a
leral.net | S'informer en temps réel

Coupe du monde 2018: le polyvalent Salif Sané au top avec le Sénégal


Rédigé par leral.net le Vendredi 22 Juin 2018 à 13:16 | | 0 commentaire(s)|

L’attaquant Mbaye Niang a été élu « homme du match » Pologne-Sénégal, remporté 2-1 par les Sénégalais, le 19 juin à Moscou. Mais Salif Sané aurait aussi pu prétendre à cette distinction, à l’issue de cette rencontre du groupe H de la Coupe du monde 2018.

Préféré en défense centrale au capitaine Cheikhou Kouyaté et au vice-capitaine Kara Mbodji, le stoppeur de 27 ans a réalisé une performance de top-niveau face aux attaquants polonais, dont la star Robert Lewandowski. « Il ne nous pas posé beaucoup de problèmes aujourd’hui, assurait celui qui a l’habitude d’affronter l'avant-centre polonais dans le Championnat d’Allemagne (Bundesliga). Koulibaly aussi a réussi à faire un bon match. Kalidou et moi, on l’a laissé le plus souvent entre nous deux pour pouvoir bien défendre sur lui ».

Que ce soit dans la lecture du jeu ou dans les duels, Salif Sané a rendu une copie assez propre, même s’il a reçu un avertissement et qu'il n’a pas réussi à sauter assez haut pour empêcher Grzegorz Krychowiak de réduire le score de la tête.

« Sané, c’est un grand joueur, lance son compère en défense centrale, Kalidou Koulibaly. Je sais qu’il est capable de jouer à ce niveau-là et on l’a vu face à la Pologne. On n’a pas beaucoup évolué ensemble. Mais on a montré qu’on était capable de le faire, de réaliser de grandes performances. C’est en tout cas de bon augure pour la suite, même si on sait qu’on doit encore progresser sur certaines choses. On regarde les vidéos pour nous améliorer et aller crescendo ».

Un joueur polyvalent

Salif Sané offre en outre l’avantage d’être à l'aise dans une défense à trois ou à quatre joueurs et de pouvoir évoluer en tant que latéral droit ou au milieu de terrain. « Je préfère jouer milieu défensif, mais je m’adapte n’importe où », sourit-il. Plus habitué à ce poste, Salif Sané vit un peu la même situation que son grand frère, Lamine Sané, ex-capitaine des « Lions de la Téranga », qui lui aussi a été placé un peu partout sur le terrain. « Je parle tous les jours avec lui, raconte le numéro 6 du Sénégal. Il m’encourage et me pousse à aller plus loin ».

Salif Sané serait-il en train de donner sa pleine mesure, après une saison 2017-2018 déjà bien remplie avec Hanovre 96 ? « C’est vrai que j’ai franchi un palier, estime celui qui n’est pourtant pas passé par un centre de formation. Ça m’a permis de signer à Schalke 04 et d’être parmi les 23 pour cette Coupe du monde ». Le binational, qui a effectué ses débuts professionnels aux Girondins de Bordeaux, disputera en outre la Ligue des champions 2018-2019 avec le club allemand. « Je profite au max, savoure-t-il, lui qui n’est pas parvenu à s’imposer en France et a dû s’exiler en Bundesliga, en 2013. J’essaie de donner le meilleur de moi-même pour que tout le monde soit content de moi. On verra bien ce qu’il se passera après ».

Parti pour rester titulaire ?

Salif Sané, connu pour son insouciance, ne s’est en tout cas pas pris la tête lorsqu’il a appris qu’il allait être titulaire en défense centrale. « C’est notre métier. Et c’est un match de Coupe du monde. Il y a donc plus de joie que de pression. On ne se pose pas de questions », relativise-t-il, alors qu’il ne faisait pourtant pas parti des 23 éléments retenus pour la Coupe d’Afrique des nations 2017.

Sera-t-il encore titulaire face au Japon, le 24 juin à Ekaterinbourg, alors qu'il risquerait donc d'être suspdenu face à la Colombie (28 juin) en cas de nouveau carton jaune ? Le sélectionneur Aliou Cissé a rappelé sa philosophie, en conférence de presse : « Ce qui est important pour nous, ce ne sont pas les individualités mais l’équipe du Sénégal et son collectif. Si un joueur manque, ça peut nous mettre en difficulté. Mais d’autres peuvent le remplacer. Nous allons continuer dans cette dynamique-là. »





RFI




Cliquez-ici pour regarder plus de videos