leral.net | S'informer en temps réel

Union démocratique des enseignants: Abdourahmane Guèye, le secrétaire général contesté

Le feu couve au niveau de l’Union démocratique des enseignants (UDEN). Des membres du syndicat dont le chargé de l’organisation, Serigne Babacar Ndoye, récusent l’actuel secrétaire général (SG) Abdourahmane Guèye. Ils soutiennent que ce dernier a manœuvré pour passer directement à l’élection du Bureau exécutif national, sans passer par la plénière qui devait adopter les résolutions issues des différentes commissions.


Rédigé par leral.net le Mercredi 5 Janvier 2022 à 09:02 | | 0 commentaire(s)|

Des militants de l’UDEN se rebellent contre l’actuelle équipe dirigeante du syndicat dirigée par le secrétaire général Abdourahmane Guèye. Ils dénoncent le déroulement du congrès organisé les 28 et 29 décembre derniers.

A les en croire, c’est «un Congrès sans débat: une première dans l’histoire de l’organisation».

En effet, soulignent Serigne Babacar Ndoye et Cie, à l’issue des travaux de commission, conformément aux statuts et règlements du syndicat, les résolutions ont été présentées en plénière pour lecture et adoption.

«Mais grande fut notre surprise quand Abdourahmane Guèye fit dire à son maître de cérémonie et complice, que l’adoption des résolutions est confiée à la prochaine commission administrative. Ce qui est aux antipodes des textes du syndicat, d’autant que ce sont les nouvelles dispositions qui président aux destinées de l’organisation jusqu’au prochain congrès», fulminent Serigne Babacar Ndoye et Cie, dans une note parvenue à «L’As»

Poursuivant, ils soutiennent qu’Abdourahmane Guèye a fait un forcing pour se présenter parce simplement un élément nouveau a été retenu disant que «nul ne peut prétendre au poste de SG s’il est à moins de 3 ans de la retraite, en tant que fonctionnaire de l’État ».

Informé de cette disposition et conscient dès lors de son inéligibilité, soulignent-ils, Monsieur Guèye a «honteusement» pris sur lui la décision historique de sauter les débats pour passer directement à l’élection du Bureau exécutif national pour s’autoproclamer SG et distribuer des postes à ses acolytes, sur proposition.

Les accusations contre Abdourahmane Guèye

Par ailleurs, ils l’accusent de détournement en invoquant un audit interne qui, disent-ils, l’avait épinglé pour plus de 13 millions FCfa de dépenses non justifiées. Serigne BabacarNdoye et Cie ont ainsi soulevé quelques-uns des «errements » d’Abdourahmane Guèye et de ceux qu’ils considèrent comme ses complices.

Ils indexent de prime abord, «l’achat d’une maison devant servir de siège national pour un montant de 48 millions FCfa dans une zone inondable, inaccessible en hivernage, sans passer par une commission d’achat». Ils estiment dans la foulée, que ce local est acquis depuis bientôt un an et ils sont toujours en location. Ils ajoutent qu’il est prévu une rallonge supplémentaire d’une quinzaine de millions pour réfection et extension.

«Le compte devant abriter les check-off à la Sgbs a été déplacé à Cofina, on ne sait par quel subterfuge. Il a fait perdre à l’Uden un terrain acquis sous l’ère Awa Wade à Diamniadio. Terrain qui pouvait abriter un siège, mais aussi d’autres infrastructures de formation et sur lequel, l’Uden avait déjà dépensé plus de 7 millions FCfa», se désolent-ils.

Pis, ils accusent toujours Abdourahmane Guèye de s’être chargé de l’organisation du congrès, avec la complicité de sa trésorière alors que ce n’est pas dans leurs prérogatives. «Il a déplacé le lieu du Congrès de l’Ucad à l’Arène nationale, en violation de la lettre directive. Sur un budget de 15 millions, il a déclaré 22 millions FCfa et il n’a libéré que 936.000 FCfa au chargé de l’’organisation et pourtant, la commission administrative avait instruit de rétablir ce dernier dans ses prérogatives, ce qui n’a pas été respecté», disent-ils.

Dénonçant cette forfaiture, Serigne Babacar Ndoye et Cie indiquent qu’ils vont refuser de reconnaître la légalité et la légitimité conférées aux instances mises sur pied. Ils prennent à témoin le gouvernement du Sénégal, l’opinion nationale et internationale, pour que nul n’en n’ignore.

«Nous userons de tous les moyens légaux pour rétablir l’ordre et repousser les anti valeurs qui n’honorent pas les enseignants que nous sommes», ont-ils déclaré.







L’As


Titre de votre page Titre de votre page