leral.net | S'informer en temps réel
Mardi 23 Mars 2010

[Vidéo] El hadji Diouf le ouf


Crachats, bastons, menaces, violences contre les femmes... El-Hadji Diouf alimente de ses frasques les tabloïds anglais depuis un paquet d'années. Alors quand le Sénégalais marque contre Chelsea, comme ce week-end en Premier League, Football-Ravageur.fr ne résiste pas à l’envie de vous rafraîchir la mémoire.



Dimanche après-midi. Ewood Park. 70e minute. El-Hadji Diouf égalise pour Blackburn et arrache le nul contre Chelsea (1-1), lors de la 31e journée de Premier League. Un sale coup pour les Blues dans la course au titre. "Dioufy" refait parler de lui. Mais cette fois-ci pour ses performances et non pour ses frasques. Quand on pense à lui, on pense Sochaux, Rennes, Lens, Liverpool, Sénégal 2002. Mais footballistiquement parlant, ça s’arrête là. Faut dire que depuis, l’attaquant fait plus la une des tabloïds pour ses conneries que pour ses prestations.

Ses deux saisons à Liverpool ressemblent à un sketch: 6 buts en 80 matches, bilan famélique pour un mec recruté 10 millions de livres. Et qui ne se prend pas pour de la merde, à en croire son ex-coéquipier Steven Gerrard, qui l’allume dans sa biographie parue en octobre 2009: "Tout le monde aimait Anelka, un grand joueur, bon camarade, respectueux des valeurs du club alors que Diouf se révéla tout l'inverse, quelqu’un qui ne pensait qu’à lui et se foutait totalement de l’histoire de Liverpool. Il se prenait pour le meilleur joueur du monde, alors qu’il en était à des années-lumière."

Gerrard: "Il se prenait pour le meilleur joueur du monde"

Début mars, les deux "potes" se sont expliqués dans le tunnel menant aux vestiaires. La police a dû intervenir pour les séparer. Diouf a le sang chaud. Souvenez-vous de ce piège téléphonique dans lequel il promettait à son interlocuteur "de le baiser, ainsi que sa mère et sa soeur". Et les bastons, ça le connaît le El-Hadji. S’il joue aujourd’hui à Blackburn, c’est parce qu’il s’est tapé avec Anton Ferdinand, frère de Rio, lorsqu’ils étaient à Sunderland. En janvier 2009, lors d’un dîner, le ton monte entre les deux joueurs, séparés par leurs coéquipiers. "Je vais te planter", lâche alors Diouf, selon les témoins du pugilat. Résultat: quelques jours plus tard, "Dioufy" était bradé aux Rovers.

Mais Diouf est allé encore plus loin. En juillet 2005, il s’en prend à l’ex-femme de Khalilou Fadiga, Aïcha Bâ, et à une copine. "Fadiga Mother Fucker", "Sales Gambiennes, vous n’êtes pas chez vous ici", assène-t-il, selon la jeune femme qui, en voulant s’en aller, se mange une gifle. Et dépose plainte. Inculpé pour "coups et blessures volontaires", le Sénégalais avait été condamné en janvier 2006 à trois mois avec sursis. Rebelote en juin 2009. Dans un casino de Dakar, lui et son garde du corps, le lutteur pro Thiek, sont impliqués dans une bagarre. Une jeune femme, Khady Sy, s’en prend plein la gueule. Et porte plainte. Diouf risque deux ans de prison, toujours pour "coups et blessures volontaires". Mais rien ne dit qu’il sera condamné. Jusqu’ici, il s’en est toujours bien sorti.


Source : http://football-ravageur.fr

Femmes, je vous beigne

Si Diouf a un penchant pour le lattage de nanas, dont sa propre femme, sa spécialité reste le crachat à la Barthez. En mars 2003, en quarts de finale de la Coupe de l’UEFA, il glaviotte sur un supporter du Celtic Glasgow. Il s’excuse publiquement et s’acquitte d’une amende de 5.000 livres. En novembre 2004, c’est Arjan de Zeeuw qui essuie le molard de Diouf. Il s’excuse publiquement et s’acquitte d’une amende de deux semaines de salaire, ainsi qu’une suspension de trois matches. En novembre 2005, il crache de nouveau à la gueule d’un supp’ de Middelsbrough. Il dément et est blanchi.

En septembre dernier, les supporters d’Everton l’accusent d’avoir traité un ramasseur de balle de "putain de blanc". Il dément encore. "On m’a lancé des bananes, expliquait-il sur RMC, avant d’ajouter en mode Alain Delon: J’ai eu d’autres problèmes, de crachats ou de bagarres sur un terrain, mais de racisme, non [...] Tout ça, ce n’est pas El-Hadji Diouf. Je n’ai rien fait." Problème: personne n’a jamais retrouvé les traces des peaux de bananes... Avec une collection de casseroles à faire pâlir Tefal, Diouf a évidemment foutu sa carrière en l’air.

Cartons rouges et 4x4 en or

Non seulement en clubs, où il peine à atteindre les 5 buts de moyenne par saison, ce qui est chiant pour un attaquant. Mais aussi en sélection, où le Ballon d’or africain 2001 et 2002 n’a jamais confirmé ce qu’il avait montré au Mondial 2002. Et où il a encore multiplié les écarts. En février 2004, lors d’un match contre la Tunisie, Diouf reçoit un rouge, pète un plomb contre l’arbitre et fait éclater une échauffourée. Il sera suspendu pour les quatre premières rencontres du Sénégal en éliminatoires du Mondial 2006.

Puis au moment d’effectuer son retour, il est tricard en discothèque la veille d'un déplacement au Libéria. Verdict de la Fédération: six mois de suspension. Retraité une première fois en octobre 2007, avant de revenir sur sa décision après l’intervention de personnalités du pays, Diouf a définitivement tourné la page en avril 2009, dans l’indifférence générale. Qu’importe. Il lui reste Blackburn. Enfin jusqu’à ce que le club en ait ras-le-bol de lui. Et son 4x4 en or aussi.

Le faux coup de fil à Diouf qui s'énerve très vite...:
leral .net




1.Posté par zeus2 le 23/03/2010 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Senegalais,soyons reconnaissants et fiers de Dioufy;il nous a bcp fait rever;ne croyons pas tjours ce que racontent ces sales toubabs,briseurs de carriere des africains alors que ce kils font est pire.El Hadj ne se laisse pas marcher sur les pieds et c la seule facon de se faire respecter dans lhexagone pour un negre.Courage fils

2.Posté par fatouma le 23/03/2010 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut qu'il cesse de taper sur les filles et de les hummilier, sinon ça n'ira pas pour lui. Qu'il sache que la femme c'est une créature de Dieu, et que sa chère maman fatou Diouf est aussi une femme comme toutes les autres femmes. Il faut qu'il tolère. Non pas toujours appliquer la loi du tallion. Il y'a des gens qui n'aiment pas et qui n'aimeront jamais Elhadj Diouf à cause de sont indiscipline même s'il est fait en or.t Qui plus est il met sa carrière en jeu. Je lui souhaite de marquer encore d'autre buts et d'avoir la tête entre les épaules.

3.Posté par MAX le 23/03/2010 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vive Diouf les blancs ne sont bons qu a etre baisée wala bok!!!!

4.Posté par lucho le 23/03/2010 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour tt ce ke la bande de 2002 a fait pour le foot senegalais surtout a diouf mé boulégne gnou sonal tt é fini regardons vers le futur .parlez ns desd joueurs ki sont d actualité mo gueune

5.Posté par cissengary le 23/03/2010 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

n'oubliez surtout pas qu'il nous a rendu heureux;il merite autre chose queces traitements

6.Posté par bour ndiambour le 23/03/2010 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

why people are jalous?
Diouf has money and is so notorious and he plays very well.
why don't you like him? he doesn't give a fuck of your jalousy!
Diouf talibé serigne touba, diouf 2002!
que crèvent les jaloux!

7.Posté par zo le 24/03/2010 00:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous nous fatiguez avec ces histoires de diouf ! ce n'esy pas d'actualités...vous etes des jurnalistes ou koi .? ptain ...laissez le ivre sa vie....fuckin haterssssssssssssss

8.Posté par D-Diop le 24/03/2010 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais moi je ne comprends pas pourquoi en vouloir autant á Diouf ? Vous ne parlez jamais des provocations des Toubabous ,Foutez-lui la Paix bon sang . Par exemple losqu´il crachait sur un spectateur de MIDDELSBROUGH, mais celui l´a agressé : J´ai eu des problemes avec un Irlandais que j´ai gifflé en Allemagne .Ah oui .et je l´ai fait et j´en suis fiert (pour Diouf ).Bon ceux qui mouillent pour les Toubabous ce sont leurs problémes ..........Compléxes........Allez mon Petit tu es Formidable comme POULO .DIADIEUF

9.Posté par weuss le 24/03/2010 03:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Demba Diop, Moustapha Lô, Alfousseyni Cissé, Me Babacar Seye, Balla Gaye, toutes ces personnes ont été tuées froidement dans ce pays sans explications de la part des commanditaires et des meurtriers. Jusqu’à ce jour, un mystère troublant entoure la mort de l’Avocat Me Babacar Seye dans laquelle des responsables politiques dont l’ancien Président Abdou Diouf, l’ ancien Premier Ministre, Habib Thiam, Ahmet Diène, responsables socialiste, ect… ont été cités.

Jusqu’à ce jour, en dehors des soupçons qui pèsent de toute part, aucune information ou un fait avéré n’a été fourni pour permettre à l’opinion de savoir qui a tué Me Babacar Sèye et qui sont les véritables commanditaires. Ce fut un meurtre réfléchi et planifié. Il en est de même pour la mort du Commissaire Sadibou Ndiaye tué dans des conditions et des circonstances jusque là inconnues et nébuleuses. Le Chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, dans sa correspondance réponse à l’Opposition réunie autour de «Benno Siggil Sénégal» a évoqué «la mort du Commissaire Sadibou Ndiaye jeté du haut de la mamelle du phare alors qu’il sortait de la Présidence de la République». Ceci a été le prétexte pour revenir sur ce moment tragique dans le fonctionnement de l’Etat et dans la gestion du dossier des policiers radiés en 1987. Retour sur le lieu du crime…


1987 ! Abdou Diouf, Président de la République du Sénégal, Jean Collin Secrétaire Général de la Présidence de la République, Ibrahima Wane, Ministre de l’Intérieur, Amary Khary Sèye, Directeur Général de la Sûreté Nationale (DGSN) et le Commissaire Sadibou Ndiaye était le Directeur de la Sécurité Publique (DSP). Au niveau de la Présidence de la République, Jean Collin avait un groupe de jeunes Cadres sénégalais sortis de l’Ecole Nationale d’Administration pour certains, d’autres étaient de simples agents et des militants socialistes.

Dans ce même groupe de Collin, il y avait deux journalistes connus aujourd’hui dans le milieu de la presse. Ils sont d’ailleurs devenus des patrons de presse aujourd’hui. Ils étaient tous des agents de la Présidence à travers Jean Collin qui leur confiait des missions secrètes.
Tout est parti d’un incident d’un groupe de policiers. C’est dans le cadre de leur travail que des policiers ont eu des altercations avec un civil. Selon la partie civile, les policiers auraient maltraités la personne. L’affaire atterrit au Tribunal. Les policiers accusés par le civil sont jugés puis condamnés à un an ferme sans appel. Le mandat d’arrêt est lancé, les policiers sont arrêtés.

Au niveau de la Police, les agents contestent cette décision de justice. Selon eux, il y aurait eu des pressions raison pour laquelle la sentence est lourde. Les policiers étaient persuadés qu’il y a une main invisible derrière. Les policiers démarrent une campagne pour casser cette décision. Il fallait tout faire pour faire libérer les agents arrêtés.

Dans leur stratégie, les policiers décident d’organiser une marche pacifique dans les rues de Dakar. Les marcheurs devraient quitter le Commissariat centrale de Dakar pour aller vers le Palais de la République.

Cette décision de marche va à l’encontre des règlements. Car les hommes de tenues n’ont pas le droit d’organiser des marches. Sur ce plan, ils ont enfreint la loi. En dépit de cela, les policiers ont tenu
leur marche.

Le jour de cette marche, les autorités ont envoyé des éléments de la Gendarmerie pour disperser la foule de policiers en marche vers le Palais.

Vers la place de l’Indépendance, les Gendarmes et les policiers se sont affrontés en plein jour. Les choses ont failli débordé mais il y a eu plus de peur que de mal. Le pire a été évité.
Sur le champ, le Président de la République Abdou Diouf reçoit son Secrétaire Général Jean Collin pour prendre une décision. Car de réelles menaces pesaient sur la stabilité de son régime. Tout était possible si les policiers étaient arrivés devant le Palais.

Jean Collin propose ainsi à Abdou Diouf la radiation de tous les policiers. Le Président de la République applique la mesure et saisit l’Assemblée Nationale qui vote la loi. Le Sénégal, par la simple volonté de Jean Collin, de sa bande de jeunes Cadres et de celle du Chef de l’Etat perd l’ensemble de ses policiers pères de familles.

En ces moments, les Policiers occupaient une place centrale dans le dispositif étatique du pays. Ils se sentent touchés, humiliés en dépit de tout le travail qu’ils abattent en tant que des Républicains au service de la Nation.

La loi passe à l’Assemblée Nationale. Le Secrétaire Général de la Présidence Jean Collin demande au Directeur Général de la Sûreté National (DGSN) Amary Khary Sèye de convoquer tous les Commissaires de Police à l’Ecole Nationale de la Police.

Ce jour, le discours de Collin a été particulièrement virulent. Devant tous les Commissaires, il traite les policiers «d’incapables». Il les traite de tous les bas mots. Selon nos sources, Collin aurait même dit aux Commissaires que les gendarmes feront mieux le travail. Il faut rappeler que le travail que faisaient les policiers a été confié aux gendarmes. Dans ce groupe de Commissaires rencontrés par Jean Collin, il y avait le Commissaire Sadidou, Directeur de la Sécurité Publique (DSP).
Dans les normes, les policiers ne devraient pas tenir leur marche illégale sans que le Directeur de la Sécurité Publique ne réagisse. Connaissant la loi, Collin ne pouvait pas admettre que Sadibou Ndiaye se range du côté des hors la loi.

C’est à peine que le Commissaire Sadibou Ndiaye a laissé Jean Collin terminer ses propos, il le coupe devant toute l’assistance et l’arrose d’insultes. Le Commissaire d’une quarantaine d’année abreuve d’injures Jean Collin qui n’a jamais été traité de la sorte par une personne. A l’époque, il était plus craint et plus respecté que le Chef de l’Etat qui ne prenait aucune décision sans le consulter.
Le Directeur Général de la Sûreté National d’alors Amary Khary Sèye a été très proche des socialistes. Jean Collin passe par lui encore pour convoquer le Commissaire Sadidou Ndiaye à la Présidence de la République après leur réunion houleuse.

Dans le bureau de Jean Collin, le Commissaire répète ce qu’il avait dit à l’Ecole Nationale de la Police lors de leur réunion. Et plus grave encore, il menace de faire des révélations contre le régime socialiste.

Il faut rappeler que Sadibou Ndiaye a été un proche de Jean Collin jusqu’avant la radiation des policiers. Il détenait tous les dossiers des socialistes. Des dossiers qui concernaient des marabouts, des députés, des femmes de Ministres, des femmes d’affaires, des policiers français, du traitement que les socialistes faisaient subir à certains marabouts qui dérangeaient leur régime, des trafics de devises, de drogue, d’or, des dossiers concernant des chefs d’Etat. Bref le Commissaire Sadibou Ndiaye détenait beaucoup de secrets inaltérables et jalousement gardés.
A la Présidence, le Commissaire cache ses vérités à Jean Collin et rentre à la Cité Police (l’immeuble situé en face de la porte du millénaire).

Le lendemain, Jean Collin fait appeler de nouveau le Commissaire qui refuse de répondre. Dans cette affaire, Collin n’a jamais agi seul. Il était accompagné par des personnes tous agents à la Présidence de la République.

Lorsque Sadidou Ndiaye a refusé de répondre, Collin l’a fait venir par la force au Ministère de l’Intérieur. D’autres sources disent que la dernière rencontre entre Collin et le Commissaire a eu lieu à la Présidence.

Tout se serait passé lors du face-à-face entre le Secrétaire général de la présidence et le Directeur de la Sécurité Publique. Dans le bureau, les deux hommes étaient seuls. Au moment où ils discutaient, alors que Sadibou Ndiaye a été amené de force, un homme aurait tiré sur lui, le tuant sur le coup. Donc le Commissaire, selon les informations que nous détenons aurait été assassiné sous les yeux de Collin et de … qui encore ?

Il faut maintenant se débarrasser du corps. Des jeunes auraient été chargés de transporter le corps du Commissaire à bord de sa propre voiture.

Le corps sera transporté du centre ville aux mamelles de Ouakam. Le Commissaire sera jeté du haut des mamelles avec sa voiture. Lorsqu’ils le jetaient dans l’océan, des éléments qui faisaient la patrouille les auraient aperçus.

Selon certaines sources, la voiture n’est pas tombée directement. En plus la thèse d’accident simulé n’avait pas convaincu les sénégalais car aucune trace de pneus n’a été décelée. Or il est évident que dans des accidents pareils, le conducteur tente toujours d’arrêter sa voiture ou de dévier. Et dans ce cas, il laisse des traces de pneu sur le sol.
Sa famille est laissée dans un désarroi total. C’est l’Etat qui a fait l’autopsie. Il l’a enterré après avoir déclaré la thèse d’un accident.

Selon nos sources, son fils a contacté un avocat proche de l’opposant Wade. Ce dernier est d’ailleurs actuellement Ministre dans le Gouvernement. Lorsqu’il a montré à l’avocat les informations d’Etat estampillées «top secret» que son père Sadibou Ndiaye détenait. Ce dernier lui aurait tout simplement conseillé de les garder et de ne pas porter plainte.

Sa vie était en danger. Car les auteurs du crime de son père n’hésiterait pas à la descendre.
C’était un 1987, donc à un an de la présidentielle de 1988. Me Abdoulaye Wade le leader de l’Opposition, après son emprisonnement de 1985 suite à une marche contre l’apartheid, est revenu en force avec ce dossier des policiers radiés.

Il en fait un dossier et rejoint les policiers dans la bataille. Etant un parti d’opposition représenté à l’Assemblée Nationale, Me Abdoulaye Wade demande à ses députés de voter contre la loi qui radie les policiers. Il gagne en sympathie du côté des policiers.

Par la suite, le Gouvernement a repris quelques uns de ces policiers radiés. A cause de cette affaire, beaucoup de policiers ont perdu leurs épouses et leurs enfants. D’autres sont devenus des malades mentaux au moment où d’autres ont vu leur épouse se convertir en femme de nuit pour sauver la famille et l’éducation de leurs enfants.

L’ancien étudiant Alfoousény Cissé dirigeant de grève a été tué presque dans les mêmes conditions. Ce dernier, à l’image de Mamadou Diop Decroix et d’autres étudiants a été enrôlé de force dans l’armée. Par la suite, il sera affecté dans les zones de tension au Sud du pays. Alfouseyni Cissé habitant Ziguinchor aurait été tué dans la zone de Santhiaba Manjak, selon les versions «officielles». A en croire nos sources, il aurait été assassiné avec une arme de marque «Merlin 44». Selon une
source policière, seul Jean Collin possédait une arme de cette marque.

L’année qui a suivi la mort du Commissaire Sadibou Ndiaye, 1988, s’est tenue la fameuse élection présidentielle.

10.Posté par asta le 24/03/2010 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce mec ne peut pas changer. il traine un complexe pour être le fils d'une personne d'une ethnie Peul (Fulani' chez les Nigerians ou Foulbé chez les maliens. Mais il a gardé un des caractères des peuls, c'est d'être très chaud de sang. ce sont généralement des gens qui s'énervent vite et peuvent aller jusqu'à tuer ou verser du sang. is n'aiment pas aussi l'affront.
Surtout chez les peuls de patronymes Sow d'où est il est issu du coté paternel.

11.Posté par asta le 24/03/2010 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce mec ne peut pas changer. il traine un complexe pour être le fils d'une personne d'une ethnie Peul (Fulani' chez les Nigerians ou Foulbé chez les maliens. Mais il a gardé un des caractères des peuls, c'est d'être très chaud de sang. ce sont généralement des gens qui s'énervent vite et peuvent aller jusqu'à tuer ou verser du sang. is n'aiment pas aussi l'affront.
Surtout chez les peuls de patronymes Sow d'où est il est issu du coté paternel.

12.Posté par pape le 24/03/2010 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les journalistes vous etes tous des imbeciles de merde allez vous faire foutre Diouf est le meilleur

13.Posté par ouzin le 24/03/2010 16:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

slt sénégalais dou gueureum niamou daww il l'a réson il meilleur au sénégal dioufy fire a toujours battu pour le pays et c come ca k vous le remercier mé yalla mo kham lep méchant

14.Posté par amadou le 24/03/2010 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si diouf était le meilleur au temps de la verte prairie il ne l'ai plus maintenant son temps est derrière,si les sénègalais ont abandonné diouf c'est à cause de son esprit enfantin,arrogance,indiscipline,soulard,violence voilà diouf.il nous emmerde il n'a qu'à se taire

15.Posté par ayache darwiche le 19/04/2012 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

taisez vous tous tant k vs etes ils vs a donné 1 sensation énorme k vs n'avez jamais vécu o sénégal n'oubliez jamais c kil a fait ils vs a mm empeché d'aller à la priere du vendredi dioufyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy tu markeras tjrs l'histoire du sénégal mn refrè

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page