Leral.net - S'informer en temps réel

[Vidéo] Affaire du Joola : Une accablante vidéo dénonçant l’irresponsabilité du gouvernement sénégalais fait le tour du monde

Rédigé par leral.net le Mardi 17 Février 2009 à 19:24 | | 8 commentaire(s)|

La « plaidoirie » d’un avocat Sénégalais Me Daouda Seck, disponible en vidéo que se passent les internautes, a été primée au «Concours international de plaidoiries» tenu début février 2009 en France, pour sa défense des victimes du «Joola» contre l’irresponsabilité du gouvernement sénégalais.


DOCUMENT - Ken Bougoul ou la tragédie des sans voix : Chronique d’un silencieux naufrage

Emouvant. C’est le mot qui sied le plus pour qualifier le contenu de ce texte. Une émotion qui se mue rapidement en colère face à toute cette injustice, à toute cette légèreté dans la gestion du bateau Le Joola et celle de son naufrage.
Le sujet abordé par Me El Hadj Daouda Seck, lors du Concours international de plaidoirie pour les droits de l’Homme, qui s’est tenu à Caen le 1er février dernier, lui a valu d’être classé 2e de ce concours en quatre langues. Il a honoré le Sénégal avec un thème loin d’être glorifiant pour ce même pays. Mais, lors de ce concours, Me Seck a tenu à être la voix des sans voix dans un dossier où l’irresponsabilité de l’Etat du Sénégal s’affiche de manière insolente.

ImageIl est assez fréquent qu’en prélude à son ouvrage, l’auteur plaque un avertissement, comme une sorte de parapluie opportunément ouvert pour se protéger des éclaboussures de son propos. S’il m’était permis d’en faire autant et au rebours de ce à quoi nous sommes accoutumés, j’aurais dit :
«Ceci n’est pas un conte. Ceci n’est pas un divertissement.»
«Toute ressemblance avec des personnages et situations ayant existé n’est ni le fruit du hasard, ni une malencontreuse coïncidence, mais une tragique réalité.»
Mesdames Messieurs,
Pourtant tout aurait pu commencer comme dans un conte :
Il était une fois, un beau navire qui desservait la liaison maritime entre Dakar, capitale du Sénégal, et Ziguinchor, plus au sud, dans la verte Casamance.
Le Joola, tel était le nom de ce navire, c’était aussi toute une ambiance : les promenades sur le pont où les contacts se nouaient après la cohue de l’embarquement.
Le bonheur de découvrir le ballet des dauphins avant le débarquement.
Le jeudi 26 septembre 2002, vers 23 heures, le navire, qui était prévu au maximum pour 550 passagers, chavirait avec environ 2 000 personnes à son bord.
Combien étaient-elles, combien sont mortes ? On ne le saura jamais avec exactitude !
La carcasse engloutie d’un navire d’une capacité théorique de 550 passagers est la pathétique ultime demeure d’une liste nominative, à jamais provisoire de 1 953 victimes !
1 953 morts… 64 survivants… dont une seule femme, Ken Bougoul.
Dans la langue la plus parlée au Sénégal, le Ouolof, Ken Bougoul signifie littéralement «personne n’en veut». Mais, c’est par des prénoms de ce genre que, selon certaines croyances, et pour conjurer le mauvais sort, on baptise l’enfant issu d’un ménage où les bébés décèdent de façon répétitive.
Et pour toute réaction à une pareille tragédie, aucune réaction ! On érige le silence en roi dans ce royaume d’interrogations, comme pour faire diversion.
Ken Bougoul et toutes les victimes sont des sans voix. Sans voix parce que pour le plus grand nombre, on ne les entendra plus. Sans voix parce que pour ceux qui réclament justice c’est comme si on refusait de les entendre.
Et pourtant, personne ne voudrait connaître le sort de ceux qui ont péri dans ce navire. Personne ne voudrait vivre ce que les familles de victimes continuent de souffrir.
Paradoxalement, personne ne veut les entendre et l’on veut vite en finir.
Le maître mot c’est… silence, puisque c’est une cause malcommode que l’on veut engloutir.
Alors j’ai choisi de porter cette robe noire à l’image de ce jeudi sombre qui les éprouve encore
Noire comme le dédale de ces procédures ténébreuses qui inspirent une mise à mort.
Noire comme ce mépris inacceptable qu’on leur oppose à tort.
Noire comme cette injustice monstrueuse qui ne sera pas sans remord.
Avec ma robe, je serai «la bouche de ceux qui n’ont point de bouche» comme le fut Césaire.
Je vais hurler pour que nul n’en n’ignore, si c’est encore nécessaire.
Et plaider en ce lieu la violation des Droits de l’Homme comme il en est le sanctuaire.
Ames sensibles éprises de Justice, est-il permis de se taire ?
Devant une concession dont les murs réclament désespérément une couche de peinture.
Je vais à la rencontre de Ken Bougoul, la seule femme rescapée du drame.
Poules, pintades et canards égaient paradoxalement le décor d’une maison dont l’atmosphère rappelle celle d’un lieu de recueillement.
Avec une voix faible, mon interlocutrice me confie : «Les choses se sont passées avec une rapidité telle que personne n’a compris. Le ciel était tout noir et il pleuvait faiblement, ceux qui étaient sur le pont avaient commencé à rejoindre les cabines. Brusquement, un violent mouvement du bateau, les lampes s’éteignent et on sentait l’eau envahir le navire progressivement sous les cris des passagers terrorisés dans le noir et qui ne comprenaient rien de ce qui se passait.»
Les passagers n’avaient donc rien compris mais le comble c’est que leurs familles cherchent toujours à comprendre, mais on ne veut pas leur expliquer, ni même les entendre.
Et pourtant, Dieu sait qu’elles ont des choses à dire.
Pourquoi a-t-on remis en mer un navire coutumier des incidents récurrents et immobilisé pendant près d’un an ? Pourquoi a-t-on entassé autant de personnes dans un bateau dont un des moteurs avait été rafistolé pendant que l’autre était en rodage ? Pourquoi l’alerte n’a-t-elle été déclenchée qu’à 8h du matin pour un naufrage intervenu à 23h la veille ?
Pourquoi aucun appel de détresse n’a-t-il été reçu ?
Pour toute réponse… un silence assourdissant alors que le naufrage continue jusqu’à ce jour à éprouver rescapés et familles de victimes.
1953 morts…. 64 survivants… et on fait comme si tout allait bien.
Ken Bougoul se souvient : «J’avais déjà une certaine expérience de la mer, car je partais à la pêche en pirogue dès mon jeune âge et c’est peut-être ce qui m’a permis de pouvoir remonter à la surface. L’eau de mer était fortement mélangée au gasoil qui déferlait du navire et j’en ai beaucoup avalé.»
Ken Bougoul était enceinte de quatre mois au moment du naufrage.
L’eau de mer fortement mélangée au gasoil fut son unique breuvage.
Elle a accouché d’une fille surnommée «bébé Joola», mais le bonheur de cette naissance n’a jamais illuminé son existence qui tangue vertigineusement entre bâbord et tribord.
«Bébé Joola» est malade et sa mère sans ressources ne peut lui offrir le luxe d’un médecin.
Les droits des enfants et le droit à la santé peuvent attendre d’autres lendemains.
Pour l’heure, la priorité de Ken Bougoul réside dans l’équation du prochain repas.
Avec huit enfants à charge, il faut vite aviser ou les voir passer de vie à trépas.
Et pourtant, l’article 25 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme proclame généreusement : «Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires (…)»
Et il poursuit : «La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciale (…).»
Ken Bougoul, une femme enceinte de quatre mois qui pour coûte que coûte sauver sa vie et celle qu’elle porte avale eau de mer et gasoil en un sombre mélange.
Ken Bougoul, une mère indigente et malade avec à son chevet, son enfant de 6 ans malade, également, mais sans aucune forme d’assistance.
Et pourtant, la Constitution de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) adoptée en 1946, proclame : «La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale.»
A quand le respect des droits reconnus à la maternité, à l’enfance et à la santé ?
L’Etat Sénégalais a commencé par une cargaison de promesses dans le navire d’amertume des familles de victimes voguant vers le port de l’espérance.
A l’arrivée, c’est un conglomérat d’avaries impropres à la consommation.
Les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs : pas de renflouement du navire pour permettre aux familles de faire leur deuil, pas d’association de familles de victimes, le ministre de l’Intérieur ayant dissout l’association sans aucune forme d’explication, pas de Musée du Souvenir comme promis puisque le site précédemment retenu est affecté à autre chose et comme si tout ceci ne suffisait pas : pas de Justice.
«La raison du plus fort reste décidément toujours la meilleure», aurait pu dire La Fontaine. Pourtant il ne s’agit pas d’une fable, même tragique, et nous ne sommes pas les animaux de la jungle.
C’est la dignité humaine qui est menée à l’autel du sacrifice par d’autres humains.
Le crime qui ne peut être absous est celui d’être victime du mauvais sort.
Le Président Wilson Churchill disait : «En temps de guerre, la vérité est tellement précieuse qu’elle est escortée par un tas de mensonges.»
Le fait que ce navire était géré par des militaires permet-il de penser que nous serions en perpétuel temps de guerre ?
Le 16 mars 1978 au large de Portsall l’Amoco Cadiz, pétrolier battant pavillon libérien s’était échoué. Conséquences judiciaires ? 14 ans de procès.
Le 12 décembre 1999, le pétrolier Erika sombrait dans le Finistère, alors qu’il transportait une cargaison d’hydrocarbures. Conséquences judiciaires ? Jusqu’à ce jour, le procès est en cours.
Le 26 septembre 2002, au Sénégal, le naufrage du Joola faisait plus de victimes que Le Titanic 1 953 morts … 64 rescapés. Conséquences judiciaires ? Classement sans suite.
Pour les hydrocarbures, pour les gros intérêts en jeu, pour les plages polluées, ce sont procédures à l’infini ! Mais pour 1 953 morts, silence… C’est le coup du sort.
Le 7 août 2003, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Dakar annonce que le Ministère Public a pris la décision de classer sans suite pénale le dossier du naufrage.
Par un raisonnement d’une virtuose acrobatie, le Parquet est arrivé à la conclusion renversante qui attribue l’entière responsabilité du naufrage au Commandant du navire, opportunément décédé dans la tragédie.
Ecoutez ce réquisitoire : «Les causes essentielles de cette tragédie (…) engagent la responsabilité du commandant à qui il incombe seul la décision d’appareiller. Il est évident que compte tenu de la surcharge avérée, il lui appartenait de refuser d’appareiller comme le ferait tout commandant de bord qui se conforme à la réglementation.»
«Le commandant du bateau faisant partie des personnes disparues, l’action publique doit être considérée comme éteinte à son égard, ce qui, au vu de l’article 6 du Code de procédure pénale, conduit le ministère public à la décision de classement sans suite du dossier au plan pénal.»
C’est ainsi que dans un huis-clos anonyme et honteux on a hermétiquement clôturé le drame.
Le regard perdu de Ken Bougoul me revient et visiblement toutes ces tracasseries l’ennuient.
Quand je lui demande son sentiment sur ce capharnaüm juridique elle me répond qu’elle n’y comprend rien et que sa préoccupation c’est plutôt sa fille malade.
«Dieu m’a sauvée» dit-elle avec détachement «j’aurais pu périr comme ceux qui sont restés dans le navire et je ne serais pas là à vous parler».
Cette réflexion de mon interlocutrice trouble ma double conscience : la professionnelle et la spirituelle.
Pour l’avocat que je suis c’est une opération arithmétique : faits avérés + imputabilité indiscutable = responsabilité.
Pour le croyant que je souhaite devenir chaque jour encore plus, Ken Bougoul me montre la voie en parlant du Tout Puissant.
J’ai dû recourir à la doctrine pour y voir plus clair, mais pas celle du Dalloz
En effet, dans son discours du 1er octobre 2002 le président de la République du Sénégal parlait fort justement de cause :
«Sénégalaises, Sénégalais, Mes Chers compatriotes,
Notre pays vient d’être durement frappé par une immense tragédie qui a coûté à notre peuple plus d’un millier de personnes, hommes, femmes et enfants. Notre douleur est insondable, notre malheur incommensurable, tant le désastre par son étendue touche toutes les catégories ethniques, sociales et religieuses de notre pays.
Bien sûr, le destin est le fait du Tout Puissant mais Dieu nous a aussi dotés de liberté, donc de responsabilité dans les actes que nous commettons et qui peuvent précipiter le cours des choses.»
Responsabilité ! Le mot est lâché. Ken Bougoul et toutes les victimes méritent justice.
Je pense à ces deux pères de famille rencontrés à Dakar qui ont perdu respectivement trois et quatre enfants d’un coup mais dont la détermination force le respect.
Je pense à cette maman française qui n’hésite pas à faire le voyage entre l’Europe et l’Afrique œuvrant sans relâche et avec courage pour le triomphe de la justice.
Je pense à tous ces frères, sœurs, oncles, tantes, cousins, cousines, amis, camarades, professeurs, voisins, ces anonymes choqués par le drame pour tout dire, à ces êtres humains sensibles à la tragédie des sans-voix.
Et pourtant, l’article 8 de la Déclaration universelle des droits de l’homme ajoute : «Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.»
L’Etat a reconnu sa responsabilité civile et indemnisé certaines familles de victimes.
Pour d’autres, ce n’est pas une question d’argent mais un besoin de Justice qu’elles désespèrent d’assouvir un jour.
Et pourtant, là encore, l’article 10 de la Déclaration Universelle des droits de l’homme dispose : «Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.»
Equitablement et publiquement dit le texte mais de l’autre côté c’est le huis-clos du classement sans suite pour un drame affectant des passagers de 12 nationalités différentes dont la Guinée-Bissau, le Ghana, le Cameroun, le Niger, le Liban, la Suisse, les Pays-Bas, la Belgique, la Norvège, l’Espagne, la France et le Sénégal, bien sûr !
En vertu de la compétence personnelle passive, régie par l’article 113-7 du Code pénal français, une information judiciaire a été ouverte le 1er avril 2003 en France.
Le 12 septembre 2008, coup de théâtre !
Le juge Jean-Wilfried Noël du Tribunal de Grande Instance d’Evry qui instruit l’affaire du Joola, lance 9 mandats d’arrêt internationaux contre de hauts responsables Sénégalais en fonction au moment du naufrage pour «homicides involontaires et non-assistance à personnes en danger».
Les autorités sénégalaises désapprouvent et au nom de la réciprocité, le Doyen des juges d’instruction du tribunal de Dakar lance à son tour un mandat d’arrêt international contre le juge Noël pour forfaiture... Peut être qu’il a commis le crime… de vouloir rompre le silence pour faire parler la loi.
1 953 morts…. 64 survivants…1 900 orphelins mineurs… et «bébé Joola» malade auprès de sa mère malade qui croit encore à l’Humanité et aux droits de l’Homme.

Mesdames, Messieurs,

Ce n’est pas pour moi que je réclame vos lauriers !
En m’en couronnant, vous mettrez un terme à ce concert assourdissant de silences !



1.Posté par malick saly le 18/02/2009 01:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis fier de ta plaidoirie mon cher ! tu as été " la bouche des malheurs qui
n'ont point de bouche".Cette prestation d'une rarissime éloquence sur un sujet aussi douloureux et qui , à jamais , sera gravé dans notre mémoire collective honore toute ta corporation mais aussi tous les sénégalais épris de justice.
Tu as démontré à suffisance qu'être avocat n'est pas une sinécure comme semblent le croire certains de tes collégues inutilement insolents et bavards à la fois, amateurs de pitreries, toujours enclins à nous offrir un spectacle de mauvais goût à travers les médias.
Ta plaidoirie Me Seck, apaise les coeurs qui se sont flétris à force de saigner et interpele la conscience de nos dirigeants qui derriere leurs lunettes noires ou leurs vitres blindées et teintées posent sur le peuple un traitre regard . Leurs gardes du corps ne pourront jamais les protéger de leur mauvaise conscience qui telle l'odeur fétide des fanges manrécageuses empeste l'atmosphère dés que leurs bouches mensongères sont ouvertes. BRAVO A TOI CHER AMI

2.Posté par Voix Des Sans Voix le 18/02/2009 02:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI!!!!!!!!!!
L'ESPRIT ST DE DIEU t'a inspiré!!!!!
Toutes Bénédictions!


3.Posté par Shepherd le 18/02/2009 11:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo de votre courage de publier cette Video

Pouvez -vous la faire passer dans le Tele au Pays pour ce cela soit vu par le plus de personne au pays.

Merci encore de faire votre part afin de ne pas oublier cette Catastrophe

4.Posté par PSEDO le 18/02/2009 14:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BRAVO ENCORE LE SENEGAL A BESOIN DES GENS COMME VOUS MERCI ENCORE SI SA POUVAIT PASSE A LA TELEVISION POUR TOUSLES SENEGALAIS CA SERAI MIELLEUR ENCORE MERCI

5.Posté par fafa le 18/02/2009 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour cette belle plaidoirie
Il faut la faire passé à la télévision pour que beaucoup puissse la lire
Merci encore Me SECK
Nous sommes gouvernés par des monstres qu'on le dise ou pas

6.Posté par maf le 18/02/2009 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut grand seck cmt tu vas, mais vrèma tu è fort yalenala yalla maye khole bo cotinuitè ton combat, pour moi le regime de laye wade è reponsable du naufrage du diola, parcek je nepe pa comprendre un navire ki coule a 23h, è le règime a lancè lalerte a 8h du matin, sa cè trè grave. mais allakhira dina mèti ta yague, ma ngui encouragè ak di nianale tout personne ayan perdu un proche dans ce naufrage yaala maylène kholou mougne, yèrgou yarame, paix, reussite ak founiou beugue ège yalla yoboulènefa

7.Posté par DofBi le 18/02/2009 17:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1953 morts et 64 rescapés, et personne n'a demandé pardon, même pas à Dieu. Pas de coupable, pas de responsable, les victimes étaient tous au mauvais endroit et au mauvais moment, la faute à pas de bol. On file 5 ou 10 millions par-ci par-là et on passe à autre chose, silence on oublie, ndogalou Yalla la. Une telle catastrophe ne pouvait se dérouler de la sorte qu'au Sénégal, motakhit, saf naniou sap, té diékhagoul.

8.Posté par ANDRE le 27/02/2009 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI POUR VOTRE REACTION VOUS SAVEZ A JUSTICE HUMAINE EST CERTES TERRESTRE MAIS LA DIVINE EST ENCORE PLUS TERRIFIANTE POUR LES RESPONSABLES AUSSI PUISSANTES QU'ILS SOIENT.CETTE "puissance" QUE LE TOUT PUISSANT NOUS A CONFIE POUR NON S'EN SERVIR POUR ECRASER BAFOUE PIETINE.......... MAIS POUR SERVIR AU NOM DE LA DINITE

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page