Leral.net - S'informer en temps réel

Un régime drastique pour venir à bout du diabète de type 2

Rédigé par leral.net le Lundi 11 Décembre 2017 à 12:52 | | 0 commentaire(s)|

Une perte de poids de 10 kilos permet de lutter contre le diabète de type 2 chez les patients obèses et peut même entraîner une rémission selon une étude écossaise.


Pour lutter contre le diabète de type 2, rien de tel que la perte de poids. C'est ce que démontre une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Glasgow en Ecosse et publiée dans la revue scientifique The Lancet.

Les chercheurs ont étudié pendant un an les cas de 306 personnes âgées de 20 à 65 ans, dont l'indice de masse corporelle était compris entre 27 et 45, donc atteint d'obésité et obésité morbide pour ceux dont l'IMC est de 45. Les participants étaient atteints de diabète de type 2, dont certains depuis six ans.

Les scientifiques ont divisé les volontaires en deux groupes, un groupe témoin et un second groupe composé de 149 personnes qui ont suivi un programme de perte de poids. Pendant trois mois, ils ont suivi un régime strict au cours duquel ils ne consommaient qu'entre 825 et 853 calories par jour, ce qui est très bas. Puis a suivi une phase de stabilisation et réintégration progressive de certains aliments pendant deux à huit semaines. Ils n'ont en revanche pas modifié leur activité physique.

PLUS LA PERTE DE POIDS EST IMPORTANTE, PLUS LE TAUX DE RÉMISSION EST ÉLEVÉ
Dans le groupe témoin, qui a bénéficié de conseils diététiques classiques, la perte de poids moyenne était de 1 kilo. Pour le second groupe, cette moyenne s'élève à 10 kilos perdus. Résultats, 57% des participants qui avaient perdu entre 10 et 15 kilos, n'avaient plus de diabète à la fin de l'étude. Lorsque la perte de poids était supérieure à 15 kilos, ce pourcentage passe à 86%.

Cette étude montre que la masse grasse du corps est liée au diabète et qu'une rémission est possible, même si le patient a du diabète depuis plusieurs années.

Cependant, le Professeur Bruno Vergès, chef du service d'endocrinologie du CHU de Dijon et président de l'association francophone du diabète, contacté par le Figaro, apporte une nuance. "Ce n'est pas si facile que cela de suivre un régime très basses calories. D'ailleurs, dans cette étude où les volontaires étaient pourtant très motivés au départ, 17% ont abandonné le régime en cours de route", explique-t-il.




TopSante


Titre de votre page