leral.net | S'informer en temps réel

Entretien - Aïssatou Paye, APR-France : "Nous ne voulons pas de Youssou Ndour... Il ne traversera pas le canal"

Aïssatou Paye, sage-femme d’Etat et diplômée en relations publiques est membre de l’Alliance pour la République/France. « Militante de première heure » du parti présidentiel, cette femme, qui est née à Dakar-Plateau et qui a grandi à Gueule Tapée, est furieuse contre la volonté de Macky Sall de parachuter Youssou Ndour pour diriger la commune de Gueule Tapée-Fass-Colobane pour les Locales du 29 juin prochain. Dans un entretien accordé à Leral.net, Aïssatou Paye est convaincue que les nouvelles dispositions de l’Acte III de la Décentralisation ne permettent pas au chanteur et conseiller du président de la République de lorgner le fauteuil du maire de cette commune. Elle s'exprime également sur la situation de l’APR/France et dresse un bilan positif des deux premières années de Macky Sall à la tête du Sénégal.


Rédigé par leral.net le Mercredi 19 Mars 2014 à 12:38 | | 0 commentaire(s)|

Entretien - Aïssatou Paye, APR-France : "Nous ne voulons pas de Youssou Ndour... Il ne traversera pas le canal"
Les prochaines Locales s'annoncent agitées dans votre commune. Youssou Ndour serait le candidat du Président Macky Sall pour la mairie de Gueule Tapée-Fass-Colobane. Qu'en pensez-vous ?

Avec le travail que nous fournissons ici en France, je dis que les jeunes et femmes de la Gueule Tapée méritent beaucoup plus de respect. J’ai été surprise et offensée par le parachutage De Youssou Ndour dans cette commune. Nous sommes tous concernés parce que ce sont des quartiers traditionnels qui regorgent d’éminentes personnes dont le meilleur ministre de l’Economie et des Finances de toute l’histoire du Sénégal, en l’occurrence Moussa Touré, et le meilleur ministre de la Santé, Mamadou Diop. Nous avons aussi Serigne Mansour Sy Djamil qu’il ne faudra pas oublier au passage qui est un enfant de Fass et qui est un très grand intellectuel. Nous avons toujours opté pour le refus et nous refusons le parachutage. Les nouvelles dispositions de l’Acte 3 de la décentralisation sont très claires : il faut naître et voter dans une commune pour pouvoir prétendre la diriger. Youssou Ndour ne peut pas être de la Médina, sauter le canal et venir prendre les rênes de Gueule Tapée.

Pourquoi vous ne voulez pas de Youssou Ndour, qui est une star planétaire, à la tête de votre commune ?

C’est comme si chez nous il n’y pas d’hommes et de femmes capables de gérer la commune. Nous avons des ingénieurs, des médecins, des sages-femmes et d’autres intellectuels qui peuvent s’occuper de Gueule Tapée-Fass-Colobane. Avec tous nos brillants esprits, on peut former un gouvernement complet. Nous disons non ! On nous a assez humiliés et maltraités. Aucune considération ! Nous n’allons pas subir cette dernière tentative d’humiliation. Nos ancêtres nous ont bien légué le ‘’jom’’, le ‘’mougn’’, le ‘’kersa’’ et le ‘’kolëré’’. Trop c’est trop. S’ils ont peur de Bamba Fall (adjoint au maire de la Médina, Ndrl), ils n’ont qu’à aller chercher ailleurs.

Vous vous opposez à la venue de Youssou Ndour à la mairie de Gueule Tapée-Fass-Colobane. Etes-vous candidate à ce poste ?

C’est le parti (APR) qui doit se prononcer. Mais, il faut savoir que les candidats qui vont se déclarer seront de la commune. Pas des transhumants. Au moment venu, j’aurai mon mot à dire. Même si je ne serai pas candidate au poste de maire, je demanderai à être sur la liste pour participer au développement de ma localité. Nous devons nous lever comme un seul homme pour travailler pour notre commune. Personne ne le fera à notre place.

Comment se porte l’APR en France ?

Le parti se porte assez bien. Le Président Macky Sall a beaucoup fait pour les apéristes de France. Il a nommé beaucoup d’entre eux à de hautes fonctions et c’est l’occasion pour moi de le remercier. Mais, il ne peut pas nommer tout le monde. Nous demandons à ceux qui ont la confiance du chef de l’Etat de nous ouvrir leurs portes. Nous ne réclamons pas de l’argent et nous sommes fiers de leur nomination.

Macky Sall est à la tête du Sénégal depuis le 25 mars 2012. Quel bilan dressez-vous des deux premières années de gestion du Président ?

Un bilan positif. La Couverture maladie universelle a été une très grande innovation. Il y a aussi les bourses familiales. Certains trouvent dérisoire la somme de 25 000 francs Cfa. Mon oncle qui est à la retraite recevait cette même somme tous les trois mois. Vous imaginez ? Donc c’est déjà un acquis et il faut le saluer. Le chef de l’Etat accorde une importance particulière à l’agriculture et à l’élevage qui restent la base de tout développement. Nous immigrés, nous avons pu récupérer nos véhicules de huit ans. La quinzième région est en attente. Pour vous dire que Macky Sall a énormément fait en l’espace de deux ans. Il faut juste qu’on reste patient et qu'on attende de cueillir les fruits du manguier la troisième année.

www.leral.net



Cliquez-ici pour regarder plus de videos