leral.net | S'informer en temps réel

Genre et Covid-19 : Zoom sur une série de mesures avec l’appui des partenaires au développement destinée aux femmes

Soucieux d’atténuer les effets de la crise sanitaire susceptibles d’aggraver les inégalités de genre, pendant et après la pandémie, et d’annihiler les acquis dans l’accumulation de capital humain, l’émancipation économique et la capacité de décision et d’action des femmes, l’Etat a mis en œuvre une série de mesures avec l’appui des partenaires au développement.


Rédigé par leral.net le Samedi 25 Décembre 2021 à 10:13 | | 0 commentaire(s)|

Genre et Covid-19 : Zoom sur une série de mesures avec l’appui des partenaires au développement destinée aux femmes
Au plan économique, les femmes sont très actives dans les secteurs les plus impactés par la crise de la Covid-19 (aides domestiques, serveuses, coiffeuses, etc.) et la majorité d’entre elles travaillent dans le secteur informel et ne bénéficient donc pas d’une protection sociale satisfaisante.

Ces résultats sont confirmés par les données de l’ANSD et de la Banque mondiale qui révèlent un déséquilibre sur le marché du travail au Sénégal avec un taux d’emploi des femmes de 30,4% inférieur à celui des hommes qui est de 51,1% et une vulnérabilité de l’emploi de 72% pour les femmes contre 60% pour les hommes.

Selon l’étude diagnostic de l’économie informelle au Sénégal3, 85,7% des femmes de ce secteur ont un chiffre d’affaires inférieur à 100 000 FCFA par mois, et 77,9% des femmes employées dans les entreprises informelles gagnent moins de 37 000 FCFA par mois.

Les personnes en situation d’insécurité économique et d’exclusion sont les plus touchées par ces répercussions, dont beaucoup ne sont pas encore visibles. Il est donc essentiel de cibler les femmes ; de manière spécifique dans les différentes initiatives de riposte.
D’après les résultats de l’étude sur « l’impact du PRES sur la résilience de la population sénégalaise : une analyse genre » (DEEG-ANSD-CREFA), l’intervention de l’Etat a des retombées positives sur l’économie et la vie sociale.

« Ainsi, la situation serait pire sans une intervention de l’Etat (…) 3,4% des hommes et 4,1% des femmes sont maintenus dans une situation de non pauvreté grâce à l’intervention de l’Etat. Ainsi, un gain en bien-être économique et social des hommes et femmes serait respectivement de 3,7% et 1,9% dans le cas où les activités économiques reprendraient à la fin du premier trimestre 2021. Plus la situation perdure, plus la situation se dégrade. », souligne le document budgétaire

Dans le cadre de la mise en oeuvre de la politique de protection sociale, le Gouvernement a mis en place un Registre national unique (RNU) pour un meilleur ciblage des bénéficiaires des programmes de filets sociaux. Après la mise à jour et l’extension du RNU, le nombre de ménages inscrits est évalué à 537 114 ménages en 2020 contre 458 550 en 2019, soit une hausse de 78 566 ménages en valeur absolue et de 17,1% en valeur relative. Dans le cadre de leurs interventions, 20 projets et programmes ont utilisé le RNU en 2020 pour appuyer les populations vulnérables à mieux faire face aux impacts de la pandémie de la Covid-19.

Afin de réduire les inégalités de genre dans les activités agricoles, et dans le cadre de la gestion de la Covid-19, les femmes ont bénéficié d’un financement d’un milliard de FCFA par la DER, de subventions de 700 unités de matériels 3 Bureau international du Travail en 2020 25 agricoles motorisés et l’achat de 19 moissonneuses et des produits phytosanitaires.

S’agissant des activités de riposte, le Projet d’Appui à la Résilience des Ménages et des Groupes vulnérables contre la Covid-19 (PAREM) a été officiellement lancé. Son objectif général est de contribuer à la mise en oeuvre et au suivi du plan national de riposte contre la Covid-19, à travers le renforcement de la résilience des familles pauvres et des groupes vulnérables. Les bénéficiaires de bourses économiques ont reçu les premiers financements et kits d’hygiène en présence de Madame Ndeye Saly Diop Dieng, Ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants et en présence de Monsieur Giovanni Umberto DE VITO, Ambassadeur de la République d’Italie au Sénégal. L’Etat du Sénégal a bénéficié d’un financement sous forme de dons d’un montant de 984 millions FCFA destiné au Projet de ……(PAREM).

Ce programme d’une durée d’un an, devra intervenir au niveau des régions de Dakar, Thiès, Louga, Saint-Louis, Ziguinchor et Kolda.

Le Projet de Renforcement du système de protection socio-sanitaire et de la résilience économique des groupes vulnérables dans le contexte de Covid-19 au Sénégal est également en cours d’’exécution. Mis en oeuvre de façon conjointe par Samu social Sénégal et Empire des Enfants, avec la collaboration de la délégation de l’Union européenne, il a pour but d’améliorer les services, les compétences et l’assistance pour les enfants et jeunes adultes des rues et les personnes vivant avec un handicap. Il s’agit plus spécifiquement de développer des services de prise en charge directe, individualisés, complémentaires, spécialisés et de qualité, et des outils de suivi dans toutes les étapes de leurs parcours. L’Union européenne contribue au financement à hauteur de 393,57 millions FCFA.


Titre de votre page Titre de votre page