Leral.net - S'informer en temps réel

ACTES CONTRE-NATURE DANS UN APPARTEMENT MEUBLÉ A SACRE-CŒUR 3 : La police gâche la fiesta bien arrosée d’une bande de vingt-cinq jeunes homosexuels

Rédigé par leral.net le Mardi 20 Octobre 2020 à 22:24 | | 0 commentaire(s)|

ACTES CONTRE-NATURE DANS UN APPARTEMENT MEUBLÉ A SACRE-CŒUR 3 : La police gâche la fiesta bien arrosée d’une bande de vingt-cinq jeunes homosexuels
Ce fut le coup de filet du siècle ! Les limiers du commissariat d’arrondissement de Dieuppeul ont démantelé, tard dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 octobre dernier, un vaste réseau de vingt-cinq jeunes homosexuels. Ils s’étaient donné rendez-vous dans un appartement meublé sis à Sacré-Cœur 3, pour festoyer et se livrer à des pratiques répréhensibles. Ils ont été surpris en pleine œuvre puis mis aux arrêts par les éléments de la brigade de recherche du commissariat.

Le temps s’est brusquement arrêté, samedi dernier, vers 4h du matin, à Sacré-Cœur 3, à Dakar, où un groupe de vingt-cinq jeunes garçons, mais tous des amis doublés de gays endurcis, a été appréhendé par les éléments de la brigade de recherche du commissariat de police de Dieuppeul.

La bande célébrait avec faste un anniversaire et un mariage de deux amants déviants sexuels présumés

Les jeunes garçons s’étaient réunis durant cette nuit-là dans un appartement meublé à Sacré-Cœur 3 et se la coulaient douce, loin des regards et oreilles indiscrets. Certains parmi eux s’y trouvaient pour célébrer un anniversaire. Tandis que d’autres homos étaient sur les lieux pour fêter avec faste le mariage d’un couple d’amants déviants sexuels, avec tout le rituel en la matière. Ils étaient habillés comme des princes, se congratulaient sans cesse, brillaient de mille feux avec leur maquillage de toutes sortes et faisaient d’autres choses plus immorales qu’ignobles.

Ils ont loué un appartement meublé de deux chambres et d’un salon, le voisinage alerte la police

Pendant que la fiesta bien arrosée battait son plein dans l’appartement meublé, des voisins qui pestaient contre les agissements ignobles de la bande de pédés, câblent la patronne du commissariat de police de Dieuppeul, qui active ses éléments de la brigade de recherche. Un commando de police est alors vite monté pour aller donner l’assaut. Ils quadrillent d’abord le périmètre du bâtiment. Tandis que d’autre agents de terrain débarquent par surprise sur les lieux et entrent en action. Mais, à la vue des policiers, les adolescents gays se bousculent pour tenter de se sauver. Ce fut alors le sauve-qui-peut. Ce qui crée un véritable remue-ménage dans l’appartement meublé.

Des lubrifiants, des préservatifs…et deux bagues de fiançailles du couple d’homos mariés qui avouent tout

Les limiers parviennent à appréhender vingt-cinq jeunes déviants sexuels et les parquent dans des véhicules. Ils effectuent une perquisition sur les lieux et découvrent tout un arsenal que les homosexuels ont l’habitude d’utiliser entre eux pendant leurs rapports sexuels. Notamment des produits aphrodisiaques, des préservatifs et des lubrifiants. Sans compter deux bagues de fiançailles appartenant aux amants pédés, qui ont reconnu vouloir se marier.

Les gays âgés entre 17 ans, 18 ans, 20 ans et 30 ans au maximum, la majorité vient de la banlieue dakaroise

Au cours des auditions sur procès-verbal, les hommes du commissaire Aïssatou Ka ont appris que la tranche d’âgé des vingt-cinq déviants sexuels varie entre 17 ans, 18 ans, 20 ans et 30 ans au maximum. Mais, ils viennent en grande majorité des quartiers de la banlieue dakaroise. Notamment Pikine, Thiaroye, Guédiawaye, Golf Sud et les Parcelles Assainies. Il y en a également d’autres, qui sont venus de Toubab Dialaw. D’où l’intime conviction des enquêteurs de l’existence d’un groupe social, notamment, WhatsApp, dans lequel les délinquants sexuels ont l’habitude de se retrouver pour partager des informations et prendre des rendez-vous galants, des retrouvailles ou caler des dates de célébration de cérémonies entre eux dans un endroit discret. Si certains parmi eux ont reconnu sans ambages les faits incriminés. D’autres ont tenté, par contre, sans convaincre, de réfuter catégoriquement les griefs retenus contre eux et servi des versions aussi diverses que variées à faire dormir debout.

Des garçons et adultes hyper efféminés dans le groupe ; le cerveau de la bande activement recherché

Quand les enquêteurs auditionnaient la bande, ils ont été ébahis de constater que certains parmi les garçons et les adultes sont hyper efféminés. Ils gesticulaient, parlaient avec une intonation ou timbre vocal très féminin et se dandinent parfois dans les locaux du commissariat de police comme de vraies femmes. Un autre déviant sexuel, qui semble être le cerveau, manque à l’appel. Il a réussi à passer entre les mailles du filet de la police. Il fait cependant l’objet d’intenses recherches de la part des unités de police aux fins de lui mettre le grappin dessus. Tous les vingt-cinq homosexuels supposés devraient être présentés aujourd’hui devant le procureur du tribunal de grande instance de Dakar pour association de malfaiteurs et acte contre-nature, entre autres.

Vieux Père NDIAYE



Source : https://www.jotaay.net/ACTES-CONTRE-NATURE-DANS-UN...


Titre de votre page Titre de votre page