Leral.net | S'informer en temps réel

Donald Trump limoge son secrétaire d'Etat Rex Tillerson et le remplace par...

Rédigé par La rédaction de leral.net le 13 Mars 2018 à 18:09

Donald Trump s'est séparé ce mardi de son secrétaire d'Etat, Rex Tillerson. Ce dernier est remplacé par l'actuel numéro un de la CIA, Mike Pompeo.

Nouveau départ, au sein de l'administration Trump. Le président américain a limogé ce mardi son chef de la diplomatie Rex Tillerson, et annoncé sur Twitter son remplacement par l'actuel chef de la CIA, l'agence de renseignement américaine, Mike Pompeo. Cet ancien représentant républicain du Kansas avait pris les rênes de la prestigieuse agence en janvier 2017, après l'arrivée de Donald Trump au pouvoir.

Mike Pompeo est remplacé à son poste par Gina Haspel, qui devient ainsi la première femme à prendre la tête de la CIA.

Tweet matinal

"Mike Pompeo, le directeur de la CIA, deviendra notre nouveau secrétaire d'Etat. Il fera un travail fantastique! Merci à Rex Tillerson pour ses services! Gina Haspel deviendra la nouvelle directrice de la CIA, la première femme choisie à ce poste. Félicitations à tous!", a écrit le président américain, dans un tweet matinal.

"En tant que directeur de la CIA, Mike a mérité les éloges des membres de nos deux partis en renforçant notre collecte de renseignements, en modernisant nos capacités offensives et défensives et en tissant des liens étroits avec nos alliés de la communauté du renseignement", a également déclaré Donald Trump dans un communiqué. Mike Pompeo s'est pour sa part déclaré "profondément reconnaissant".

Une nouvelle équipe avant la rencontre avec Kim Jong-un

Selon un haut responsable américain, Donald Trump a pris cette décision car il souhaitait changer son équipe en vue des négociations avec la Corée du Nord.

Mike Pompeo prend en effet la tête de la diplomatie américaine quelques jours seulement après la spectaculaire annonce d'une rencontre au sommet -dont le lieu, la date et les autres modalités restent à déterminer- entre le président américain et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Par ailleurs, Donald Trump lui-même a lancé une piste d'explication ce mardi, depuis les jardins de la Maison Blanche, avant de partir pour la Californie. Il a notamment évoqué des désaccords avec son secrétaire d'Etat. "Nous nous entendions bien mais nous avions des désaccords", a lancé le président américain aux journalistes. "Quand vous regardez l'accord sur le nucléaire iranien: je pensais qu'il était horrible, il pensait qu'il était OK", a-t-il encore expliqué.
Une relation houleuse
Mais outre ces raisons avancées, la relation entre Donald Trump et Rex Tillerson s'était considérablement dégradée depuis l'été 2017, laissant présager que leur collaboration finirait par cesser.

A l'automne, le secrétaire d'Etat avait notamment essuyé un rappel à l'ordre public de la part du président américain, tandis que de nombreux articles de presse avaient fait part de rapports houleux entre les deux hommes. Certains avaient rapporté que le chef de la diplomatie avait traité Donald Trump de "débile" à la fin d'une réunion au Pentagone au cours de l'été 2017 et avait menacé de démissionner à la même époque en raison de différends profonds avec le président.

Des informations que Rex Tillerson avait démenti, avant de réaffirmer son attachement à sa fonction et son engagement auprès de Donald Trump. Ce dernier était lui aussi intervenu pour éteindre l'incendie, en réaffirmant sa confiance en son secrétaire d'Etat.

Tillerson n'a pas été prévenu

Pourtant, selon un porte-parole de Rex Tillerson, ce dernier n'a pas été prévenu par Donald Trump de sa décision, et "ignore" la raison qui a mené le président américain à le limoger.

"Le secrétaire (d'Etat) n'a pas parlé avec le président ce matin et il ignore les raisons, mais il est reconnaissant d'avoir pu servir, et continue à penser que servir le public est une tâche noble qu'il ne faut pas regretter", a déclaré Steve Goldstein, un haut responsable du département d'Etat.

Rex Tillerson était revenu ce mardi avant l'aube d'une tournée en Afrique, quelques heures seulement avant l'annonce de son limogeage.