leral.net | S'informer en temps réel

COVID-19: Un variant camerounais découvert en France


Rédigé par leral.net le Jeudi 6 Janvier 2022 à 09:42 | | 0 commentaire(s)|

COVID-19: Un variant camerounais découvert en France
Un variant a été découvert en France et pourrait provenir du Cameroun. La mutation a reçu le nom de B.1.640.2. L’Organisation mondiale de la santé l’a classé comme “un variant sous surveillance”. Selon le virologue Steven Van Gucht, nous ne devons pas nous inquiéter. “Il est normal que le virus mute. Il le fait presque tous les jours”, a-t-il expliqué sur "Het Laatste Nieuws".

Une personne ayant pris l’avion pour le sud de la France depuis le Cameroun, aurait infecté au moins douze personnes avec un nouveau variant. Un article pré-publié dans medRxiv - une version d’un article scientifique qui n’a pas encore été examinée par des pairs - montre que les personnes infectées présentent des “combinaisons de mutations atypiques”. Les experts du gouvernement français indiquent que 46 mutations ont été identifiées. En comparaison, le variant omicron compte 37 mutations. Il est tout à fait normal que les virus mutent. Les mutations ne sont pas nécessairement dangereuses. Les virus pénètrent dans les cellules et se copient ensuite eux-mêmes.

Au cours de ce processus de copie, de petites erreurs de copie sont parfois commises. Ces erreurs sont appelées “mutations”. “Nous ne devons pas nous inquiéter”, déclare le virologue Steven Van Gucht. “Que des variants surgissent ici et là est tout à fait normal. Tant qu’une mutation ne l’emporte pas sur omicron ou delta, il n’y a pas grand-chose à craindre. Nous avons également d’autres variants en Belgique. Parfois, il s’agit de variants étranges que l’on ne voit qu’une fois. C’est tout à fait normal. Il ne signifie rien en soi. Le virus continue de muter. De nouveaux variants apparaissent ici et là chaque semaine ou chaque mois. C’est la nature du virus, mais dans ce cas, nous n’avons rien à craindre.

“Variant sous surveillance”

Selon les premiers résultats de l’étude, préparée par des scientifiques de l’IHU Méditerranée Infection à Marseille, le variant contient les mutations déjà connues N501Y et E484K. N501Y est également inclus dans le variant alpha et est connu pour se lier plus fortement aux cellules et donc, se propager plus facilement.

B.1.640 a été classé comme “variant sous surveillance” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en novembre dernier. “L’impact épidémiologique du variant n’est pas clair”, indique le site web de l’OMS. Aucune autre information n’est actuellement connue sur le variant découvert en France. “Ce variant fait l’objet d’une surveillance et d’une enquête plus poussées”, a déclaré l’OMS.







Rewmi

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page