelec, avec un taux de disponibilité qui s’est largement amélioré, passant de 64% en 2011 à 85% aujourd’hui alors que l’objectif dans le contrat de performance de la Senelec était de 84%», souligne M. Cissé. Cette situation dit-il, « a conduit aujourd’hui, à la fin des délestages et des problèmes de production et que les efforts sont concentrés sur un travail de fiabilisation du ré­seau». Le Dg est d’avis que «la Se­nelec doit être une société dont la rentabilité financière doit être garantie. Car, pendant longtemps, la tendance était à la surchau­ffe. Nous avons bien travaillé et les efforts qui ont été faits pour essayer de maintenir la situation vont se pour­suivre. Il faut de la planification sinon on est en permanence dans l’urgence ».
La Se­ne­lec dispose, selon lui, d’un plan d’action qui va jusqu’en 2020 pour un montant de 131, 9 mil­liards de francs Cfa et qui permet­tra de faire tous les investissements de rattrapage, mais aussi de rétablir les pannes et de les détecter à distance. Il annonce aussi qu’après «les investissements de rattrapage, la Se­nelec s’attellera aux investissements de modernisation. Nous voulons faire de Senelec une société mo­derne avec tout le dispositif qui existe à travers les sociétés d’électricité mondiale pour que la Senelec soit une société de référence basée sur les meilleurs standards ».
abciss@lequotidien.sn
Auteur: Le Quotidien - Lequotidien



Cliquez-ici pour regarder plus de videos