leral.net | S'informer en temps réel

Situation délétère des agriculteurs de Dande Maayo, Guanguel et Padalal : L’ADID manifeste toute sa désolation

Laissés à eux-mêmes, les agriculteurs de Dande Maayo Sud (zone située dans le département de Kanel) vivent de réels problèmes. Les femmes de Ganguel et Padalal ont été également dépossédées de leurs périmètres maraîchers. Une situation qui a mis en rogne les membres de l’Association pour le Développement Intégré de Dande Maayo (Adid)


Rédigé par leral.net le Mercredi 8 Septembre 2021 à 09:41 | | 0 commentaire(s)|

Situation délétère des agriculteurs de Dande Maayo, Guanguel et Padalal : L’ADID manifeste toute sa désolation
Dans un communiqué parvenu à «L’As» il tirent à boulets rouges sur la Saed et interpellent l’Etat afin que des solutions soient trouvées au plus vite à leurs problèmes.

Après avoir fait une sortie médiatique le 19 juillet dernier pour alerter sur la situation des agriculteurs de Dande Maayo Sud, les responsables de l’Adid ont effectué une tournée dans cette zone pour constater de visu le problème et discuter avec les concernés.

«Nous avons décidé de nous rendre sur place pour échanger avec les agriculteurs. Cette tournée nous a permis de constater à quel point les populations de Dande Maayo Sud bricolent la vie au quotidien, comme elles peuvent, dans une confusion exaspérante et décourageante», s’émeut Dr Mamadou Dia, président de l’Association.

A l’en croire, ces agriculteurs nourrissent le sentiment d’être abandonnés par la Société Nationale d’Aménagement et d’Exploitation des Terres du Delta (Saed). Ces derniers estiment en effet qu’ils ne travaillent que pour les banques, avec la complicité de la Saed.
Selon le président de l’Adid, plus de huit périmètres irrigués communément appelés cuves ne sont pas partis en campagne d’hivernage cette année. Ce qui remet ainsi en cause l’ambition de l’Etat d’assurer l’autosuffisance alimentaire en riz.

Les raisons de cette situation seraient liées aux faibles rendements enregistrés lors de la campagne précédente et les indemnités d’assurances non payées. A cela, s’ajoutent des factures énergétiques jugées non soutenables, car certains GIE ont vu leur facture d’électricité varier entre 800.000 Fcfa et 1.000.000 Fcfa par mois.

«En plus, une grande partie des agriculteurs de cette zone sont aujourd’hui dans l’incapacité de rembourser leurs bons de crédit », souligne Dr Mamadou Dia.

Pour leur part, les populations de Ganguel sont sidérées de constater que leur casier de 350 ha, démarré depuis 2016, n’est toujours pas à leur disposition afin qu’elles puissent aller en campagne.

«Le planage du casier est mal fait et même la station de pompage est actuellement dans les eaux du fleuve à cause d’un mauvais emplacement et l’absence d’une digue de protection», se désolent les populations. Un casier qui polarise plus de quatre villages est particulièrement attendu par les populations.

«Nous sommes attristés de noter toutes l’amertume et la désolation des femmes de Guanguel et de Padalal qui se trouvent dépossédées de leur périmètre maraîcher, communément appelé «Beyta» à cause des aménagements de la Saed.

Des milliers de femmes, qui n’avaient que ces périmètres maraîchers comme principales sources de revenus, sont envoyées au chômage sans l’assistance des services de la Saed pendant bientôt 5 ans», fulminent les responsables de l’Adid.

Ainsi, il déplore l’inconséquence de la Saed à venir à bout des souffrances des femmes de cette zone. Les agriculteurs de Dande Maayo Sud sont dans une profonde mélancolie et ne savent plus par où tourner la tête.

« Nous en appelons à la responsabilité de l’Etat à travers le ministère de l’Agriculture à réhabiliter les périmètres maraîchers des femmes de Ganguel et de Padalal pour une meilleure autonomisation de ces femmes », conclut Dr Mamadou Dia.
L’As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page