Abbé Pierre Dione, Curé de la cathédrale de Kaolack : « Notre pouvoir judiciaire doit rester à la hauteur des attentes du peuple»

A l’occasion de la célébration de la fête de la Noël, le Curé de la Cathédrale Saint-Théophile de Kaolack, Abbé Pierre Dione, se prononçant sur la situation politique au Sénégal, a réclamé la séparation des pouvoirs et surtout, une justice indépendante.


Rédigé par leral.net le Mardi 26 Décembre 2017 à 11:06 | | 0 commentaire(s)|

Abbé Pierre Dione, Curé de la cathédrale de Kaolack : « Notre pouvoir judiciaire doit rester à la hauteur des attentes du peuple»
 « Ce que nous pouvons demander au pouvoir Exécutif, c’est d’être équidistant, autrement dit, à partir du moment où on gère l’Exécutif, on ne doit plus mener une sorte de politique partisane. En écoutant certaines prises de position, je me demande si à l’avenir, on aura des candidats à même de s’engager pour servir notre peuple », a-t-il dit. Pour lui, « l’Exécutif ne peut pas se passer du Judiciaire et du Législatif. Mais, il faut que chacun exécute sa tâche de la manière la plus convenable ».

A l’endroit des parlementaires,  il note que « le débat politique n’est plus à la hauteur ». « Il faudrait que les députés cherchent des arguments solides pour que, devant leurs vis-à-vis, ils puissent engager un débat porteur des fruits auxquels le peuple s’attend. Je ne dis pas que nos députés ne sont pas à la hauteur mais il y a de quoi se poser des questions. Mais, ça ne doit pas être une chambre d’applaudissements », a-t-il soutenu. A en croire, le prêtre, «le droit et les lois sont des choses assez concrètes. Et c’est en se référant à des lois concrètes, qu’un jugement peut être posé ».

Dans ce sens, poursuit-il, «on demandera simplement à notre pouvoir judiciaire de rester à la hauteur des attentes du peuple et de se conformer à sa propre jurisprudence. C’est d’exhorter la justice à être juste et à demeurer elle-même. Ils doivent se dire oui, j’ai une tâche devant moi, il faut que je l’exécute. Qu’ils acceptent les critiques mais que ces critiques ne les empêchent pas d’assurer convenablement leur leur rôle ».

Et le religieux de renseigner : « le problème est que quand le climat est trouble comme ça, je pense qu’il faudrait assainir le climat social, sociétal, de manière à faire que les décisions puissent être prises sans subjectivité ou subjectivisme… »


Leral.net