leral.net | S'informer en temps réel

Coronavirus - Les voyageurs dans les bus Aftu exposés, les employés en danger

Depuis l’apparition du covid19 au Sénégal, la société Aftu (Association pour le financement du transport urbain) n’a toujours pas pris de dispositions allant dans le sens de protéger ses employés, ainsi que les voyageurs qui empruntent ses bus.


Rédigé par leral.net le Mercredi 18 Mars 2020 à 11:52 | | 0 commentaire(s)|

Coronavirus - Les voyageurs dans les bus Aftu exposés, les employés en danger
Depuis l’apparition du Covid -19 dans notre pays, aucune disposition en vue de protéger les chauffeurs, receveurs et passagers n’a été prise par la société Aftu qui exploite les minibus « Tata ». Chaque jour, de l’aurore jusque tard dans la nuit, ces minibus sillonnent Dakar et sa banlieue, transportant des voyageurs qui les préfèrent aux pittoresques cars rapides dont le manque de confort, de sécurité et… d’hygiène, constitue l’identité.

Dans ce contexte de présence du coronavirus dans nos murs, les clients de ces « Tata » font pourtant comme si de rien n’était. Rares sont ceux qui parmi eux se soucient de l’existence de cette maladie. Aucune disposition n’est prise par eux allant dans le sens de se protéger. Quant aux chauffeurs et receveurs, eux aussi sont dans le train- train habituel. Les derniers, qui manipulent des billets de banque et des pièces de monnaie à longueur de journée, ne se gênent pas pour manipuler leurs téléphones portables tout en remettant aux clients leurs tickets. Les conducteurs, eux, ne bénéficient d’aucune protection particulière alors qu’ils convoient chaque jour que Dieu fait, des milliers de passagers.

Autant donc dire que chauffeurs et receveurs ne sont pas à l’abri de contaminations. Surtout que, coronavirus ou pas, on assiste toujours aux bousculades, surcharges et disputes habitudes à bord de ces véhicules de transport en commun. Lesquels constituent donc de véritables bombes ambulantes.

Moussa Thiam, habitant de Guédiawaye, soutient que les passagers de ces minibus courent un grand danger en ces jours de pandémie. « Il y a beaucoup de risques. Hier, j’en discutais avec des amis parce qu’il y a une incohérence. L’Etat a pris beaucoup de mesures allant dans le sens d’éviter la propagation du virus Covid19. Mais, pour les transports en commun, qui convoient beaucoup de voyageurs serrés comme des sardines, aucune disposition allant dans le sens de protéger tout ce monde n’est prise », regrette Moussa Thiam.

Notre interlocuteur préconise de limiter le nombre de passagers pour qu’il n’y ait pas beaucoup de contacts. « On ne sait jamais, nous sommes obligés de prendre les bus pour pouvoir vaquer à nos occupations », explique M. Thiam qui revenait de l’hôpital psychiatrique de Mbao et qui aurait préféré rester chez lui, pour éviter au maximum les contacts avec d’autres personnes.
Quant au sieur Lamine Ndour, passager de la ligne 84, il soutient que seul Dieu peut leur venir en aide avec cette maladie, tout en invitant les clients à garder une certaine distance entre eux.

Aucune prise en charge des employés de l’AFTU

Depuis l’apparition de la maladie au Sénégal, beaucoup de mesures ont été prises. Cependant, les employés des bus AFTU semblent avoir été oubliés dans l’application de ces mesures en termes d’équipements de protection. Ce qui créée une certaine inquiétude auprès de ces employés souvent sans protection sociale. Corvéables et taillables à merci.

Djibril Sow, receveur d’un bus de la ligne 78, soutient que rien n’a été fait pour eux et les voyageurs. « J’habite à la Sicap Mbao et je suis un receveur du bus 78. Nous sommes les plus exposés face à cette maladie car nous sommes en contact direct avec plus de 800 personnes chaque jour. On n’y peut rien, à part faire des prières et respecter les mesures d’hygiène », dit-il impuissant, tout en invitant leurs employeurs à prendre à bras le corps ce délicat problème. Mais puisqu’il tient à sa bonne santé, notre interlocuteur confie s’être procuré à ses frais deux masques, deux paires de gants et des produits détergents.

M. Sow confie également que certains des chauffeurs de la société Aftu refusent dorénavant de prendre un trop plein de clients. Autrement dit, de surcharger leurs véhicules. Ce changement de comportement, un des rares effets positifs du coronavirus…



Le Témoin



Cliquez-ici pour regarder plus de videos