leral.net | S'informer en temps réel

« Guerre » contre Ousmane Sonko: L’Etat n’a pas encore sorti toutes ses cartes


Rédigé par leral.net le Samedi 20 Mai 2023 à 11:45 | | 0 commentaire(s)|

« Guerre » contre Ousmane Sonko: L’Etat n’a pas encore sorti toutes ses cartes
Ousmane Sonko pourrait être poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’Etat dans une des émissions du « Grand Oral ». La révélation est de l’ancien ministre Farba Senghor. Mais personne n’y a apparemment prêté attention. Pourtant, l’information, même si elle est au conditionnel, garde tout son caractère plausible.

En clair, souligne "Rewmi", si le leader du Pastef s’en sort dans le procès contre Mame Mbaye Niang et contre Adji Sarr, ce qui est loin d’être gagné d’avance, il pourrait se voir coller un autre procès pour atteinte à la sûreté de l’Etat, appel à l’insurrection, résistance aux forces de l’ordre, outrage à magistrats, discrédit sur les institutions, etc. Donc, si jusqu’ici il avait encore affaire à des particuliers, même s’il parle de complot, il peut dans les prochaines semaines, avoir affaire avec l’Etat. De lourdes accusations pourraient lui être imputées.

Selon toujours "Rewmi", la preuve, ces sorties réelles ou différées des Procureurs, ces informations sur les « Forces spéciales » , les « Commandos », « les Cocktails molotovs », toutes choses qui sont apparemment laissées en suspens, en attendant d’y voir clair davantage et de voir vidées les affaires en cours. Donc, si les avocats d'Ousmane Sonko y compris le Français Me Blanco et les leaders du F24 parlent de saisir les juridictions étrangères, la Cour pénale internationale et autres instances, l’Etat, lui aussi, n’a pas encore sorti toutes ses cartouches. La « guerre » contre Ousmane Sonko n’en est qu’à ses débuts. Elle ne prendra fin que si le leader du Pastef est neutralisé ou une armistice signée.

Et cela, seul un dialogue peut le permettre. Qu’il soit officieux ou officiel. En tout état de cause, dans sa riposte ou résistance, Ousmane Sonko doit éviter le piège de l’ethnocentrisme, du régionalisme et de la paranoïa. Il faut qu’il reste lucide et bien entouré par des conseillers avisés et responsables. Car, toute erreur de sa part sera exploitée contre lui.
Et s’il se ne présente pas au tribunal ce mardi, ce sera l’erreur suprême.

Ndèye Fatou Kébé