leral.net | S'informer en temps réel

État d’urgence : Le couvre-feu s’étend, la contestation s’affaiblit, Macky déroule

Passé les premiers jours de l’état d’urgence où les jeunes ont bruyamment manifesté contre le couvre-feu, la paix semble être revenue avec une contestation qui s’affaiblit, coïncidant avec le vote de la loi portant modification de l’état d’urgence et de l’état de siège. Une loi passée sans trop de heurts, permettant au Président Macky Sall de dérouler tranquillement.


Rédigé par leral.net le Mercredi 13 Janvier 2021 à 13:05 | | 0 commentaire(s)|

Les régions de Dakar et Thiès sous état d’urgence, sont dans une situation sanitaire “préoccupante”, selon les sources médicales avec le taux d’incidence du virus le plus élevé au Sénégal, avec la région de Diourbel qui, par contre, ne semble pas être concernée par les mesures gouvernementales.

Le couvre-feu de 21h00 à 05h appliqué depuis le 5 janvier 2021, a fait l’objet de vives contestations dans les deux régions, où régulièrement des jeunes ont manifesté en brûlant des pneus et caillaissant des véhicules. Autres réactions, celles de nombreux secteurs qui ont dénoncé les “effets pervers” de ce couvre-feu "stupide" et menacent pour certains de saisir la Chambre administrative de la Cour Suprême.

Pour ce maire proche de la mouvance présidentielle, “mécaniquement, les gens ont moins de temps pour faire leurs courses après le travail, et l’afflux est plus difficilement maîtrisable dans les magasins”, a plaidé l’élu. Selon ce dernier, « le président nous met, nous maires, dans une mauvaise posture car, obligés que nous serons d’essayer de subvenir aux besoins de nos administrés qui sont fortement frappés par la Covid-19 depuis plus de 7 mois ».

Paradoxe avec l’Arrêté du ministre de l’Intérieur qui interdit les rassemblements mais qui permet les surcharges dans les bus et les rassemblements dans les boulangeries, les arrêts de bus, les marchés…

Si le ministre de l’intérieur a interdit tout rassemblement, limpréparation et l’improvisation qui étaient de mise au début de la pandémie, sont encore d’actualité. Outre le pic de fréquentation des arrêts de bus, des marchés, il est facile de se rendre compte de la concentration d’usagers dans les transports avant 21H00. Ce qui pousse d’ailleurs un agent de police présent au Rond point de Colobane, de « demander la suspension immédiate de l’arrêté », qu’il a décrit comme “inadapté”.

b[Selon l’agent de police, cet Arrêté est une aberration car, comment “le ministre qui n’interdit pas les déplacements, peut fixer à 21H00 l’heure du couvre-feu. Je crois qu’il n’a pas arrêté les déplacements pour une mesure d’équilibre (…) mais, a-t-on vraiment besoin de ça ».
]b
« On ne comprend vraiment rien à ce qui se passe sous nos yeux », renseigne Ngouda Sall, un responsable de ADK de l’ancien maire de Dakar. Trouvé à la sortie de son bureau et se dirigeant vers la gare des taxis, M. Sall de nous dire: « Si ça demande un peu de solidarité, de la patience, l’État doit édifier les populations et arrêter de faire dans le clair-obscur ».

« Il existerait une étude de l’institut Pasteur démontrant que les transports en commun ne provoquent “pas de sur-risque de contamination », selon un médecin officiant au Samu

Si la situation est aussi “préoccupante”, pourquoi ce laissez-aller au niveau des endroits publics ? Ou le gouvernement n’a pas tout dit ou en a trop dit, car rien ne peut expliquer que la région de Diourbel particulièrement Touba, soit toujours livrée à elle même. Ou bien y a-t-il une embellie dans cette région ?

Si on avait une embellie, la situation serait réévaluée”, a indiqué le médecin qui requiert l’anonymat. Car, précise-t-il, la situation sanitaire reste “préoccupante” avec le taux d’incidence du virus le plus élevé au Sénégal .

Pour justifier le couvre-feu anticipé, il avait été notamment invoqué la lutte contre la propagation du virus mais à ce rythme, la guerre est perdue d’avance.

Selon Serigne Cheikh Fallou Mbacké, “Il faut être responsable quand on voit les chiffres de notre département. Maintenant, chacun a sa position, je la respecte mais je veux dire à ces personnes qui sont des amis, des parents, ne nous trompons pas de combat”.

Depuis le 5 janvier 2021, le couvre-feu a été décrété à Thiès et Dakar, en raison d’indicateurs épidémiologiques et les restaurants et autres établissements ne peuvent plus ouvrir. Va-t-on assister dans les jours à venir avec la modification de la loi 69-29, à un état d’urgence général et à d’autres mesures plus drastiques.




Cheikh Saadbou Diarra atlantisactu.com




Cliquez-ici pour regarder plus de videos