leral.net | S'informer en temps réel

Controverse autour de l'achat de deux immeubles: révélations renversantes sur le foncier du Port

Suite aux informations publiées dans «L’Obsercateur» et «Libération» sur la réunion du Conseil d’administration, les services de Aboubacar Sédikh Bèye sont revenus en long, en large et en travers sur cette affaire. Après avoir précisé que c’est dans une démarche de transparence et de déontologie que tous les éléments d’appréciation ont été fournis au Conseil d’administration, la Direction générale du Port a fait des révélations renversantes.


Rédigé par leral.net le Lundi 4 Juin 2018 à 10:59 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Aboubacar Sédikh Bèye était averti. Dès sa nomination à la tête du Port Autonome de Dakar en remplacement de Cheikh Kanté, tout son entourage savait qu’il allait faire l’objet d’attaques internes et externes pouvant aller jusqu'en-dessous de la ceinture. Cette «cabale» qui a démarré depuis bien longtemps, n’avait trouvé aucun écho jusqu’à ce que ses contempteurs choisissent le «porter-presse». Et quelle meilleure occasion que la réunion du Conseil d’administration lors duquel différents sujets ont été évoqués parmi lesquels l’achat de deux immeubles (au lieu d’un) ? Puisque ses détracteurs se sont précipités pour saisir la presse, la Direction générale du Port Autonome de Dakar a décidé de faire face. Après la publication par «L’Observateur» et «Libération» d’informations abordées lors du Conseil d’administration du 30 mai dernier, les services de Aboubacar Sédikh Bèye ont riposté pour donner la bonne information.

Il s’agit de 2 immeubles situés dans… l’enceinte du Port

Selon nos informations, le Directeur général a voulu mettre toutes les Directions dans un même immeuble. A titre d’exemple, le personnel du Port est actuellement éparpillé sur… 20 sites à travers Dakar. Ce qui constitue un réel frein à la productivité du personnel, parce que pour rallier un site à un autre, un employé chargé d’une opération urgente peut rester bloqué plus d’une heure dans la circulation. Pis, non seulement près de 200 employés n’ont pas de bureau, mais le siège de la Direction générale date de l’époque coloniale. Il suffit d’y faire un tour pour s’en convaincre.

L’ancienne Direction avait donné à Bamba Ndiaye en face du Môle 2, en 2014, un terrain de 1400 m2 pendant 25 ans, moyennant… 2.850.400 francs Cfa l’année.

Ayant donc constaté qu’il y avait deux bâtiments qui se trouvent dans le domaine portuaire, il a décidé de les racheter. Le premier est un immeuble que construit Bamba Ndiaye, en face du Môle 2. Figurez-vous que cet endroit avait été donné le 2 juin 2014 au privé Bamba Ndiaye sous forme de bail de 25 ans. L’ancienne Direction du Port de Dakar a donné 1400 mètres carrés à Bamba Ndiaye pour 2036 francs le mètre carré à l’année. Ce qui fait que le célèbre importateur de carreaux, qui a gagné le marché du building administratif, ne payait au Port pour une superficie de 1400 mètres carrés que 2.850.400 francs Cfa l’année, là où le mètre carré dépasse 500.000 francs Cfa.

L’ancienne Direction avait donné dans l’enceinte du Port à Bolloré, 3500m2 à un peu plus de 6 millions par… an

Ce n’est pas tout. Bamba Ndiaye en tant que compatriote, peut bénéficier de cet avantage, mais même un étranger en a bénéficié. En effet, le groupe Bolloré a construit un très bel immeuble au milieu du Port. L’ancienne Direction lui avait donné 3500 mètres carrés sous forme de bail, moyennant des redevances de 1725 Cfa le mètre carré à l’année. Ce qui veut dire que Bolloré, empêtré dans de graves problèmes judiciaires dans son pays, paie pour 3500 m2, la modique somme de 6.037.500 francs l’année.


Le Conseil d’administration a sollicité une 3e expertise du Port

Ce sont ces deux immeubles que l’actuelle Direction générale du Port veut racheter "compte tenu de leur emplacement stratégique" et dans un parfait souci de renforcer le portefeuille foncier du Port. Si Bamba Ndiaye a accepté de céder son immeuble de dernière génération à 5,5 milliards, Bolloré a accepté, après des négociations intenses, de vendre son immeuble flambant neuf à 1 milliard.

Ce qui veut dire qu’avec 6,5 milliards, le Port de Dakar va se doter de deux immeubles à la dimension de ses ambitions.
D’ailleurs, le Conseil d’administration a accepté le principe de l’achat de ces deux immeubles, mais il demande une 3e contre-expertise faite par le Port.





Les Echos