leral.net | S'informer en temps réel

Air Sénégal : oui à l'identité nationale, mais pensons d'abord au professionnalisme…

Le Sénégal n’est pas à l’abri des problèmes qui ont miné le développement de bon nombre de compagnies aériennes dans le monde. En effet, s’il est relativement facile de lancer une compagnie aérienne, de trouver de l’argent et d’acheter un avion, il est par contre difficile d’atteindre une altitude de croisière confortable, une fois l’activité mise en place.


Rédigé par leral.net le Mardi 28 Janvier 2020 à 16:11 | | 0 commentaire(s)|

Air Sénégal : oui à l'identité nationale, mais pensons d'abord au professionnalisme…
L’aviation est un métier aux coût fixes élevés. Que l’avion soit plein ou vide, on dépense à peu près la même chose. Il faudra faire le plein, payer des taxes aéroportuaires et des salaires. Et tout ceci, peu importante le taux de remplissage. En conséquence, quand on a un avion qui vole avec trop de places vides, on perd beaucoup d’argent. C’est en grande partie le principal problème des petites compagnies aériennes africaines.

Des défis majeurs attendent le pavillon national. Afin qu’il puisse matérialiser le souhait de tous les Sénégalais et du Président de la République, qui est de voir Air Sénégal rayonner dans les cieux d’Afrique et du monde, des efforts devront être consentis.

Parmi ces challenges, figure la satisfaction de la demande des consommateurs qui est de plus en plus exigeante. Notre compagnie devra aussi s’adapter intelligemment aux transformations rapides des technologies et faire face à l’émergence des nouveaux concurrents ( Les ministre des Transports du Benin et du Mali viennent d’annoncer la mise sur pied de leurs compagnies nationales ).

En marge de la réception de l’Airbus A330 neo, le Chef de l’État a laissé entendre que «jamais, le Sénégal n'a mobilisé autant de ressources pour la mise en place d'une compagnie nationale».Force est de reconnaître que le Président nourrit une ambition ô combien noble de faire du Sénégal un hub aérien sous régional de référence et de ASSA une fierté nationale. C’est d’ailleurs une occasion de le féliciter pour tous les efforts consentis jusqu’ici, notamment les moyens considérables qu’il a déployés pour que ASSA prospère.

Néanmoins, il est important de retenir qu’avant d’être un patrimoine national, Air Sénégal est d’abord une entreprise qui se doit d’être rentable.Elle est appelée à générer des revenus et à faire du profit.Elle est également appelée à créer des emplois afin de contribuer efficacement à l’essor économique du pays.
J’invite solennellement l’équipe dirigeante de ASSA à une étude approfondie quant à son modèle de fonctionnement, mais surtout quant à sa stratégie de développement. L’erreur monumentale à ne pas commettre, est de trop miser sur cette “obsession d’identité nationale”, qui est de croire que la croissance de ASSA repose sur un “patriotisme économique”, que nenni.

Si cela était le cas, Air India et Air China, avec leur plus d’un milliard d’habitants, seraient incontestablement les compagnies aériennes les plus profitables au monde. Bien au contraire, à l'heure acuelle, les maîtres des cieux viennent de pays à faible population : Singapour, les Emirats Arabes Unis, la Turquie etc.., en moyenne une population de 6 millionsd’habitants, à l’exception de la Turquie. Cela démontre que même si toutes les compatriotes en partance ou à destination du Sénégal, choisissent Air Sénégal pour voyager, cela ne garantirait pas systématiquement la rentabilité de cette entreprise.Il s’agira plutôt de mettre en place une stratégie pointue pour espérer grandir Air Sénégal, au lieu de se baser sur du “Voyageons ASSA, parce que nous sommes sénégalais “.


Vouloir “refléter son patrimoine artistique, artisanal et culinaire à bord de ses avions”, ne doit pas pousser les uns et les autres, à servir du ‘souloukhou ‘ à leurs clients, à rythmer la cabine économique aux Sabar Sing-Sing ou décorer la business classe aux tableaux d’Hamidou Kassé. Espérant ne jamais côtoyer mes amis PNC en mode thiaaya mbakh piip.
Oui à l'originalité, oui à l'identité culturelle, mais il faut surtout sauvegarder l’aspect “Airline “ de Air Sénégal, en s’accommodant des règlements standards en vigueur régis par les autorités de tutelle,IATA ,OACIetc. .

Afin de se positionner comme leader dans la sous-région, il est impératif que la graine de l’Excellence soit semée dans l’ADN de tous les employés de ASSA. Il faudra leur inculquer la Vision et les Valeurs qu’incarnent la compagnie nationale.C’est avec un pareil état d’esprit que HC pourra agilement, mais surement, faire son bonhomme de chemin et se verra petit à petit fructueuse.

Présentement, Air Sénégal détient les moyens de ses ambitions car dotée, dans sa flotte,des plus beaux produits que le ciel ait jamais connu. En plus de ses ATRs, elle a déjà deux Airbus A330 neo et vient de signer un MoU, pour l’acquisition de huit Airbus A220-300 lors du dernier salon Dubai Air Show. Toutefois, il faudra savoir en faire bon usage, car posséder de beaux et performants appareils est une chose, mais savoir en faire des outils de ventes qui pourront constamment booster le chiffre d’affaire de la boîte, en sera une autre.

Compte tenu ou non de ses origines, le client choisira ASSA non pas parce qu’il est de telle ou de telle nationalité, mais plutôt parce que Air Sénégal fait mieux que ses concurrents. Air Sénégal doit s’assurer qu’elle propose et offre le meilleur service et les meilleurs produits sur toutes les routes qu’elle dessert. Et ceci, pas uniquement à l’accueil ou au débarquement d’un vol, comme l’a signifié le chef de l’Etat, mais bien au-delà. Le client doit vivre le meilleur de l’Esprit Teranga “ avant, après et durant" tout son parcours. Ceci démarre du moment où il manifeste son désir de voyager, jusqu’à ce qu’il finisse intégralement son voyage. D'ailleurs, c’est très réconfortant d’entendre le PDG promettre que le client sera traité avec professionnalisme, de “bout en bout’’.

Je crois qu'Air Sénégal peut avoir du succès et sortira du lot de ces compagnies aériennes gangrenées par les turbulences répétitives dans leurs gestions. Mais, il lui faut, à mon avis, qu’elle s’identifie d’abord au culte du Service client irréprochable, afin de garantir à ses passagers des expériences inoubliables. Il faut qu'elle redéfinisse le Tourisme & le Transport aérien au Senegal, diversifie son produit en créant des services terrestres.

Elle doit faire preuve de souplesse et s’éloigner des sentiers battus, mais surtout éviter de tomber dans le piège de nos experts, qui ont cette tendance à faire de Dakar un Hub naturel du fait de sa position géographique.

Même s’ils existent, les frontières des couloirs aériens disparaîtront des lors que l’homme aura la liberté d’utiliser différentes méthodes. Qu’est ce qui pourra bien motiver un passager qui effectue un[ Accra-New York ], à faire cap sur Dakar, sachant que les prouesses technologiques permettront aux avions de nouvelle génération d’accomplir un vol Non-Stop Accra-New York sans impérativement faire une escale technique et/ou commerciale à Dakar ?





Baba Gadio
Responsable Commercial
Marketing Tourisme et Transports Aériens



Cliquez-ici pour regarder plus de videos