Leral.net | S'informer en temps réel

Côte d’Ivoire: La Lonaci s’assigne une mission salvatrice pour la population, à l’occasion de ses 50 ans

Rédigé par Mamadou Mangane le 16 Janvier 2020 à 10:20

De 1970 à 2020…Le temps a passé et la Loterie Nationale de Côte d’Ivoire a fait du chemin. Un « chemin sans ride », selon son Directeur General, Dramane Coulibaly. A l’orée donc du cinquantenaire de l’entreprise ivoirienne, une conférence de presse a été tenue mercredi, 15 janvier 2020, au Plateau-Abidjan (Côte d’Ivoire), pour mettre en phase les prochaines étapes.


L’année 2020 marque la date du cinquantenaire de la Loterie Nationale de Côte d’Ivoire, une entreprise qui a vu le jour dix ans après l’indépendance du pays, sous la prescription du président, feu-Félix Houphouët-Boigny. C’est la loi n°70-208 du 20 mars 1970 qui autorisait la création de l’entreprise qui porte jusqu’à ce jour la marque de jeu de hasard pour le développement de la société.

Grâce à la mise en place d’un Plan Stratégique de Développement, la Lonaci a ainsi élaboré son parcours 2020 qu’elle définit par le passage à la tendance commune de l’heure numérique: Un programme alliant festicités, réjouissances et moments de réflexions. « Nous promettons d’aller encore plus loin dans la digitalisation avec l’ouverture de notre site de jeu en ligne “Parions Direct” », a confié le Directeur Général.

Pour instruction, il a été fait mention que l’entreprise à travers son produit “jeu du hasard”, ne fait pas que des gagnants et des perdants. En fait, le Directeur Général assure que les parts de ceux qu’on considère comme les “perdants” servent de justesse à la réalisation d’œuvres sociales dans les communautés en besoin développement.

«Construction et rénovation d’écoles ainsi que de centres de santé» pour la formation et la rééducation des personnes vulnérables, notamment des enfants sont entre autres des activités connexes que « la première entreprise citoyenne » de Côte d’Ivoire mène à travers sa « fondation Lonaci » créée l’année dernière.

Un concours dénommé “challenge Lonaci” met en concurrence des journalistes chaque année pour écrire sur des réalités sociales peu “luisantes”. Pour cette année, la lauréate journaliste à Fratmat de l’édition 2019 s’est vue attribuer la somme de 1.000.000 Francs Cfa pour un dossier sur la pouponnière de Dabou.