leral.net | S'informer en temps réel

Sécurisation du processus électoral : Idrissa Seck porte le combat


Dans le cadre de son projet de sécurisation du processus électoral, Me Mame Adama Gueye a rendu visite, hier, au président de Rewmi, Idrissa Seck. L’ancien Pemier ministre a favorablement répondu à la proposition du leader d’Avenir Sénégal Bu Bess, non sans faire une proposition que les visiteurs qualifient de « très intéressante ».


Rédigé par leral.net le Samedi 27 Octobre 2018 à 10:01 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Pour la sécurisation du processus électoral et le souci de mener une démarche inclusive vis-à-vis de ce projet, Mame Adama Gueye, après plusieurs autres leaders, a rencontré l’ancien Premier ministre et président de Rewmi, Idrissa Seck.

Une rencontre qui aura duré que quelques dizaines de minutes. Et que celui qui a laissé tomber sa candidature et ses ambitions présidentielles pour, dit-il, sécuriser le processus électoral, met au registre de la facilité de la discussion rendue possible part l’esprit réceptif du président de Rewmi.

« Le président Idrissa Seck a très vite compris le sens de la démarche et a partagé avec nous l’analyse que nous faisons sur les dangers qui pèsent sur le processus électoral du fait de la volonté claire du candidat Macky Sall d’organiser un hold-up sur ces élections, de faire prospérer son projet d’attentat rampant en voix de perpétration avec les différents signaux que j’ai indiqués », a expliqué Mame Adama Gueye.

Indiquant que tous les leaders qu’il a rencontrés ont marqué leur accord sans aucune réserve, il a fait savoir tout de même : « le président Idrissa Seck nous a fait une suggestion qui est très importante, pour que dans la communication, nous ciblions également tous les acteurs politiques ».

Conformément à cette suggestion d’Idrissa Seck, la plateforme a lancé un appel à tous les Sénégalais : candidats, acteurs politiques, société civile, organisation de droits de l’homme… « Parce que la question qui se pose, ce n’est seulement pas d’organiser une élection pour avoir un nouveau président. Nous connaissons les capacités de résistance des Sénégalais et ces capacités de résistance peuvent mener à des conflits. Et donc, c’est la paix sociale qui est en jeu », a expliqué Mame Adama Guèye.






Les Echos