leral.net | S'informer en temps réel
Mardi 3 Juillet 2018

Evolution du phénomène : Homosexuels ou gays représenteraient environ 3 à 5 % de la population globale


L’homosexualité est assez répandue de nos jours. Dans les milieux médicaux, l’opinion se confirme que les personnes homosexuelles ou gays représenteraient environ de 3 à 5 % de la population globale. Proportion à laquelle il faut ajouter les personnes ayant des orientations et pratiques bisexuelles ou homosexuelles occasionnelles. (2e partie Dossier sur l’homosexualité, une attirance sexuelle et préférentielle des individus de même sexe)



Evolution du phénomène : Homosexuels ou gays représenteraient environ 3 à 5 % de la population globale
Dans la plupart des pays occidentaux et industrialisés, l’homosexualité est acceptée à condition que la chose reste discrète et confidentielle. Il est parfois difficile de déterminer si cette exigence tire son origine de l’homophobie, ou simplement de la gêne et de la honte suscitées par la différence, ou bien encore d’un désaccord moral avec la pratique homosexuelle.

En réalité, les trois aspects sont souvent concernés. David Field, dans son livre sur l’homosexualité, distingue deux sortes de personnes homosexuelles : celles qui n’ont jamais eu d’attirance sexuelle envers une personne du sexe opposé et seraient donc victimes d’un renversement de leur instinct sexuel. Et, celles qui ont été hétérosexuelles et se sont détournées de leurs dispositions naturelles, à un moment donné de leur existence.

 A l’heure actuelle, l’homosexualité est illégale et fortement réprimée dans beaucoup de pays islamiques. Quelques pays européens punissent encore actuellement les relations entre personnes de même sexe à des peines de prison : Chypre, la Bosnie, la Serbie et la Roumanie, où la loi est appliquée de façon stricte (5 ans de réclusion). Même en Europe centrale, une fois sortie du cadre urbain, il reste difficile de vivre une relation homosexuelle ouvertement.

Ailleurs dans le monde, plus de cent pays criminalisent encore l’homosexualité. Nombre d’entre eux, de l’Arabie Saoudite à l’Iran, en passant par l’Égypte, l’Irak, le Soudan, ou le Zimbabwe prévoient la prison, parfois la peine de mort.





O WADE Leral



Titre de votre page Titre de votre page