Basket - Affaire des 300 millions FCFA: Babacar Ndiaye et le Dircab de Matar Ba, indexés

La lumière commence à jaillir dans l’affaire des 300 millions des fonds spéciaux mobilisés pour l’organisation du dernier Afro-basket masculin. Me Babacar Ndiaye, qui a reçu un chèque émis par le gestionnaire du compte de dépôt de l’arène nationale, aurait, à son tour, remis 100 millions FCFA au Directeur de Cabinet du ministère des Sports, Ibrahima Ndao.


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Janvier 2018 à 11:27 | | 0 commentaire(s)|

Pour prendre en charge toutes les dépenses liées au dernier Afro-basket masculin 2017 que le Sénégal a conjointement organisé à pied levé avec la Tunisie, le ministre des Sports était obligé de puiser dans le compte de dépôt de l’arène nationale un montant de 300 millions Fcfa. En principe, cette somme devait être remboursée avec les recettes brutes des matchs mais aussi des sponsors que FIBA Afrique devait rétrocéder au Sénégal conformément au cahier des charges.

« Les fédérations ne peuvent gérer que des subventions »

Cependant, la question qui taraude les esprits au ministère des Finances mais aussi dans le landerneau du basketball sénégalais, c’est pourquoi a-t-on remis les 300 millions à des tierces personnes. Ce qui est aberrant, c’est qu’après enquête, on s’est rendu compte qu’hormis le président de la Fédération, Me Babacar Ndiaye et la trésorière Madame Niang, aucun membre du comité directeur de la FSBB n’était au préalable informé de toutes ces transactions.

Pis, l’indignation semble être le maître mot au niveau du Trésor parce que, pour les fonctionnaires, le président Babacar Ndiaye a fait une gestion de fait, puisqu’il n’a pas autorité à manipuler les fonds publics si ce n’est pas une subvention. C’est pourquoi, ils pensent que le ministre Matar Ba est le principal responsable de cette nébuleuse, dans la mesure où il a autorisé une gestion de fait sans passer par le DAGE de son département.

« Dans les textes, les fédérations ne peuvent gérer que l’argent qu’elles reçoivent dans le cadre des subventions. Même pour ça aussi, il faut un virement bancaire. Pour les compétitions normales ou exceptionnelles, les fonds sont toujours gérés par le ministère des Sports à travers ses services compétents. Mais, dans ce dossier, tout a été fait contre la loi », nous signale-t-on du côté du ministère des Finances.




Record