leral.net | S'informer en temps réel

Commercialisation des produits agricoles: Aminata Assome Diatta préconise une bourse

La ministre du Commerce, des Petites et moyennes entreprises (PME), Aminata Assome Diatta a préconisé jeudi, la mise en place d’une bourse des produits agricoles, pour aider les producteurs à écouler plus facilement leur production sur un marché.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Décembre 2021 à 21:03 | | 0 commentaire(s)|

’Le problème qui se pose avec la commercialisation des produits agricoles, c’est qu’on n’a pas une idée claire du niveau de production, mais également des prix’’, a-t-elle dit à Diamniadio, à l’issue d’une réunion de concertation avec les représentants des différentes filières et les services de l’Etat impliqués.

Selon elle, ce problème de commercialisation justifie l’idée d’une bourse des produits agricoles, qui va permettre aux producteurs d’être rassurés sur le prix de vente et de trouver un acquéreur sur le marché, avant même la récolte.

‘’Il faut nécessairement qu’on y arrive quand nous avons pensé mettre en place ce marché à thème, qui prend en charge cette préoccupation’’, a-t-elle expliqué après une séance de travail à huis-clos avec les producteurs.

‘’Ce qui reste, c’est peut-être le financement, les infrastructures et une chambre de compensation qui soit entre l’acheteur et le vendeur’’, a-t-elle ajouté.

‘’Si on arrive à démarrer ce projet d’ici quelques temps, ces problèmes seront derrière nous et nous allons augmenter de façon drastique la production’’, a souligné Aminata Assome Diatta.

D’après l'Aps, elle a rappelé que ‘’les pays développés sont passés par là. Nous ne pouvons pas trouver un autre chemin’’.

Mme Diatta a réitéré son engagement pour "apporter les réponses aux préoccupations des producteurs’’.

‘’En effet, les producteurs se plaignent de ne pouvoir commercialiser leurs produits, mais l’action du ministère du Commerce est très limitée. Tout ce que nous pouvons faire, c’est réguler, mais nous ne pouvons prendre la production pour aller la vendre’’, a expliqué la ministre du Commerce et des PME.

‘’Il y a souvent une confusion des rôles qui pose énormément de problèmes mais il faut travailler davantage avec les commerçants, avec l’ARM et les structures de financement, pour aider ces commerçants à avoir les fonds nécessaires pour acheter le produit mais quand le marché est inondé, malheureusement, cela devient extrêmement difficile’’, a-t-elle souligné.

Sur la commercialisation de l’arachide, la ministre, après sa synthèse des travaux, a fait état d’une rencontre récente avec les acteurs. Elle a assuré avoir pris bonne note des préoccupations des acteurs de la filière.

’Il s’agit pour la ministre, de la nécessité de revoir les textes qui organisent le secteur. Nous y travaillons’’, a-t-elle relevé.

’Pour trouver des solutions, il faut des discussions pour parler des problèmes que rencontrent les acteurs des différentes filières’’, a-t-elle dit à l’attention des acteurs des différentes filières.

Elle a demandé aux acteurs de ‘’rester mobilisés et de prendre des initiatives s’il y a nécessité de réunir le cadre pour des discussions comme le fait le ministère’’.

‘’L’objectif de cette rencontre est de faire le point sur le dispositif de commercialisation mis en place et de voir dans quelle mesure, des jalons supplémentaires peuvent être posés’’, a poursuivi Aminata Assome Diatta.

Elle a indiqué avoir installé le Conseil national de commercialisation des productions agricoles le 25 août 2020, suivie des conseils régionaux de commercialisation des productions agricoles.

Selon elle, ces séries de rencontres dans huit régions du pays, ont permis de réunir au cours de ce cadre tenu à Diamniadio, toutes les parties prenantes, pour échanger, partager les préoccupations, évaluer, identifier ensemble, des contraintes et proposer des solutions structurantes.


Ousmane Wade

Titre de votre page Titre de votre page