leral.net | S'informer en temps réel
Lundi 20 Avril 2020

Tension sociale au "Soleil" : La Cnts tacle rageusement le Synpics


Ça chauffe au quotidien national "Le Soleil", suite au licenciement le 25 mars dernier, d'un agent commercial, Fatou Ly Sall "Croquette", pour fautes lourdes, selon le Directeur général. Pour "délit d'éternuements", selon la section locale du Synpics qui a pondu, hier, un communiqué pour dire être convaincue que la dame a été stigmatisée et licenciée parce que soupçonnée par ses collègues, d'être porteuse du coronavirus après s'être présentée au bureau avec de la fièvre, éternuant et toussotant. Ce matin, c'est la section Cnts à laquelle est affiliée la licenciée, qui tacle rageusement le Synpics et balaie ses arguments et le "délit d'éternuements". Nous vous livrons in extenso, la teneur des deux communiqués.



Hier, le Secrétaire général et le Chargé des Revendications du Synpics, Maguette Ndong et Souleymane Diam Sy, ont rendu public le communiqué qui suit :

"Le jeudi 26 mars 2020, notre collègue Mme Fatou LY Sall dite Croquette, agent commercial, a reçu une lettre de licenciement de la part du Directeur Général du Soleil Yakham Mbaye.

La section Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS) qui s'est rapprochée de la concernée et de la Direction, pour en savoir plus et tenter une conciliation se désole de la prise de cet acte qui lui apparait illégal, abusif et injuste.

La Section Synpics de la SSPP Le Soleil par cette présente, apporte son soutien à l'agent commercial à qui il est reproché le "délit d'éternuer". Invitée à se faire consulter à l'institut Pasteur pour des soupçons de Covid 19, Mme Sall qui a refusé toute stigmatisation, s'est soumise par la suite et avec ses propres moyens, à une consultation médicale.

Alors qu'il lui a été reproché de mettre en danger les autres employés, Mme Sall qui a naturellement envoyé le certificat médical à sa hiérarchie par voie électronique, s'est vue "licenciée pour faute lourde".

Le Section Synpics de la SSPP Le Soleil demande à la Direction Générale, de revenir sur cette décision et de présenter à notre collègue ses excuses suite au préjudice moral qu’elle a subi.

La Section Synpics de la SSPP Le Soleil tient à rappeler qu’au moment où toutes les attentions sont braquées sur la lutte contre la pandémie du Covid 19, la protection des emplois doit être sacrée. D’autant plus que la première ordonnance prise par son Excellence Monsieur le Président de la République sur la Loi d’habilitation, porte sur la protection des emplois avec l’interdiction de tout licenciement qui ne serait motivé par une faute lourde. Or notre collègue Mme Fatou LY Sall CROQUETTE, n’a commis aucune faute qui mériterait un licenciement.

Enfin, la Section Synpics de la SSPP Le Soleil rappelle au Directeur Général, son obligation de faire régner une paix sociale et une stabilité au sein de l’entreprise, seuls gages d’une bonne marche.
"


En réplique à ce communiqué, la Section Cnts-Soleil, par les voix de son Secrétaire général, Souleymane Fall, et de son Chargé des Revendications, Ama Diop, a rageusement taclé le Synpics en ces termes :

"Le 25 mars 2020, le Directeur général de la SSPP Le Soleil a pris une décision portant licenciement de Madame "Croquette" Fatou Ly Sall, agent commercial, pour fautes lourdes (insubordination, défiance envers le Directeur général) et perte de confiance.

Selon le Directeur général, il a été amené à prendre cette mesure radicale face au refus de la concernée de se plier à ses injonctions (aller se faire consulter après avoir manifesté des symptômes d'un état grippal ponctué de toux et d'éternuements, ou quitter son poste de travail et rentrer chez elle) après avoir reçu une alerte écrite de collègues, avec lesquels Madame Ly "Croquette" partageait le même espace de travail.

Une saisine que la Cnts a constaté après vérifications.

Voilà les faits et rien que les faits.
Dès lors, la Cnts, qui a aussi pris connaissance de la teneur de la lettre de licenciement adressée à Madame Ly "Croquette", ne peut soutenir qu'elle a été licenciée pour "délit d'éternuements", si tant que ce délit existe. Car, nulle part, le Directeur général a motivé sa décision en ces termes.

Par ailleurs, il est important de préciser que la qualification d'une faute commise par un agent appartient en premier ressort à son employeur, avant d'être soumise à l'appréciation des instances de recours compétentes.

Donc, les syndicats n'ont ni pouvoir, ni compétence pour se prononcer sur la qualification de la faute imputée à Madame Ly Croquette, d'autant que la SSPP Le Soleil est régie par des dispositions légales, administratives et réglementaires.

La Cnts ne peut que privilégier la promotion du dialogue, la négociation et l'apaisement du climat social, comme elle l'a fait tout au long de ces dernières années, lorsqu'avec les autres syndicats de l'entreprise elle a sollicité et obtenu la clémence du Directeur général lors de licenciements d'agents qui avaient commis des fautes lourdes avérées.

En dépit du fait qu'elle est désolée et surprise que cette affaire soit portée sur la place publique, au moment où les négociations entamées avec la Direction générale, semblaient porter leurs fruits, la Cnts est déterminée à œuvrer pour l'apaisement du climat social, avec la réintégration au sein de l'entreprise de Madame Ly "Croquette".

Dans cette optique, nous exhortons nos collègues syndicalistes d'oeuvrer pour l'apaisement du climat social de l'entreprise et d'éviter la surexposition et la surexploitation médiatiques des problèmes de l'entreprise.

En ces moments de crise nationale marquée par la lutte contre la propagation de la pandemie du Covid-19, l'urgence est ailleurs. Nous n'avons pas le droit de créer des tensions au sein de notre entreprise, une entité importante du Service public qui est à la pointe de la lutte nationale dirigée par le président de la République Macky Sall.
"
La rédaction de leral...



Titre de votre page