leral.net | S'informer en temps réel

TRANSACTIONS DOUANIERES : La loi du « Kumba am ndeye » et « Kumba amul ndeye » fait rage !


Rédigé par leral.net le Vendredi 9 Décembre 2016 à 21:34 | | 0 commentaire(s)|

TRANSACTIONS DOUANIERES  : La loi du « Kumba am ndeye » et « Kumba amul ndeye » fait rage !
De nos jours, le Sénégal est devenu un orphelinat où les citoyens aux parents pauvres, c’est-à-dire sans soutien étatique ou maraboutique, se voient écraser comme des rats. La preuve par les transactions douanières où les fraudeurs les plus faibles se font conduire à l’abattoir. L’exemple de l’homme d’affaires Serigne Mbacké Sèye, propriétaire de Touba gaz et Touba Oil en est une illustration. Ce bien que ce dernier ait reconnu les faits avant de manifester sa volonté de transiger. Chose faite puisqu’il a payé, cash, une somme de 3 milliards 800. Une manne financière qui tombe à un bon moment où les autorités douanières se débrouillent pour atteindre l’objectif des 75 milliards qui leur a été fixé pour ce mois de décembre en cours. Pendant que Serigne Mbacké Seye a fini de se saigner financièrement, M. Pierre Lefèvre, un toubab d’origine espagnole et patron de Senfruits et Toubafruits joue à cache-cache avec la Douane. Rappelons-le, « Le Témoin » quotidien avait révélé l’histoire de ces deux sociétés espagnoles épinglées par les douaniers de Thiès pour détournement de destination portant sur des matériels agricoles. A cet effet, la douane réclame plus de 2 milliards fcfa d’amende et droits de douane à ces agriculteurs espagnols. Convoqué et entendu sur procès-verbal, le patron de Senfruits et Toubafruits a reconnu les faits, comme l’a fait Serigne Mbacké Séye. Encore, le toubab a accepté de transiger avant de donner un délai. Depuis lors, il n’a plu fait signer de vie financière. En poussant nos investigations, on nous apprend qu’un grand maraboutique et un homme d’affaires activiste qui s’autoproclame « proche » de Macky Sall ont conseillé aux toubabs de ne rien payer ! A ce rythme, les deux « interventionnistes » risquent de faire capoter la récolte financière au détriment du Trésor public. Souhaitons que les autorités étatiques ne vont pas faire homologuer cette loi du « Kumba am ndeye » et « Kumba amul ndeye » dans les transactions douaniéres.
« Le Témoin » quotidien










Cliquez-ici pour regarder plus de videos