leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Total, scandale Petrotim, bradage des ressources du pays, éthique en politique…: Thierno Alassane Sall crache du feu sur Macky Sall et déballe


Rédigé par leral.net le Lundi 12 Novembre 2018 à 13:24 | | 0 commentaire(s)|

L’affaire Total n’a été qu’un écran de fumée, mais la véritable raison du divorce entre Thierno Alassane Sall et Macky Sall est à chercher dans l’affaire Petrotim. L’ancien ministre de l’Energie l’a révélé dans cet entretien accordé à «Les Echos».


Entretien au cours duquel il est revenu largement sur les deux affaires, avec les positions prises par le chef de l’Etat sur le sujet. Déplorant la gestion actuelle du pays, l’ancien apériste affirme qu’on est loin des idéaux de départ, comme «dekkal ngor», «patrie avant le partie». Pis, il note que si le régime de Wade commettait des dérives à un rythme "artisanal", celui de Macky Sall en commet à un rythme "industriel".


Selon lancien collaborateur de Macky Sall, «nous avons cru à ces grands idéaux de rupture, de démocratie, de «dekkal ngor», de renouveau de notre pays... Malheureusement, à la pratique, dès le premier temps, on s’est aperçu de la realpolitik version sénégalaise et africaine, qui consiste au tripatouillage de la Constitution, en la patrimonialisation de l’Etat et du service public par quelques individus, en des pratiques inavouables, juste pour se maintenir au pouvoir, sans aucune honte, sans aucune forme de dignité et de personnalité».


Poursuivant, Thierno Alassane Sall révèle que, "Total a été classée 5e par rapport à Bp, Kosmos et d’autres. Et son offre était de loin moins intéressante et constitue même un recul par rapport à des contrats qui ont été signés avant les découvertes de pétrole».


«L’affaire Timis est un scandale. Non seulement, il n’aurait pas dû bénéficier du contrat, mais, qu’on le laisse partir en ramassant une timbale importante, c’est encore plus scandaleux. L’Assemble nationale ou le procureur doivent s’en saisir. C’est une question de défense des intérêts du Sénégal, en toute circonstance et à tout moment. On doit se bagarrer», dénonce l'ancien ministre de l’Energie. Qui ajoute qu'«au moment de concevoir le projet de porter Macky Sall au pouvoir, j’ai apporté ma contribution. Contrairement à ceux qui étaient sous d’autres cieux, alors qu’ils étaient les plus proches amis de Macky Sall»;

En conclusion, le leader de la République des Valeurs souligne que «notre système étatique fait croire que le chef de l’Etat a des pouvoirs quasi-divins et que personne ne doit lui désobéir, ne doit lui porter la réplique ou ne doit être en désaccord avec lui».






Les Echos



Cliquez-ici pour regarder plus de videos