Leral.net | S'informer en temps réel

Une femme expulsée d’un avion à cause de sa "mauvaise odeur"

Rédigé par La rédaction de leral.net le 14 Mai 2018 à 13:10 | Lu 3803 fois

Une femme expulsée d’un avion à cause de sa  "mauvaise odeur"
Une Nigériane a intenté un procès contre United Airlines, estimant que la compagnie aérienne a fait preuve de discrimination raciale à son égard, en l’expulsant de son vol à l’aéroport intercontinental Bush de Houston à la suite d’une plainte d’un passager l’accusant d’avoir une  »mauvaise » odeur corporelle.
 
La plainte pour discrimination déposée par Queen Obioma est dans un tribunal au Texas.
 
La plaignante a déclaré que ses enfants et elle avaient été injustement expulsés d’un vol en direction de San Francisco le 4 mars 2016, la deuxième étape d’un voyage de trois escales entre Lagos et l’Ontario, au Canada, où ses enfants vont à l’école.
 
Obioma se rendit aux toilettes avant le décollage et revint trouver un homme blanc qui l’empêchait d’accéder à son siège pendant plusieurs minutes. Un agent a tenté de résoudre le problème mais en vain. L’homme a catégoriquement refusé de la laisser rejoindre sa place.
 
La Nigériane explique qu’un membre du personnel de United, identifié comme Russel H., lui a ordonné de descendre de l’avion. Elle a été informée par un autre agent de United que le pilote lui avait demandé de sortir car l’homme causant des problèmes, se plaignait de ne pas se sentir à l’aise à effectuer le vol avec elle.
 
Ébranlée, Obioma a fait retirer ses enfants du vol, et la famille a pris un autre vol cinq heures plus tard. Voyageuse fréquente du programme Star Alliance de United, Obioma a déclaré que la compagnie aérienne avait fait preuve de discrimination envers elle parce qu’elle était noire, africaine et nigériane.
 
United répondant à une enquête sur la question au Houston Chronicle a déclaré:
 
« Nous n’avons pas encore été informés de cette plainte et en raison du litige en instance impliqué dans cette affaire; nous sommes incapables de fournir d’autres commentaires ».





Afrikmag