leral.net | S'informer en temps réel

Vote de la loi sur le parrainage: L'opposition dépose son recours en annulation et interpelle les sept "Sages"

Les leaders du Front démocratique et social de résistance nationale ont déposé, dans l’après-midi d’hier mercredi 25 avril 2018, un recours au niveau du Conseil constitutionnel pour demander l’annulation du vote de la loi sur le parrainage.


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Avril 2018 à 09:51 | | 0 commentaire(s)|

Vote de la loi sur le parrainage: L'opposition dépose son recours en annulation et interpelle les sept "Sages"
Le combat contre la loi sur le parrainage se poursuit ! Après avoir boycotté la séance de vote de la loi le jeudi 19 avril dernier, les députés de l’opposition ont saisi hier le Conseil constitutionnel pour demander l’annulation de la loi. Selon leur porte-parole, Me Madické Niang, il ne faudrait pas que les gens se trompent. Lui et ses pairs de l’opposition n’ont pas saisi le Conseil Constitutionnel pour inconstitutionnalité. Certains experts se précipitent, selon lui, pour dire qu’une loi Constitutionnelle ne peut pas être inconstitutionnelle.

« Nous sommes venus pour une annulation. C’est une saisine pour annulation. D’abord pour violation de la Constitution, ensuite pour violation du règlement intérieur. Beaucoup d’arguments ont été développés en soutien à notre demande. Nous avons conscience que c’est une demande très fondée qui a été déposée et nous espérons que le Conseil Constitutionnel va annuler la loi Constitutionnelle. D’abord, en tenant compte des dispositions législatives qui y sont contenues et qui violent la Constitution et ensuite, en tenant compte de la violation du règlement intérieur de l’Assemblée nationale », a expliqué le président du groupe parlementaire « Liberté et Démocratie » à la place Soweto.

Poursuivant, Me Madické Niang précise que celui déposé hier au Conseil constitutionnel, n’est pas le seul recours que l’opposition va faire puisqu’elle en a trois autres. Pour la saisine du Conseil Constitutionnel, un problème de temps se posait parce que la journée d’hier était le dernier délai pour pouvoir saisir les sept « sages ». « Nous allons saisir aussi la Cour Suprême pour faire annuler le décret qui a saisi l’Assemblée nationale. Enfin, nous avons la possibilité de saisir la Cedeao et la Cour africaine des droits de l’Homme. Pour cela, nous avons une jurisprudence développée en soutien de notre demande », informe-t-il.

A la question de savoir s’ils croient à une issue favorable du recours déposé au niveau du Conseil Constitutionnel, Me Madické Niang répond qu’étant en démocratie, les responsables de l’opposition n’ont pas le droit de se comporter comme des défaitistes à l’avance.






Le Témoin